Accueil Nissan Projet de fusion Renault – Nissan : intervention de Tokyo ?

Projet de fusion Renault – Nissan : intervention de Tokyo ?

1414
14
PARTAGER

Le gouvernement japonais serait directement intervenu sur le projet de fusion entre Renault et Nissan. C’est en tout cas ce qu’affirme le Wall Street Journal.

Nissan aurait demandé le soutien du gouvernement

Selon le média américain, Tokyo aurait été partie prenante au sein des discussions entre les deux constructeurs en vue d’une éventuelle fusion. Lesquelles ont eu lieu plusieurs mois avant la mise en détention de Carlos Ghosn, soupçonné de malversations financières. Le Wall Street Journal s’appuie sur des déclarations de sources proches des discussions.

Dans un premier temps, les dirigeants de Nissan se seraient tournés vers le ministère japonais de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (METI) pour que ce dernier l’aide à repousser un projet de fusion. Un dossier épineux sur lequel Carlos Ghosn  planchait déjà.

Le gouvernement japonais aurait souhaité superviser le dossier

Toujours selon les mêmes sources, cette requête était à deux doigts de se retourner contre les patrons de Nissan. Le METI aurait ainsi mis en place un projet en vue de superviser les discussions entre les deux constructeurs. Affichant au final une présence quelque peu encombrante pour Nissan.

Le journal tient souligner qu’il s’agit de la première fois qu’est évoquée l’implication directe du gouvernement japonais dans les discussions sur l’avenir de l’Alliance.

Discussion entre Ghosn et Saikawa sur une éventuelle intégration

Lors de son premier entretien avec la presse depuis son arrestation, publié le 30 janvier, Carlos Ghosn avait affirmé dit avoir discuté en septembre 2018 avec le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, d’un projet d’intégration des entreprises membres de l’alliance.

Celui qui était encore alors PDG de Nissan examinait les possibilités d’un renforcement des liens avec Renault. Une fusion  étant un des scénarios envisageables.

Pression du gouvernement français

En février 2018,  Carlos Ghosn indiquait qu’il fallait « réfléchir au type d’organisation ». Ajoutant avoir accepté d’apporter une réponse à ce sujet au gouvernement français et que cela faisait partie de la feuille de  route de son nouveau mandat chez Renault.

Une source de Bercy avait parallèlement assuré que lors d’un entretien téléphonique avec Carlos Ghosn le ministre de l’Economie,  Bruno Le Maire,   avait clairement demandé au patron de l’Alliance une « feuille de route » en vue d’une « intégration plus forte entre Renault et Nissan ».
« Nous souhaitons un engagement de Carlos Ghosn à nous présenter un plan stratégique à l’Assemblée des actionnaires (de Renault) mi-juin 2018« , soulignait alors le gouvernement français.

Une forme capitalistique déséquilibrée selon Nissan

Pour rappel, l’Etat français est le premier actionnaire de Renault, détenant 15,01 % du capital. Nissan détient quant à lui 15 % du constructeur français, sans disposer toutefois de droits de vote.

Renault contrôle pour sa part 43 % de Nissan, constructeur qu’il a sauvé de la faillite il y a près de 20 ans. Nissan possède par ailleurs 34 % de Mitsubishi Motors, troisième partenaire de l’Alliance.

Le poids financier et commercial de Nissan pas assez reconnu ?

La structure existante fait l’objet de plus en plus de controverses au Japon en raison des solides performances financières de Nissan. Bien que les ventes et les bénéfices de Nissan dépassent généralement ceux de Renault, la société japonaise dispose en effet de beaucoup moins d’influence au sein de l’Alliance.

L’arrestation de Ghosn a de nouveau fait apparaître les ressentiments accumulés depuis des années alors qu’équipes japonaise et française ont alterné succès et confrontations au fil des ans.

Depuis  déjà fort longtemps Nissan affiche un mécontentement  face au rôle détenu par son partenaire français, qu’il juge démesuré. Saikawa a fait référence à cette sensation de déséquilibre lors de la première conférence de presse qu’il avait convoquée en vue de réagir à l’arrestation de Ghosn.

Sources : AFP, Reuters, Nikkei

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Projet de fusion Renault – Nissan : intervention de Tokyo ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

ou quand Saikawa demande ‘laide de son gouvernement pour couvrir ses incompétences ! Cela devient de plus en plus risible, cette histoire

le lorrain
Invité

la filiale qui se plaint d’être plus grosse que la société mère qui l’a sauvé de la faillite… ça va à l’encontre de toutes les règles du capitalisme parce que quand on dit « Nissan veut, Nissan se plaint »… Mais c’est Renault qui dirige Nissan, donc comment Nissan, contrôlé par Renault peut avoir une volonté propre autre que celle de Renault????

pat d pau
Invité

ca depend de quel coté du manche on se trouve.. renault a été sauvé par l’Etat francais.. avant d’aller sauver Nissan grace a l’argent de l’Etat Francais.. L’Etat qui dirigait renault kui a demander de ne pas delocaliser la CLio en turquie, et d’autres en espagne ou roumanie… et pourtant Renault n’en avait plus rien a faire de l’Etat car il se considérait sauvé et bcp plus puissant maintenant (donc EXIT la main mise de l’Etat sur Renault)… un peu comme Nissan maintenant.. est-ce cela le capitalisme ?

r.burns
Invité

Parce lit l’article : Nissan vend plus que Renault et Nissan fait plus de bénéfices que Renault. Si ça continue Nissan pourrait racheter Renault, un rééquilibrage serait donc un moindre mal pour Renault.

AQW
Invité

« Nissan pourrait racheter Renault ».
Encore faudrait-il que son actionnaire Renault valide un tel plan d’investissement…

greg
Invité

Nissan peut monter au capital de Renault sans l’autorisation de son actionnaire, et une fois monté, Renault perd ses droits de vote…

Thibaut Emme
Admin

Pour monter au capital, il faut faire des déclarations de dépassement de seuil non ?
Et c’est forcément décidé par le conseil, donc par celui qui détient les 43% non ?
Il y a quand même qq règles dont on ne peut s’affranchir.

greg
Invité

Oui et non : l’accord de 2015 prévoit que Nissan peut monter à 25% au capital de Renault, et que Renault s’engageait à ne pas s’opposer à ce droit….. Ils se sont liés les mains.

zeboss
Invité

sans droit de vote, tu peux avoir 50% du capital, tu ne touches que les dividendes et encore, sans discuter du montant du coupon… pour le reste, tu achètes les yeux de Chimène..

Thomas
Invité

nissan ne veut surtout pas que tous ses moteurs disparaissent au profit des moteurs Renault(ça commence à être le cas pour mercedes)surtout des dci 😉

Scal
Invité

Nissan plus gros que Renault. Vrai, mais dans quelles proportions (on lit beaucoup de bêtises …). Voici une comparaison macro, mais chiffrée (Nissan base résultats T1 2017 -> T1 2018, en attendant ceux de cette année) :
CA : R 57.5 Md€ / N 92,1 Md€
Résultats d’exploit. R 3 Md€ / N 4,4 Md€
Marge Op : R 6,2% / N 4,8%
Ventes : R 3,9 millions / N 5,6 Millions (2018)
Pas si ridicule Renault (en attendant les résultats financiers de Nissan …)

wpDiscuz