Accueil Renault Paris disposé à une participation moindre de Renault dans Nissan ?

Paris disposé à une participation moindre de Renault dans Nissan ?

638
8
PARTAGER

Selon le journal japonais Nikkei, le gouvernement français aurait informé Tokyo qu’il était disposé à envisager de réduire la participation de Renault dans Nissan dans le cadre d’un examen plus large des relations capitalistiques entre les deux constructeurs. La rumeur serait on ne peut plus fiable car elle émane de sources gouvernementales japonaises.  Mais  elle  a tout de même été démentie en suivant par Bercy. 

Paris d’accord pour une modification de l’actionnariat ?

Paris, qui détient une participation de 15% dans le constructeur français, aurait déclaré à son partenaire japonais qu’il était disposé à modifier la structure de l’actionnariat croisé en une structure plus équilibrée. Modification demandée à cor et à cri par Nissan depuis quelques mois, et sujet que le départ de Carlos Ghosn aura mis sur le devant de la scène.

À l’heure actuelle, Renault détient 43,4% du capital de Nissan, tandis que le constructeur japonais ne détient que 15% de son partenaire français.

Vers une réduction de la part de l’Etat au sein de Renault  ?

Le gouvernement français aurait également évoqué la réduction de sa propre participation dans Renault comme une « option pour l’avenir », selon les mêmes sources.

Le cas échéant, ce geste de « conciliation » interviendrait alors que le gouvernement français, principal actionnaire de Renault, cherche à nommer le nouveau président de Renault, Jean-Dominique Senard, à la présidence de Nissan.

Reste que sur ce point également, Bercy a démenti cette information.

Le constructeur japonais s’oppose  à la nomination d’un autre haut responsable de Renault à la direction de Nissan.  Nomination  qui fait suite à la démission de Carlos Ghosn, actuellement en détention au Japon  sur des soupçons de malversations financières.

Démenti catégorique de Bercy

Bercy a opposé jeudi un « démenti catégorique«  aux informations de la presse japonaise selon lesquelles le gouvernement français aurait informé Tokyo de son intention de réduire la participation de Renault dans Nissan.

L’avis de Leblogauto.com

Paris pourrait vouloir faire preuve de souplesse dans ses efforts pour faciliter la nomination de Senard au premier poste de Nissan et pour préserver l’Alliance. Reste que les rumeurs ne cessent de pleuvoir sur le sujet. Preuve de la fébrilité qui règne autour du dossier.

Sources : Nikkei, Reuters

Mise à jour  à 19 h 38 : ajout du démenti de Bercy

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Paris disposé à une participation moindre de Renault dans Nissan ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Opiomorph
Invité
Opiomorph
Invité

Bon, ils ont aussi démenti vouloir une fusion du groupe, donc on va dire que toute cette communication n’a pas les accents de la vérité.

polo
Invité

De toute façon une fusion interviendra à un moment ou un autre la situation actuelle ne sera pas tenable indéfiniment.
Par contre je pige pas trop le crédit qu’on donne à une telle rumeur, sérieusement quel serait l’intérêt pour Renault de revendre une partie de ses actions Nissan?

Opiomorph
Invité

Apaiser les relations entre les deux groupes. Je rappelle que suite à la révision de l’accord-cadre de 2015, Nissan a le droit de monter unilatéralement dans le capital de Renault à hauteur de 25 % s’il juge que l’Etat français fait de l’ingérence dans ses décisions industrielles et commerciales.

Esteban
Invité

Si Bercy dément, il y a forcément du vrai. De toute façon, nos dirigeants n’en sont plus au stade de défendre nos champions industriels, mais à courber l’échine pour s’en sortir le moins mal possible. Il s’agit ici d’accepter les revendications de Nissan. Mais au nom de quoi ? Pourquoi Renault devrait il aujourd’hui se flageller d’avoir fait il y a 20 ans un investissement rentable ?

AQW
Invité

D’avoir fait un investissement rentable, et aussi d’avoir fait le job de le rendre rentable.
Il faut aussi se rappeler que Renault a aussi dépêcher beaucoup de ses meilleurs cadres dirigeants et autres à son détriment pendant des années pour redresser la barre.
Il faut aussi se rappeler que Renault a prioriser des programmes vers Nissan, comme par exemple le virage SUV prioriser vers Nissan avec le « Kakaï »…
Tout l’argent et l’énergie que Renault a investi dans Nissan c’est autant qui n’a pas été dans ses investissements sur sa marque propre pendant pas mal de temps.

Invité

et tout ça pour rien, vu que Saikawa semble avoir remis en cause tous ces gains en rentabilité en très peu de temps !

AQW
Invité

Si c’était vrai (si ça le devient), ça voudrait dire que le pantalon français (de ceux qui ont sauvé Nissan, qui sont de fait propriétaire) est sur les chevilles ?!?

wpDiscuz