Accueil FCA Bilan 2018 : FCA

Bilan 2018 : FCA

2008
34
PARTAGER
2018 fca

Le groupe FCA a connu une année 2018 mouvementée, marquée évidemment par la disparition brutale de Sergio Marchionne, l’homme qui avait sauvé et transformé le groupe. La succession assurée par Mike Manley, l’ancien directeur de Jeep, est tout un symbole. L’avenir suscite aussi de nombreuses interrogations, entre la faisabilité des plans annoncés, le retard pris dans l’hybridation et l’électrification, sans oublier le déséquilibre grandissant qui s’installe ente les différentes franchises du groupe. Les rumeurs sont d’ailleurs relancées, notamment avec Geely.

Globalement, FCA a vendu plus de 4,8 millions de véhicules en 2018, soit 102 000 unités de plus qu’en 2017. Mais ce chiffre masque de grandes disparités régionales et surtout entre ses marques.

FCA américano-dépendant

C’est un fait : FCA réalise l’essentiel de ses ventes et de ses performances sur le marché nord-américain, alors qu’il tire la langue sur les autres gros marchés mondiaux. Ces performances sont dues principalement aux marques américaines du groupe, ce qui avait récemment poussé certains actionnaires à faire des propositions stratégiques explosives.

Les USA représentent à eux seuls 2.246.417 ventes, en progression par rapport à 2017 (+8,3%), soit 46 % des ventes mondiales du groupe ! Si on y ajoute le Canada et le Mexique (zone NAFTA), on atteint 54 % des ventes et 65% des revenus nets de FCA. Une proportion énorme.

Aux États-Unis, le groupe occupe la 4e place du marché avec un part à 13%. Jeep joue le rôle de locomotive, frôlant la barre symbolique du million de ventes, ainsi que Ram qui affiche une belle forme (+36%) grâce à la gamme du Pick Up 1500, renouvelé, qui frôle les 537.000 ventes !

Il n’y en a que pour Jeep ?

Alfa Romeo réalise une belle percée, en doublant quasiment ses ventes d’une année sur l’autre grâce à l’effet Stelvio, mais sa part de marché aux States reste encore anecdotique (0,7%) Fiat souffre par contre d’une offre pas vraiment adaptée aux goûts des consommateurs américains, avec des petits modèles peu prisés. Même la Fiat 500 n’échappe pas au constat, son volume de ventes ayant été divisé par 5 en 4 ans ! (25 000 exemplaires vendus en 2015, un peu plus de 5000 en 2018). Quant à Chrysler, son destin est un peu le miroir de celui de Lancia en Europe, avec certes encore 165 000 ventes mais une chute constante à deux chiffres.

Le Stelvio porte Alfa Romeo aux States mais les volumes restent encore modérés

L’Amérique latine est toujours un fief stratégique pour le groupe, surtout au Brésil où les ventes FCA augmentent de presque 14% (433 412 unités), grâce à Fiat, historiquement bien implanté.  Deux modèles sont placés dans le top 10 (Strada et surtout l’Argo) et l’inévitable Jeep  bondit de 21%. C’est l’inverse en Argentine, mais la majorité des marques plongent dans un contexte de récession économique. La zone Amérique latine représente en tout 566 000 ventes, soit 10% de hausse par rapport à 2017.

L’Europe en berne, sauf…Jeep pardi !

Jeep
Jeep atteint des sommets, mais Fiat inquiète

Le bilan de FCA en Europe n’est pas flatteur. Le gonflage artificiel des stocks en été, lié à l’arrivée de la norme WLTP, s’est payé cash à partir de septembre avec un violent retour de bâton et une chute  des ventes. Le groupe a écoulé 1.021.311 unités (véhicules particuliers) en Europe, soit -2,3% par apport à 2017. Autres facteurs dont FCA n’est pas comptable, l’effondrement de la demande en diesel sur de nombreux marchés, liée à une fiscalité punitive, comme en Angleterre.

Fiat avait été éjecté du top 10 européen en octobre, une première ! Le manque de nouveautés se fait sentir pour Fiat, qui est trop dépendant de la 500 et qui a raté le virage SUV du marché. La firme turinoise s’en sort bien en France et en Espagne mais elle baisse en Allemagne (qui n’est certes pas un marché majeur) et s’écroule sur son marché national, avec un recul de -20% qui fait réflechir ! Avec au final 711.000 ventes en Europe, Fiat baisse de 8,8% et écoule 70.000 unités de moins qu’en 2017…la part de marché sur le continent de la vénérable firme turinoise a été divisée par deux en vingt ans.

C’est la soupe à la grimace pour Maserati, dont l’effet Levante s’est rapidement essoufflé. Au niveau mondial, Maserati voit ses ventes chuter de 32%, passant de 51000 à 35000 unités. Les raisons sont connues et il faudra attendre 2020 pour voir (normalement) les nouveautés salvatrices. En Europe, c’est aussi très mitigé pour Alfa Romeo (-3,2% en Europe), qui baisse en Allemagne, au Royaume-Uni et en Espagne. Le Biscione s’en sort grâce aux bons chiffres du Stelvio mais pêche avec des ventes en baisse pour la Giulia et les vieillissantes Giulietta et Mito. Nous éviterons pudiquement de parler de Lancia…

Dans cette ambiance morose, c’est Jeep qui tire les marrons du feu, ce qui ne manque pas de faire grincer des dents de nombreux inconditionnels du groupe italien qui estiment que la marque américaine est trop chouchoutée par rapport aux autres au sein du groupe FCA. Jeep affiche en effet une insolente croissance de plus de 50% sur le marché européen (+70% en Italie, +27,9% en Allemagne, +102% en Espagne !), portée principalement par le succès du nouveau Compass et le maintien des ventes du Renegade. La marque américaine surfe évidemment sur le boom des SUV. Pour réchauffer le cœur des amoureux des belles italiennes, Abarth se porte bien, mais son volume de ventes anecdotiques à l’échelle continentale ne peut compenser l’affaiblissement des grosses franchises.

Retard abyssal du groupe en Asie

Fiat a raté le coche en Chine. La Viaggio a rapidement vu ses ventes s'écrouler.
Fiat a raté le coche en Chine. La Viaggio a rapidement vu ses ventes s’écrouler.

FCA pèse moins de 1% du marché chinois, son talon d’Achille, avec des chiffres de ventes anecdotiques ! Les faibles résultats sur le premier marché mondial plombent réellement la performance globale du groupe, ce que Mike Manley a réaffirmé cette année. La présence de Fiat, qui était déjà anecdotique avec une offre pas vraiment adaptée aux tendances locales, a quasiment disparu. La Viaggio avait connu un début honorable (plus de 48000 ventes en 2013) avant de s’effondrer irrémédiablement. Même chose en Inde, où Fiat, présent depuis un demi-siècle, cède sa place à Jeep. Alfa Romeo émarge avec quelques milliers d’unités, mais l’essentiel est assuré par…Jeep (tiens donc) qui engrange des ventes, mais, pour une fois, même la marque américaine faiblit par rapport à 2017.

L’avis de leblogauto.com

Retard dans l’offre électrique et hybride, manque de nouveautés et modèles vieillissants (sauf Jeep), stratégie à vue, flop total en Chine : les interrogations demeurent pour le géant américano-italien (ou italo-américain, à vous de voir). L’état de Fiat, le nouvel homme malade du groupe, reste préoccupant, tout comme celui de Maserati. Mike Manley sera-t-il le bon pilote dans l’avion FCA ?

Source : FCA

 Régions 2018
(milliers)
2017
(milliers)
Évolution
2017/2018
NAFTA 2633 2401 9,66%
LATAM 585 521 12,28%
APAC 293 375 -21,87%
EMEA 1 318 1 365 -3,44%
MASERATI 35 52 -32,23%
Total 4864 4714 3,19%

Poster un Commentaire

34 Commentaires sur "Bilan 2018 : FCA"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
wizz
Membre

711000 ventes l’année dernière pour la marque

il fut un temps où la Punto à elle seule faisait presque 600.000
http://carsalesbase.com/european-car-sales-data/fiat/fiat-punto/

Invité

C’est bien triste de voir les marques italiennes massacrées par des financiers. On dira ce qu’on voudra mais je suis content que la famille Peugeot soit toujours impliquée et embauche des gens à la hauteur des défis…

greg
Invité

Mouais, c’est assez récent, et si PSA a eut autant de problèmes par le passé, c’est justement à cause de la trop grande implication de la famille Peugeot qui casait ses rejetons un peu partout à des postes stratégiques sans que ceux-ci aient les capacités qu’il fallait. Un bon exemple c’est Frédéric Banzet, pur produit du népotisme Peugeot.

pat d pau
Invité

exact et in fine, les chinois ont sauvé la famille de leurs erreurs.

Ozz
Invité

Quel gâchis d’avoir abandonnée ainsi la Punto. 20 ans de capital sympathie jetés à la poubelle par la gestion mono-maniaque du succès de la 500. Je suis convaincu que les marques Punto et Panda auraient pu (auraient du ?) profiter de ce succès plutôt que de le subir.

pat d pau
Invité

alors qu’il y a la Argo au bresil.. Je comprends pas le délire de John Elkann… il doit faire comme papa et doit trop snif… lui aussi on va l’appeler le « nez d’or » ?

zafira500
Invité

« Mike Manley sera-t-il le bon pilote dans l’avion FCA ? »
Ou plutôt John Elkann.

Allegra
Invité

« Dans cette ambiance morose, c’est Jeep qui tire les marrons du feu, ce qui ne manque pas de faire grincer des dents de nombreux inconditionnels du groupe italien qui estiment que la marque américaine est trop chouchoutée par rapport aux autres au sein du groupe FCA »

Ils n’estiment pas, c’est la réalité. Pour s’en convaincre, voir combien de nouveaux modèles (j’ai dit nouveaux, pas des restylages…) sont sortis chez Fiat et chez Jeep entre 2010 et aujourd’hui.
Et la perspective n’est pas prête de changer puisque chez Fiat, on ne prévoit toujours rien d’autre en dehors des Panda et 500.

Hennecy
Invité
Ce n’est absolument pas une réalité. La marque Jeep n’est pas chouchoutée, elle se developpe sur les profits qu’elle gagne elle-meme ! Fiat, Lancia, Maserati et Alfa Romeo depuis 10 ans, vive sur les bénéfices de Jeep, Ram et Chrysler depuis 10 ans. Tous les modeles de Fiat, Alfa et Maserati sont sortis grace aux profits réalisés par les marques américaines et c’est encore le cas aujourd’hui. Normal que Jeep developpe sa gamme, ce n’est pas qu’elle est privilégiée ou chouchoutée, elle developpe sa gamme grace à ses profits. Fiat, Lancia, Alfa et Maserati ne font pas le moindre bénéfice,… Lire la suite >>
Daniel
Invité

Par contre dans les nouvelles Jeep il y a dorénavant une grande partie de la technologie Fiat, ce qui n’est pas un mal d’ailleurs.

SGL
Invité

En faisant aussi peu d’investissements, rien n’est étonnant de la situation calamiteuse de Fiat en Europe (au sens large).
Il manque la moitié de modèles chez Fiat, Alfa, Maserati.
Trop de modèles sont anciens, c’est un peu comme si PSA avait en production des 207, des C3 Picasso, C3 II, 3008 & 5008 première génération.

SGL
Invité

En investissant une bonne fois pour toutes dans une bonne base sur le segment B, ils pourraient une Punto, une MiTo, Epsilon de nouvelle génération, ainsi que leurs dérivés SUV façon 2008, Captur.
Ça fera trois marques sauvées d’une faillite éventuelle, une bonne base pour les fondations du groupe FCA.

wpDiscuz