Accueil Dépêches Les transporteurs routiers exposent leurs doléances

Les transporteurs routiers exposent leurs doléances

1221
18
PARTAGER
Volvo FH16 (2018)

Les transporteurs routiers, particulièrement éprouvés par le mouvement des « gilets jaunes », ont rendu publique mardi une série de revendications allant d’un remboursement anticipé de la TICPE à la suspension des contrôles, au lendemain d’une rencontre avec le gouvernement.

« Alors que l’année 2018 pouvait être équilibrée en dépit d’un ralentissement sur la fin d’année, les mobilisations ont eu un impact majeur sur l’activité dont l’onde de choc se répercutera profondément en 2019 », ont déploré les organisations professionnelles du secteur (FNTL, TFL, Fédération nationale des transports de voyageurs, Otre, Unostra et Chambre syndicale du déménagement) dans un communiqué commun. La rencontre, lundi soir avec la ministre des Transports Elisabeth Borne et la secrétaire d’Etat à l’Economie Agnès Pannier-Runacher, a permis de « proposer des mesures dédiées pour accompagner les entreprises » au-delà des mesures générales déjà annoncées par le gouvernement, ont relevé les organisations professionnelles.

Pour renflouer la trésorerie des entreprises, elles demandent l’anticipation du remboursement semestriel de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) ainsi qu’un décalage de trois mois des contrats de leasing ou de crédit-bail. Elles veulent aussi voir limités les « effets néfastes » des mesures liées au report des échéances fiscales et sociales afin de ne pas pénaliser les entreprises dans leur relation avec les banques et l’Urssaf.

Après les actions des « gilets jaunes », elles veulent la « sécurisation » des contentieux liés à la surfacturation des péages provoquée par la mise hors-service de certaines installations des sociétés autoroutières, et s’opposent à toute pénalité pour retard de livraison « au regard des circonstances exceptionnelles de barrages filtrants et blocages ». Elles demandent aussi l’arrêt des contrôles sur les temps de conduite et de travail tant que dureront les manifestations. Les organisations du secteur revendiquent enfin « la création d’un fonds d’indemnisation des pertes d’exploitation pour les entreprises ne disposant pas d’assurances spécifiques sur ce préjudice ».

La FNTR estimait à Noël à quelque 2 milliards d’euros la perte d’exploitation pour l’ensemble du secteur. Une nouvelle évaluation est en cours, selon une porte-parole. Le gouvernement avait assuré lundi soir les transporteurs routiers de son soutien, notant qu' »un nouveau point de situation sera réalisé dans le courant du mois de janvier, à l’occasion duquel de nouvelles mesures d’accompagnement seront discutées ».

Par AFP

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Les transporteurs routiers exposent leurs doléances"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Le remboursement de la TICPE contribue à la mort du fret ferroviaire, qui finit par peser sur les frais de la SCNF et qui doit par conséquence fermer les petites lignes régionales et qui provoque un mécontentement général.

SGL
Invité

Le trafic routier international abîme le réseau routier Français, et la pollue la France par la même occasion, tout cela doit être compensé par des frais qui se retrouvent invariablement dans nos impôts ou dans les prix des péages.

amiral_sub
Invité

souvenons nous des bonnets rouges

SGL
Invité

Forcément, si l’on payait « le vrai prix » du transport, cela augmenterait légèrement le coût des victuailles…mais cela favoriserait la production locale et les emplois.

laportino
Invité

Le vrai prix… c’est à dire sans les taxes du coup ? Et sans les subventions reçues par la sncf ?

SGL
Invité

Oui, je vois… c’est vrai aussi.
Je ne suis pas le défenseur absolu de la SCNF, je suis même pour la concurrence de compagnie privée. (comme en Italie)
Mais les dés sont pipés, la concurrence des transporteurs routiers, oblige l’état (et nous les contribuables) de donner des subventions pour qu’elle ne meure pas, c’est le serpent qui se mord la queue.
N’oublions pas surtout que le train est sensiblement plus efficient en énergie que les transporteurs routiers, que seul le transport fluvial fait mieux, mais ce n’est pas pour les denrées périssables.

SGL
Invité

Peut-on satisfaire en même temps, les revendications de GJ et des transporteurs routiers et le contribuable moyen Français (qui est souvent la classe moyenne et celui qui paye pour tout le monde) ?

Bizaro
Invité

Qu’ils commencent par rendre la TVA et la TICPE qu’on leur remboursent.

Nos petites emplettes ne couteront pas plus beaucoup chères et au moins le prix écolo du carburant sera réellement supporté par tous…

Bizaro
Invité

Soyons fou et si on pouvait avoir une taxe carburant unique européenne et même mondiale cela donnerait un peu d’équité, et au moins les pollueurs par procuration payeraient eux aussi leur mauvais forfait…

wizz
Membre

et donc l’intérêt de tout centraliser par l’UE, décidé depuis Bruxelles, pour éviter que chaque pays de l’UE ne fasse le nécessaire (souvent du dumping) pour tirer la couverture (les investisseurs) vers soi.

wpDiscuz