Accueil Droit routier Sécurité Routière : 2018, une année record

Sécurité Routière : 2018, une année record

687
44
PARTAGER

A grand renfort de communication le Premier Ministre, Edouard Philippe, a annoncé un chiffre record concernant le nombre de tués sur la route en 2018. Une façon, un peu trop appuyée, de montrer que le 80 km/h, ça fonctionne.

Prenons d’abord les chiffres. Pour le moment, ils sont provisoires jusqu’au 30 janvier selon la norme. On considère comme tués sur la route les personnes mortes instantanément ou dans les 30 jours consécutifs à l’accident. Toutefois, cela ne devrait plus trop changer par rapport aux chiffres annoncés ce jour.

En 2018, il y a donc eu 3 259 décès en métropole. Par rapport au précédent plus bas historique, 2013, ce sont 9 morts de moins. Plus que ce « record », c’est surtout la baisse par rapport à 2017 qu’il faut regarder. 189 morts en moins soit une baisse de 5,5% par rapport à 2017. Du côté des autres indicateurs de l’accidentalité, c’est également en baisse. 3 950 blessés en moins soit -5,4%, mais aussi 6 868 hospitalisés de 24h ou plus en moins soit -24,8% (!).

Les automobilistes représentent 1 647 décès. C’est en baisse de 6,7% soit 120 tués de moins. Ils représentent les 2/3 de la baisse globale. Du côté des deux-roues, la baisse est moindre que la moyenne, mais tout de même de 4% à 756 tués en 2018. Ils continuent d’être sur-représentés eut égard à la proportion dans le trafic routier. Les décès de cyclistes restent un point noir de la sécurité routière avec -3,5% par rapport à 2017, mais toujours 14% de plus que 2013, l’année du précédent plus bas historique.

Les piétons tués sont aussi en baisse, mais que de 1,9% avec trois derniers mois de 2018 mauvais pour l’accidentalité de cette catégorie. Le tableau est complété par une nuance de taille, le trafic routier a augmenté de plus de 7% par rapport à 2013. Un bilan plus précis sera édité comme chaque année vers fin mai/début juin avec l’analyse détaillé des bilans d’accidents.

Un pré-bilan favorable

Voilà pour les chiffres. Voulant défendre sa décision de passer au 80 km/h généralisé à l’été 2018, Edouard Philippe les mets en avant, un peu trop ? Un pré-bilan à 6 mois a été réalisé par le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement la mobilité et l’aménagement (CEREMA). Selon ce pré-bilan, il ressort que 168 des 189 vies épargnées l’ont été sur le réseau secondaire (hors agglomération et autoroute). Mieux (pour le Premier Ministre), 116 de ces décès évités l’ont été sur le second semestre selon les chiffres de l’ONISR.

Enfin, la baisse du second semestre a été moins forte sur les deux derniers mois. La communication officielle parle de 60 décès qui auraient pu être évités si…les radars n’avaient pas été dégradés. Bingo ! Coup double dans la communication, le 80 km/h et les radars. Bon, il faut dire que la vitesse moyenne a sérieusement baissée depuis le passage au 80 km/h. Les relevés le montrent.

« Sur le réseau passé à 80 km/heure, la vitesse pratiquée a chuté dès le dimanche 1er juillet : de – 3,9 km/h pour les véhicules légers et de – 1,8 km/h pour les poids lourds. Elle s’est ensuite stabilisée pour les véhicules légers et a légèrement ré-augmenté pour les poids-lourds. Ces données ont été collectées sur 50 points d’observation répartis dans 20 départements. Des routes « neutres » sans dénivelé ni courbes spécifiques où l’usager peut accélérer ont été choisies. Les résultats ont été calculés à partir de 44 millions de passages de véhicules, entre juin et novembre 2018 ».

Trop de justifications ?

Le communiqué officiel ajoute même que les inter-distances entre poids-lourds et voitures sont inchangées.

Sans présumer du lien direct entre le passage aux 80 km/h sur le réseau secondaire et les chiffres de la Sécurité Routière en baisse, il faut avouer que cette avalanche de justificatifs sonne comme une volonté farouche de montrer qu’on a raison. Encore plus quand la communication utilise des graphiques avec des échelles adaptées pour accentuer les hausses ou les baisses.

Si les 6 prochains mois montrent une stagnation ou pire une remontée des chiffres, quelle sera alors la justification ? Avec une vision différente sur le 80 km/h entre le Président et le Premier Ministre, ce dernier ne cherche-t-il pas trop à montrer qu’il a raison ?

Illustration : Sécurité Routière

Poster un Commentaire

44 Commentaires sur "Sécurité Routière : 2018, une année record"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
lataupe2B
Invité

De la comm’ bien rodé ! Les vraies problèmes on en parle pas . C’est tellement plus facile. Et en 2021 on passe à 70 km/h ?

Invité

Et en 2025, on sera obligé de rouler à 0 km/h, ce qui fait que si tu veut rouler, tu sera obligé de le faire en marche arrière : c’est tellement plus « secure » 😉

Fabi35
Invité

C est toujours une bonne chose qu il y est moins de morts. Mais là ça sens quand même « j avais raison nananinanere et pas vous »
Il il a plein d autres secteurs ou il y a plus de mort et beaucoup beaucoup moins de comm’ et d argent utilisé (pour rester poli).

Invité

oui mais ces secteurs là ne rapportent pas, au contraire, on est obligé de dépenser beaucoup pour un résultat bien maigre

Seb
Invité

Surtout qu’ils peuvent falsifier ces chiffres comme bon leur semble , les prolos au cerveau shooté à grand coup de doses de TPMP ( pourquoi tu crois que l’autre tanche de Schappia est allé la bas plutôt que dans une émission regardée par des gens avec plus de 14 de QI ) sont trop crédules pour penser le contraire et de toute façon ils sont un peu les seuls avoir les véritables chiffres donc bon …

Lou 17
Invité

comparer par rapport a 2013 .. ensuite moins de radars en fonctionnement et en pratique beaucoup circule comme avant !!! Cesera encore un débat pour ou contre .Diront -ils , si il y a une hausse de morts sur les route que c’est à cause des radars dégradés !!!

Lovehornby
Invité

Et dans quelle catégorie il va falloir placer les nouveaux engins a une, deux ou trois roues, électrique, avec lesquels les conducteurs évoluent sur tous les réseaux (trottoirs, rues piétonnes, pistes cyclables, passages piétons, et voie des automobiles, périphériques et rocades pour certains) sans éclairage homologué et sans protections. Ça va devenir très compliqué de faire un constat d’accident…

retrouvé le retour
Invité

Qui paye les liftings de Madame la Madonne des radars que je vois à la télé « que je paie avec mes impôts » ?
Le côté lamentable de ces truquages de stats c’est qu’ils jouent sur des données qui normalement ne peuvent pas être prises en compte statistiquement.

lym
Invité

Vu ses turl….. appuyées au système répressif, je pense que sa crème anti-rides c’est du bio et que ce n’est pas cela qui nous coûte cher!

wpDiscuz