Accueil Salon de Détroit Detroit 2019 : enfin la Toyota Supra

Detroit 2019 : enfin la Toyota Supra

1526
33
PARTAGER

Après des mois à l’attendre, la nouvelle Toyota Supra est dévoilée au Salon de Detroit 2019. Pas de « pshouiiiit » de soupape de décharge au programme mais une sacrée ascendance à laquelle succéder.

C’est la 5e génération de Supra que nous avons sous les yeux. La plus connue est sans doute la « Mark 4 » qui fut de tous les jeux vidéo automobile avec son bruit de turbo caractéristique. Marketing oblige, c’est une Toyota Gazoo Racing pour faire le lien avec le préparateur maison et les programmes sportifs du constructeur japonais.

Pour sa Supra, Toyota a voulu rester fidèle à la marque de fabrique, à savoir un 6 cylindres en ligne turbochargé. Ici, c’est un 3 litres bi-turbo qui développe 340 chevaux et 500 Nm de couple. Le tout est envoyé aux roues arrières via une transmission automatique à 8 rapports avec palettes au volant. Le 0 à 96 km/h est fait en 4,1 secondes. Le 0 à 100 km/h en 4,3 secondes.

Le concept FT-1 a mal évolué

Esthétiquement, la Supra reprend les lignes du concept Toyota FT-1 en plus « fades ». Evidemment les passages en production font toujours cela. Mais, ici, on aurait pu s’attendre à plus d’audace de la part de Toyota. Le constructeur se justifie par une volonté de « condenser les formes et réduire les éléments non nécessaires ».

L’extérieur regorge il est vrai de petits détails comme le double bosselage du toit, des feux « full led » dont ceux de l’avant font référence à la 4e génération de la Supra. En revanche le « nez » façon Peugeot n’est pas très heureux. Si ? L’arrière est dicté par des considérations aérodynamiques et rappel un peu celui de la Viper.

A l’intérieur, les compteurs sont affichés sur un écran comme de plus en plus. Ici, Toyota a créé un compteur qui « semble flotter dans l’air ». On demande à voir en vrai, sur les photos ce n’est pas flagrant. Le tableau de bord est traité de façon horizontale. On regrettera l’écran central posé sur le dessus. L’intérieur est sombre comme de coutume avec les sportives, qui plus est nippones. Le diamètre du volant est plus petit que sur les autres modèles du groupe. Là aussi, sportive oblige.

Plus que le plumage dont chacun sera juge, c’est techniquement que cette Supra est attendue. La répartition du poids est de 50:50. Le moteur dispose de l’injection directe et de la distribution variable. La boîte de vitesse dispose de passages rapides. Le contrôle de traction permet de dompter la cavalerie qui file aux roues arrières.

Toyota promet du sport et de la maniabilité

Pour montrer que sa nouvelle Supra est à la fois une sportive et une voiture de « tous les jours », elle dispose de deux modes de conduite : normal et sport. En mode sport, l’électronique s’efface un peu et permet des dérives, la réponse à l’accélérateur est plus directe, la direction est affermie, l’échappement fait plus « vroum vroum ». Enfin, le différentiel est plus agressif.

Car oui, la Supra possède un différentiel pour contrôler la répartition du couple sur les roues arrières droite et gauche. Toyota met l’accent sur son différentiel qui utilise un moteur électrique et un embrayage multi-plateau. Selon le constructeur, cela permet des passages en courbe plus incisifs, que ce soit au freinage comme à l’accélération. En mode normal, cela permet de rendre la voiture plus neutre, ni sous ni sur-vireuse.

Un châssis aux petits oignons ?

Et Gazoo Racing dans tout cela ? Et bien ils se sont chargés du développement du châssis. Déjà en faisant une répartition 50:50, mais aussi en mettant l’accent sur la rigidité et un centre de gravité très bas. Les suspensions, adaptatives, ont été aussi travaillées pour rendre la Toyota Supra très stable en virage, mais aussi au freinage. L’empattement court (2,47 m) doit permettre d’enrouler les virages.

La voiture repose sur des jantes 19 pouces en alliage forgé. A l’arrière, les gommes sont en 275/35R19 quant à l’avant elles sont en 255/35R19. Pour l’occasion, ce sont des Michelin Pilot Super Sport. Le freinage est confié à Brembo.

Pour débuter sa carrière, la Toyota Supra sera disponible en une « Launch Edition » basée sur la version « 3.0 Premium ». Par la suite, à partir de cet été 2019, deux versions seront proposées, une 3.0 et donc la 3.0 Premium.

L’avis de Leblogauto.com

Il est sans doute dommage que la Toyota Supra perde de la radicalité stylistique du concept FT-1. Toutefois, le dessin reste agréable. Reste à voir ce que donne le moteur et surtout le châssis. On a hâte de comparer la Toyota Supra avec sa cousine la BMW Z4.

Côté positionnement, la Toyota Supra va débuter à $49 990 aux USA et devrait être autour des 60 000 euros de base (sans compter le malus). De quoi la mettre en face d’autres voitures plaisir comme la Porsche Cayman ou l’Alpine A110.

Pour le malus, Toyota annonce des émissions de CO2 en NEDC corrélé de 170 g/km. En terme de malus, il faudra donc ajouter 4 890 euros à la douloureuse. Pour comparaison, l’Alpine A110 est à 144 g/km (+1 050 euros), le Porsche 718 Cayman à 180/186 g/km (de 7 340 à 9 050 euros).

supracaracteacuteristiquestechniques-598243

Illustration : Toyota

Poster un Commentaire

33 Commentaires sur "Detroit 2019 : enfin la Toyota Supra"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Wawan
Invité

Elle est sympa la nouvelle z4 coupé 🤣

MINI_Stig
Invité
« Pour montrer que sa nouvelle Supra est à la foi une sportive et une voiture de « tous les jours » » => joli ! 😀 Sinon le différentiel est partagé avec la Z4 ou c’est spécifique à la Supra ? On peut noter qu’à l’intérieur, les commandes, que ce soit sur le volant, la clim, la molette, levier etc.. proviennent des BMW de la génération précédente (ancienne Série 3 par exemple), et non pas de la nouvelle Z4 ! J’aime bien le côté conducteur rouge et le côté passager noir sur une des versions. L’extérieur est pas mal non plus… Lire la suite >>
17A
Invité

Justement, moi je la trouve un peu trop compacte, moins bien proportionnée que la FT-1

MINI_Stig
Invité

Dans un sens, si on parle purement des lignes, je suis d’accord qu’elle fait un poil trop compacte pour une GT. Mais du coup ça lui donne un air de voiture moins lourde qu’elle en a l’air, plus orientée sur le sport, et je pense que ça sera le cas.
Pour plus gros, il faut viser la LC 500 de toute manière, et là… quelle ligne à couper le souffle !!

@Thibaut Emme, ma fois ça me semble parfait ! 🙂

Guill
Invité
Je crains l’échec. Pour plusieurs raisons: – L’Europe germanophile qui ne mettra pas 50k€ pour une Toyota. Ou sera taguée de Z4 du pauvre. L’arrivée récente de l’Alpine et son succès. Ainsi que les chiffres décevants de la GT86. – Aux USA, la concurrence locale à +-300ch commence à moitié prix. Et des monstres de puissance sont à $50k. Ajoutons à cela l’échec des voitures plaisirs comme la 4C. – L’absence de boîte manuelle. – Design du concept que peu aimaient et qui se retrouve assez affadi en série. – L’interminable teasing qui donne ce sentiment de « tout ça pour… Lire la suite >>
Gustave
Invité

c’est clair, déjà qu’a l’époque on ne voyait pas bcp de supra, alors la, avec le malus et tout….
Et y’a pas à dire, ces voitures vont bien aux usa ou ils ont plus la culture de ces autos qu’en france.

L’alpine serait, j’en suis sur, un must have à L.A lors des cars and coffee !!

labradaauto
Invité
une analyse que je partage – je dirai que les autos de sport acquièrent renommée après que le constructeur les ait engagées avec retentissement médiatique en COMPETITION. Or aujourd’hui c’est trop difficile ! Les constructeurs qui se sont engagés en sport automobile ont provoqué eux même une escalade qu’ils ONT DU MAL A SUIVRE. On a vu que Ford a failli être absent de la course sur route en 2019 – Toyota : c’est le petit modèle qu’ils ont engagé et qui s’est révélé compétitif en 1ère mouture. La Supra : Faudrait-il un développement, un retour de l’histoire avec Waldegard… Lire la suite >>
Gustave
Invité

Cette supra, comme l’ancienne, sera engagé dans ce super championnat qu’est le gt japonais ! et on se souvient tous de la supra castrol que bcp on découvert dans gran turismo.
C’est clair que je m’inquiète bcp du futur des engagements officiels en sport auto dans les championnats fia ! par ex, le nouveau règlement moteur en F1 n’a pas attiré de nouveaux constructeurs, contrairement à la Formula E…

Lacomete
Invité

J’ai des doutes sur les 4,1 au 100 annoncé pour une voiture de 1500kg….plutôt 4,5.

labradaauto
Invité

Je ferai un 400 m DA là où j’ai l’habitude de faire avec le chronomètre habituel aussi . Parce que là on parle de ZERO à QUATRE VINGT SEIZE km/h . Je ne situe pas

Lolo
Invité

@Lacomete, c’est 4,1s sur le 0-96 km/h (soit 0-60 mph pour les US) et 4,3s sur l’exercice du 0-100 km/h ce qui nous parle plus 😉 . Ensuite concernant la véracité des mesures, dur de savoir, il faudra voir les tests mais la boite 8 aide surement pour l’exercice.

labradaauto
Invité

merci pour les photos de l’auto : Cette fois on y voit !
ma 1ère critique n’est qu’un louange à nos dessinateurs Français et Italiens qui dessinent beaucoup mieux les automobiles que les Asiatiques .
la 2ème : j’ai envie de l’essayer !
le mode sport décrit semble bien à mon goût – De mémoire les toyota que j’ai conduites JADIS avaient ce côté flou dans les commandes que je bannis, Alors peut-être cette sportive moderne sera top ? sais pas .

wpDiscuz