Accueil Constructeurs Les constructeurs automobiles allemands invités à la Maison Blanche

Les constructeurs automobiles allemands invités à la Maison Blanche

642
6
PARTAGER

Les patrons de Volkswagen, de BMW et de Daimler devraient se rendre mardi à la Maison Blanche afin de rencontrer des dirigeants américains.

Le journal allemand Handelsblatt indiquait ainsi dès jeudi dernier que l’administration Trump avait invité les patrons de ces constructeurs allemands  à une réunion sur la politique commerciale des Etats-Unis.

Une manière d’arrondir les angles alors que Donald Trump a récemment indiqué via un tweet qu’il avait toujours l’intention  de taxer les importations US de véhicules en provenance de l’Union européenne.

Citant une source proche du dossier, l’agence de presse allemande DPA a fourni dimanche de plus amples précisions. Indiquant que les dirigeants de Volkswagen, Daimler et BMW auraient des discussions avec le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross et le Représentant au Commerce des Etats-Unis Robert Lighthizer. A l’heure actuelle, les trois grands constructeurs allemands n’ont ni infirmé ni confirmé l’entrevue.

Selon DPA, les patrons de Volkswagen – Herbert Diess – et de Daimler – Dieter Zetsche – devraient prendre part aux rencontres prévues à la Maison Blanche. La présence du patron de BMW – Harald Krueger – demeurerait quant à elle incertaine.

Une taxe de 25 % : l’enjeu des négociations

Les constructeurs automobiles allemands sont confrontés à un vaste défi : convaincre Donald Trump de ne pas mettre à exécution sa menace d’imposer une taxe de 25% sur les véhicules importés.

Pour rappel, fin mai, le locataire de la Maison Blanche avait annoncé son intention d’imposer des tarifs douaniers en vue défendre le secteur automobile US. En vue d’argumenter sa démarche, il avait parallèlement chargé le département au Commerce de mener une enquête approfondie afin de déterminer le bien fondé de telles mesures. Malgré une farouche opposition à la mise en place de telles taxes, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross avait tout de même déclaré qu’une telle fronde ne ferait pas dévier l’administration Trump de son cap si cette dernière aboutissait à la conclusion que de telles mesures étaient légitimes pour protéger la sécurité nationale.

Selon les informations fournies par le gouvernement allemand, une augmentation des tarifs américains sur les importations automobiles – actuellement de 2,5% en moyenne – à 25% pourrait diminuer jusqu’à 0,2% le produit intérieur brut (PIB) de l’Allemagne. De telles mesures pourraient ainsi coûter entre 5 et 7 milliards d’euros à l’industrie automobile allemande.

Des nouvelles  taxes sur le point d’être annoncées ?

Un rapport non finalisé, contenant des recommandations sur le montant des taxes et les pays concernés, a été remis à Donald Trump qui doit rendre sa décision prochainement.

Le département américain au Commerce est quant à lui en train de finaliser ses recommandations sur les droits de douane.

Selon la presse allemande, ces taxes pourraient être annoncées après le G20 qui vient de s’achever en Argentine. L’Union européenne serait particulièrement visée.

Le cas échéant, la décision viendrait sérieusement écorner la fragile trêve conclue entre Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker en juillet dernier.

Représailles de l’Europe ?

La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmströmn, a averti mercredi dernier que toute taxe américaine sur les importations de voitures provoquerait des représailles immédiates.
Mi-novembre, lors d’une visite à Washington, Cecilia Malmströmn avait d’ores et déjà indiqué que l’Europe était prête à prendre des mesures de représailles si Donald Trump mettait à exécution ses menaces.

« L’Union européenne a une liste de taxes douanières prête si les Américains imposaient des taxes sur les voitures », a-t-elle déclaré. Rappelant parallèlement que selon les termes de l’accord conclu entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker, l’imposition de nouvelles taxes était suspendue tout le temps que duraient les négociations.

La Commissaire avait toutefois reconnu que l’Europe n’avait « reçu aucune assurance » qu’elle serait effectivement exemptée de nouvelles taxes.

Sources : AFP, Reuters, DPA, Handelsblatt

Crédit Photo : LBA

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Les constructeurs automobiles allemands invités à la Maison Blanche"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
polo
Invité

Ce rendez-vous à mon avis va surtout ressembler à du chantage de la part de Trump pour que les constructeurs Allemands augmentent leur production aux USA car j’imagine mal les PDG se déplacer pour se voir « imposer » des taxes supplémentaires.

Invité

d’un autre côté, si Trump fait avec les allemands ce qu’il a fait avec les chinois : menacer d’augmenter les taxes pour finalement les baisser hier … c’est tout benef pour les allemands

Fanch
Invité

Trump va leur dire d’implanter des usines au US s’ils veulent continuer à vendre aux US sans surtaxe, c’est du bon sens, y’a qu’en France où nos dirigeants applaudissent lorsqu’une usine d’un constructeur français est inauguré à l’étranger…

Invité

sauf que les usines des constructeurs français à l’ETRANGER ne sont que des usines d’ASSEMBLAGES, qui donc ASSEMBLENT des éléments (châssis, moteurs boites …) produits dans des usines de FABRICATIONS situées elles en FRANCE

Thomas
Invité

Vu comment Donald est borné(dans le mauvais sens du terme)je ne crains pas de me « trumper » en affirmant que les Allemands vont rentrer bredouille de cet entretien 😮

wpDiscuz