Accueil Ford Ford : résultats en forte baisse mais meilleurs que prévus

Ford : résultats en forte baisse mais meilleurs que prévus

620
0
PARTAGER

Chaud et froid pour Ford ? Comme quoi tout est relatif dans ce bas monde. Alors que la presse anglo-saxonne déplore que le constructeur affiche une baisse de 37% de ses bénéfices, la presse de l’Hexagone se félicite quant à elle que le constructeur ait annoncé mercredi des résultats trimestriels meilleurs que prévus, tout en maintenant son objectif financier annuel.

Elle note toutefois que Ford n’a pas donné d’informations sur les suppressions d’emplois prévues dans le cadre de son plan de restructuration en cours. Ce dernier devant générer une charge de 11 milliards de dollars. En France, l’épineux dossier de la reprise de Ford Blanquefort, dans la région bordelaise – fortement suivi par la classe politique – génère quant à lui beaucoup d’inquiétudes.

Bénéfice en nette baisse mais supérieur aux attentes

Les mauvais résultats en Chine et sur d’autres marchés étrangers ont contribué à une baisse de 37% du bénéfice net du troisième trimestre de Ford. Face à ce contexte, le constructeur a renoncé à son objectif de porter sa marge bénéficiaire mondiale à 8% d’ici 2020.

Il n’en demeure pas moins que le groupe automobile américain a dégagé au troisième trimestre un bénéfice net de 991 millions de dollars. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action s’élève à  29 cents, alors que les analystes financiers dans leur ensemble tablaient sur contre 28 cents.

Matières premières et Chine pèsent

Cette forte dégringolade du bénéfice net s’explique notamment par la hausse des prix des matières premières, acier et aluminium. Un essoufflement des ventes en Chine aura accentué la tendance. Ford s’y trouve freiné par un portefeuille composé essentiellement de modèles sur le déclin. Bilan des courses : les ventes réalisées en Chine auront chuté de 43 % sur la période.

Hausse du chiffre d’affaires

Le trimestre aura toutefois été marqué par une hausse de 3,3 % du chiffre d’affaires, lequel s’élève à 37,6 milliards de dollars. Une performance obtenue grâce aux ventes d’imposants véhicules aux Etats-Unis. Lesquelles auront permis de compenser les difficultés rencontrées par le constructeur en Chine et en Europe.

La zone Europe a en effet enregistré une perte de 245 millions lors du troisième trimestre, en raison principalement de la Turquie et la Russie.

Les investisseurs rassurés que le pire soit évité

Comme quoi, prévoir le pire a parfois du bon, quand les choses se passent mieux que prévu. Les investisseurs auront en effet réagi favorablement à l’annonce de Ford, rassurés par l’état des finances du constructeur alors qu’ils s’attendaient à des performances nettement moins satisfaisantes.

L’action du constructeur progressait ainsi de 6,36 % en fin de journée mercredi dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance à Wall Street.

Vaste plan de restructuration à financer

Rappelons que fin juillet, Ford a annoncé un vaste plan de restructuration comprenant des suppressions d’emplois, l’arrêt de la production de compactes en Amérique du Nord, et la réaffectation de liquidités vers les segments rentables. Le constructeur avait alors averti que ce projet allait engendre une charge de 11 milliards de dollars d’ici 2021-2023.

Aucun détail sur le sujet n’a été communiqué mercredi.
Les syndicats européens redoutent quant à eux des impacts très forts sur l’emploi, s’inquiétant d’éventuelles fermetures d’usines, comme à Blanquefort.

Les taxes sur acier et aluminium entachent l’avenir

Ford demeure néanmoins confiant pour l’avenir. Ses prévisions de ventes du pickup F-150 et de ses SUV lui permettent de confirmer son objectif d’un bénéfice par action ajusté 2018 compris entre 1,30 et 1,50 dollar. Et ce, même s’il chiffre d’ores et déjà à un milliard de dollars le surplus de charges induit par les nouvelles taxes sur les importations (de 25 %d’acier et de 10 % sur l’aluminium) voulues par Trump.

Rappelons que l’instauration de ces nouveaux tarifs douanier ont provoqué une flambée de ces matériaux. Ces derniers constituant une part très importante des composants d’un véhicule, les constructeurs en auront été fortement affectés.

« Espérons que ces taxes vont être supprimées et que nous retournerons à des prix normaux », a déclaré pour sa part mercredi le directeur financier de Ford Bob Shanks.

Ford a par ailleurs averti qu’une « détérioration inattendue » cette année en Europe et en Chine ajoutée à des « coûts élevés et des incertitudes entourant le secteur » automobile allaient contrecarrer ses ambitions à l’horizon 2020.

Sources : Automotive News, AFP

Crédit Illustration : Ford

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz