Accueil Bilan Sécurité Routière : bilan 2017 des radars automatiques

Sécurité Routière : bilan 2017 des radars automatiques

604
8
PARTAGER

La Sécurité Routière vient de publier le bilan 2017 des radars automatiques. Plusieurs informations intéressantes sont à lire.

Déjà, en 2017, il y a eu 26,1 millions de « flashs ». C’est en augmentation de 2% par rapport à 2016. Cette hausse est à mettre en partie au crédit des 72 radars autonomes (ex-radar chantier) ainsi que des 32 radars discriminants (les poteaux noirs qui font le distinguo entre camions et voitures).

Par ailleurs, les radars autonomes ont crépité 4,9 millions de fois en 2017 contre 3,5 en 2016. Ces radars, à la base prévus pour sécuriser les chantiers, se retrouvent désormais déplacés dans des zones de plusieurs kilomètres. Vous pouvez les voir à tel endroit un jour, et un autre endroit le lendemain. Certaines zones dépassent les 10 km.

Chose étonnante, à moins que la peur du radar ne fonctionne, les radars de feu rouge continuent de moins flasher. Déjà à la baisse en 2016, ils connaissent une baisse de 8,2% du nombre de flash, alors que le parc est resté stable.

Sur les 26,1 millions de flashs, seuls 17 millions ont été transformés (automatiquement ou via un contrôle humain) en avis de contravention. C’est une hausse sensible de 6,1%. Le renouvellement des radars, et un meilleur fonctionnement du système aboutissent à cela.

Le radar le moins performant n’a fait qu’un flash en 2017

Globalement, les flashes sont toujours en majorité des excès de vitesse de moins de 20 km/h. Seuls 4,4% dépassent en effet les 20 km/h en 2017. Autre impact des mesures prises, la dénonciation, pardon « désignation« , du conducteur en entreprise. De 26% en 2016, le taux de désignation est passé à 78,2% en 2017 ! Dans le même temps, les infractions avec un véhicule au nom d’une personne morale baissent de 9,4%, à 3,2 millions tout de même.

Les radars qui ont le plus flashé en 2017 sont situés sur des axes à très fort trafic évidemment. Tous sont situés sur des autoroutes et le plus « flasheur » dépasse les 125 000 clichés en 2017. Plus de 342 flashs par jour, plus de 14 par heure, un toutes les 4 minutes…

A l’inverse, le radar qui a le moins flashé n’a effectué qu’une prise de vue en un an ! C’est un radar-tronçon, entre Lamastre et Tournon-sur-Rhône, sur 7 km. Les 10 premiers sont à moins de 50 flashs dans l’année. Ce qui permet à la Sécurité Routière d’y aller de son petit couplet : « Ces radars ont produit leurs effets, en contribuant par leur présence au respect de la vitesse autorisée. Ils ne sont ni désactivés, ni déplacés, preuve que l’objectif n’est pas de générer des amendes mais de susciter des comportements vertueux ».

Plus de 1 milliard d’euros récoltés rien qu’avec les radars

Parmi les infos « insolites » de ce bilan, il y a le nombre de PV envoyés à l’étranger. De plus en plus d’accords de coopération entre la France et ses pays voisins sont signés. Désormais, ce sont 13 pays qui ont signé des accords. Cela participe à la transformation d’un flash en avis de contravention. Ce nombre de PV envoyés hors des frontières grimpe de 8,2% à 3 millions de prunes. Cela représente 17,6% des infractions envoyés !

Les champions du flash en France, sont nos voisins belges avec 463 092 PV envoyés. Ils devancent de peu les Espagnols avec 452 191 PV. Les Allemands ne sont que 3e. Arrivés en cours d’année 2017, la Hongrie, la République-Tchèque ou la Slovaquie grimpent déjà dans le classement.

Enfin, on en vient à ce qui nous intéresse tous en tant que sujet à l’impôt et attentif aux recettes de l’Etat. Les PV étrangers sont recouverts avec un taux en hausse de 34,2%. La partie radars des recettes des infractions s’est élevée à 1,013 milliard d’euro en 2017 soit une hausse de 10%. On double à peu près (chiffres non encore officiels) pour avoir le montant global des amendes (flashs, ceintures, alcool, permis, assurance, téléphones, feu rouge, stop, etc.).

Une bonne nouvelle pour les finances de l’Etat et les diverses affectations du budget pour l’amélioration des routes et des infrastructures qui bénéficient directement de cet impôt solidaire et volontaire.

Illustration : Anthony Levrot/CC BY-SA 4.0

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Sécurité Routière : bilan 2017 des radars automatiques"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Stabak
Invité

«Seulement» un milliard d’euro récolté? C’est vraiment pas énorme quand on compare a plein d’autres secteurs qui rapportent à l’état. Est-ce que ce chiffre comprend les frais d’entretien des radars (remplacement, pannes, destruction…)?

Lou 17
Invité

des discours de bistrots ,répété, rabaché.au prochain épisode !!!

E.macron
Invité

De bonne augures pour 2018….. et pour le financement des hôpitaux.

Joli score du Luxembourg 😀

wpDiscuz