Accueil Electriques Mercedes EQC : toutes les infos

Mercedes EQC : toutes les infos

1899
26
PARTAGER
Mercedes EQC

Après moult teasers, Mercedes lève le voile sur son premier modèle électrique, le Mercedes EQC, fer-de-lance d’une offensive électrique qui aboutira au lancement de 10 modèles électriques d’ici 2022.

Deux ans après en avoir présenté le concept au dernier Mondial de l’Auto en 2016, Mercedes y revient cette année avec la version de série. Le concept Generation EQ était annoncé avec une puissance de 300 kW, une transmission intégrale et une autonomie de 500 km en cycle NEDC. Mercedes a tenu parole à quelques kilomètres près.

Promesses techniques tenues

L’EQC est propulsé par deux moteurs électriques qui développent une puissance totale de 300 kW (408 ch) et un couple de 765 Nm. Chacun des moteurs est posé sur un essieu conférant au EQC une transmission intégrale. L’EQC embarque un pack de batteries de 80 kWh avec à la clé une autonomie de 450 km NEDC. Le contrat est donc rempli.

Tout ce barda électrique a un poids conséquent puisque le Mercedes EQC affiche 2 425 kg sur la balance. À titre de comparaison, le Jaguar i-Pace pèse 2 130 kg. Le poids de la qualité allemande vraisemblablement. Mercedes annonce une vitesse maximale limitée à 180 km/h et un 0 à 100 km/h abattu en 5,1 secondes.

Modèle premium oblige, le Mercedes EQC offre un système de recharge rapide qui permet de charger 80 % de la batterie en environ 40 minutes. Le constructeur prévoit d’installer 400 stations de recharges rapides en Europe pour rassurer les futurs propriétaires. Comme la marque n’a jamais été très généreuse, les recharges seront, bien entendu, payantes.

Sur la route, les conducteurs pourront optimiser leur autonomie en ajustant les modes de conduite de la voiture. Les cinq modes de l’EQC sont Comfort, Eco, Max Range, Sport et un mode individuel avec lequel le conducteur pourra programmer ses options préférées. Le conducteur est également en mesure de doser la récupération d’énergie au freinage via des palettes situées derrière le volant.

Styles extérieur et intérieur conventionnels

Mercedes emballe toute cette technologie dans un écrin qui rassurera les fidèles de la marque. De profil, le Mercedes EQC ressemble à s’y méprendre à un GLC. À l’avant, l’EQC se distingue par la grande surface noire qui combine les phares et la calandre. Pour la première fois, ce panneau noir est bordé au sommet par une signature lumineuse à LED comme lien visuel entre les feux de jour.

Comme souvent sur les modèles la marque, le Mercedes EQC propose deux calandres, une traditionnelle avec sept barrettes horizontales accompagnées d’une entrée d’air inférieure conservatrice et une deuxième centrale plus moderne avec seulement deux barrettes horizontales au centre et une entrée d’air plus stylisée.

À l’arrière, l’EQC joue la discrétion voire le mimétisme avec une bande lumineuse qui court sur toute la largeur et des feux qui évoquent ceux des SUVs Porsche.

Enfin, les roues, de 19 à 21 pouces, sont améliorées sur le plan aérodynamique et présentent des styles bicolores. À l’instar de la calandre, deux variantes sont proposées : une à thème bleu et une à rayons.

Avec ses 4,76 m de longueur, le 10 cm plus long que le GLC. Ces dimensions généreuses lui permettent de transporter cinq passagers et de proposer un volume de coffre de 500 litres.

Dans l’habitacle, Mercedes adopte des formes familières. On retrouve l’écran « Widescreen » composé de deux écrans de 12,3 pouces et une console centrale qui évoque les dernières tendances de la marque avec son plaquage en piano laqué et sa platine de commandes de climatisation. L’EQC se démarque de ses frères et sœurs par des aérateurs centraux à la forme inédite. Rectangulaires, ils abritent des persiennes en forme de clé. Comme à l’extérieur, Mercedes propose deux thèmes : une ambiance lumineuse bleue avec une sellerie noire et une ambiance lumineuse rouge avec une sellerie bicolore noire et grise.

Produit dans l’usine de Brême en Allemagne et en Chine, le Mercedes n’arrivera dans les concessions qu’au deuxième semestre 2019.

 

 

Poster un Commentaire

26 Commentaires sur "Mercedes EQC : toutes les infos"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité

Les SUVs ça sert à rien.
Lui semble avoir des arguments!
Et des bons.

sylver
Invité
Perso j’aime assez le style mais les perfs laissent un peu à désirer: – 180km/h en pointe pour 300cv… soit leur transmission est très courte, soit ils ont des soucis de dissipation de chaleur… – 400V… en 2019 Porsche et Aston Martin lancent leur modèles en 800V. Au niveau recharge DC, ils devraient etre un niveau au dessus. – Chargeur embarqué 7.4kW: même avec un bon chargeur triphasé à la maison ou au bureau il faudra plus de 10h pour faire le « plein ». – A 2t4, c’est un beau bébé… Bref, cela me semble très conservateur. Mais bon, sans doute… Lire la suite >>
wizz
Membre
La transmission n’est pas spécialement courte, ni particulièrement longue. Il n’y a qu’un seul rapport, une seule démultiplication, et c’est juste un compromis Les roues des voitures font à peu près 2m par tour. Quand la roue fait 1000rpm, la voiture avance de 2km, soit 120km/h. Et donc, quand la roue fait: -100rpm, la voiture roule à 12km/h -50rpm, 6km/h -1500rpm, 180km/h (nécessitant une puissance dans les 100ch) -2000rpm, 240km/h (nécessitant une puissance dans les 250ch) Supposons que la transmission est directe, 1tr moteur élect = 1tr roue -à 2000rpm moteur, la voiture roule à 240km/h. Des moteurs électrique développant… Lire la suite >>
sylver
Invité

Pas entierement d’accord.
Une Tesla fait 250km/h avec 320kW.
Ensuite si le moteur électrique est conçu correctement, la limite de rotation max est lié a l’équilibrage et aux forces centrifuges. La courbe de puissance est linéaire au debut (couple constant, dicté par le courant max) ensuite plate quasiment jusqu’à vmax.
Finalement, sur un EV la vitesse max constant est plus liée aux contrainte thermique de la batterie qu’au dimensionnement du moteur/boite.

wizz
Membre

la Tesla S dual fait 250km/h
la Tesla S simple moteur, c’est bien moins…

Il y avait un article sur le camion électrique de Tesla, avec un double essieux motorisés à l’arrière. On pouvait voir les valeurs des ratio de transmission sur chaque essieu. Un fort ratio pour les faibles allure ET/OU pour affronter les cotes. Puis un autre ratio plus faible pour rouler sur les routes à allure normale

wizz
Membre

http://www.epsic.ch/cours/electrotechnique/theorie/inductance/elt-230.html
courant de Foucault, auto induction, Lenz, etc…..
-> regarder le paragraphe Foucault, avec le disque plein et continu, puis le disque découpé

-> puis regarder le rotor de ce moteur électrique par exemple
https://st3.depositphotos.com/1609055/16018/i/1600/depositphotos_160181634-stock-photo-rotor-with-copper-winding-electric.jpg

Plus un moteur tournera vite, et plus fort sera le courant de Foucault créé. Ce courant va créer une force s’opposant….à celle qui lui a permis d’exister. On le voit très bien dans les ralentisseurs de camion et bus, qui sont très efficaces à grande vitesse, et quasiment rien à allure d’escargot

AXSPORT
Invité

Atroce

Francois
Invité

Je ne suis pas pro-Tesla, je ne suis de toute façon pas pro-VE tout court, mais sur le papier, ce Merco n’offre rien de plus que le Model X, voire moins. Si l’offensive des BAM, qui devaient mettre Tesla à genou, se résume à ça, Elon va pouvoir prendre quelques nuits de sommeil.

wizz
Membre
Honda fait d’excellentes voitures. Mais faute d’un réseau suffisant en Europe, la marque y fait de la figuration Il en est de même en voiture électrique. Les voitures élect de Mercedes (ou BAM) n’ont pas forcement besoin de surpasser, de surclasser celles de Tesla. -ils savent produire à grande échelle, et rapidement, et d’un bon niveau de qualité -ils ont une forte puissance financière (ex: malgré les investissements classiques en cours, malgré les pénalités du dieselgate, le groupe VW a fait en moyenne dans les 5-10 milliards de bénéfice… Les bénéfices nettes d’une seule année leur permet de construire une… Lire la suite >>
Francois
Invité
Honda fait d’excellentes voitures mais malgré un réseau de distribution dense aux USA, sa marque premium Acura ne joue pas les premiers rôles. Tesla conserve trois atouts par rapport à Mercedes : – Pas une de ses voitures n’a un jour rejeté un gramme de CO2. – Il est précurseur (mettons de côté les VE du début du XXème siècle, laminées dès qu’on a pu démarrer une auto à moteur thermique autrement qu’avec une manivelle) sur son segment. – Il bénéficie de son réseau de Superchargers. La production à grande échelle est-elle un atout décisif ? Les VE représentent quoi… Lire la suite >>
wizz
Membre
d’après quelques recherches, on peut dire que FCA vend ses différentes marques regroupées dans un réseau en commun https://www.autoremarketing.com/sites/default/files/styles/story_page_main_image/public/Jeep%20Chrsyler%20Dodge%20of%20Ontario%20BUILDING1.jpg?itok=uSX2kDFc en revanche, pour Accura, ça semble être un réseau indépendant https://c8.alamy.com/comp/MPCTX7/tischer-acura-car-dealership-in-annapolis-md-usa-MPCTX7.jpg https://r2.cpapracticeadvisor.com/files/base/CSN/image/2014/12/16×9/1280×720/honda_dealership_100178684_l_1_.548afa85d725b.jpg . Ensuite, le marché premium est saturé, occupé par différents acteurs, et pour Accura, il faudra bouffer son pain noir pendant longtemps avec un peut-etre succès à l’arrivée. Combien d’années avait il fallu à Audi pour parvenir au niveau de Mercedes, dans une époque pourtant moins concurrentielle? La clientèle de Tesla, il y a une partie de geeks fans followers, et une partie des gens aisés dépensant déjà habituellement… Lire la suite >>
greg
Invité

Je doute que cela se résume à un modèle.
Ce véhicule tout comme les futures Porsche et Audi ne sont que des premiers jets histoire d’occuper un peu le terrain.
La vraie offensive ce sera pour 2021-2022.

panama
Invité

Mon nom est Mercedes EQC – Tueuse de Tesla.
Jolie bête !

wpDiscuz