Accueil Super GT Super GT 2018-5 : Doublé Lexus aux 500 miles de Fuji

Super GT 2018-5 : Doublé Lexus aux 500 miles de Fuji

540
4
PARTAGER
Super GT 500 miles Fuji 2018

La grande course d’endurance du Super GT a changé de circuit, passant de Suzuka à Fuji, et c’est Lexus qui inaugure le palmarès avec un doublé pour le team TOM’S, malgré une épreuve dominée pour la plus grande part par Nissan.

Echos

La course d’endurance du calendrier Super GT, les 1000 km de Suzuka, étant passée dans le giron de l’Intercontinental GT Cup réservée aux GT3 et devenant les Dix Heures de Suzuka, il fallait trouver une épreuve de remplacement et le Fuji Speedway a répondu présent en transformant la traditionnelle épreuve de 300 km du mois d’août en une course de 500 miles, soit près de 800 km.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Cette distance n’est pas une nouveauté puisque les 500 miles de Fuji étaient au calendrier du championnat national sport-prototypes dans les années 1980. Avec désormais une épreuve de 500 km, une épreuve de 500 miles, les 24 heures de Fuji de Super Taikyu au début juin et les 6 heures de Fuji en WEC, le circuit au pied du volcan a pris une couleur Endurance très marquée.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Les plans pour la Class 1

Comme c’est le cas depuis le début de la saison, la conférence de presse de la GT Association a été largement consacrée aux projets concernant la Classe 1, maintenant que la réglementation a été adoptée. Masaaki Bandoh, le président de la GT Association a expliqué les grandes lignes du projet. Les voitures du Super GT et du DTM seront conformes à la réglementation Class 1, une évolution de la réglementation Super GT actuelle, à partir de 2020, et deux ou trois courses communes seront organisées chaque saison jusqu’en 2025, année à partir de laquelle le nombre d’épreuves communes sera progressivement augmenté.

Super GT 500 miles Fuji 2018

L’objectif est d’avoir à terme deux courses en Europe, deux en Asie et deux sur le continent américain, le calendrier commun se déroulant entre novembre et février pour laisser le reste de l’année aux championnats nationaux comme c’est le cas actuellement.

Deux courses communes seront organisées en 2019, une en Europe et une au Japon, avec la mise en place d’une balance de performances pour tenir compte des différences aérodynamiques et moteur entre les deux séries avec les autos actuelles. Une fourniture de pneus unique sera adoptée, l’appel d’offres étant ouvert entre les manufacturiers présents sur les deux championnats.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Bandoh-san a évoqué par ailleurs l’intérêt manifesté en Chine pour la Class 1, où des organisateurs songent à la mise en place d’un championnat similaire au Super GT.

Benoît Tréluyer et l’Audi e-tron Vision Gran Turismo

Les spectateurs courageux bravant la canicule du samedi étaient récompensés après la fin des qualifications par la première démonstration publique au Japon de l’Audi e-tron Vision Gran Turismo qui avait l’occasion pour la première fois d’allonger ses foulées sur un vrai circuit puisque la voiture officie surtout sur les tracés de la Formule E.

Super GT 500 miles Fuji 2018

C’est Benoît Tréluyer qui avait la tâche de mener l’engin pour ces quelques boucles sur le Fuji Speedway. Avant ses victoires mancelles et son titre en WEC au volant de la R18 e-tron Quattro, »Ben-chan » a eu une carrière bien remplie au Japon où il a laissé d’excellents souvenirs comme l’a prouvé ce retour dans le paddock du Super GT où, visiblement très heureux d’être là, il n’a cessé d’enchaîner les accolades et les poignées de mains durant tout le week-end.

Nous avons eu l’occasion d’échanger quelques mots avec le triple vainqueur du Mans au sujet de son bolide très spécial. Familier de la Formule E dont il a pris part de longue date au développement et continue de le faire pour Audi, il confiait être séduit par sa nouvelle monture et notamment l’efficacité de gestion de la transmission intégrale particulièrement efficace dans la partie technique du Fuji Speedway.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Exercice pris très au sérieux par les ingénieurs d’Audi, la Vision Gran Turismo est basée sur un véritable châssis de course qui affiche 815 chevaux pour 1450 kg et trois moteurs électriques propulsant les quatre roues. Selon le pilote, elle a des performances généralement proches de l’Audi RS5 de DTM même si elle n’est encore qu’au début de son développement. La voir en piste, suivant les trajectoires habituelles des GT500 dans le silence à peine troublé par les bruits aérodynamiques, est impressionnant. Bien entendu le package n’est pas prêt pour la compétition, mais la Vision Gran Turismo est désormais bien loin de la maquette pour salon.

Un pilote français sur la grille

La longueur de la course permet la participation d’un troisième pilote et de nombreux teams en GT300 avaient opté pour cette solution. C’était le cas de EICars qui recevait le soutien de Bentley en la personne de Jules Gounon, pilote M-Sport venu épauler les deux pilotes réguliers de la Continental GT Yuji Ide et Ryohei Sakaguchi.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Le pilote français était intrigué par l’ambiance mais, interrogé sur la grille, n’attendait pas de miracle, en particulier à cause des pneus Yokohama utilisés en Super GT et moins adaptés au gros coupé britannique que les Pirelli habituellement utilisés en Blancpain.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Mais la présence de Gounon, qui à 23 ans compte déjà une victoire aux 24 Heures de Spa à son palmarès, payait largement et la Bentley no117 terminait à treizième place de la catégorie, de très loin le meilleur résultat cette saison pour l’équipe. On espère maintenant revoir rapidement Jules Gounon sur la grille du Super GT.

Qualifications

Avant même le début des qualifications, la première séance libre éliminait deux concurrents dans un incident impressionnant qui allait avoir une influence importante sur le reste du week-end. Yuji Tachikawa sur la Lexus Zent no38, un des favoris du week-end, était victime d’une défaillance de freins au bout de la ligne droite des stands, au moment de freiner pour le premier virage.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Devenu passager de sa voiture lancée à près de 300 km/h, il éperonnait de plein fouet la Honda NSX GT3 de Ryo Michigami, tout juste sorti des stands et au milieu du virage. Le choc, incroyablement violent, pulvérisait tout l’avant de la LC500 et l’arrière droit de la Honda. La Lexus commençait de plus à prendre feu. Le silence se faisait en salle de presse alors que les secondes s’égrainaient sans qu’aucun des deux pilotes ne bougent.

C’était le soulagement quand Tachikawa, visiblement secoué, s’extrayait finalement de son cockpit, et que Michigami était sorti conscient de son auto. Une visite au centre médical du circuit rassurait complètement sur l’état des deux pilotes, mais les autos étaient très endommagées. Si la Lexus pouvait reprendre la piste le dimanche matin, après une nuit blanche de mécanique pour les mécaniciens du team Cerumo, la Honda n’était pas sauvable et Michigami a dû commander un châssis neuf pour les 10 heures de Suzuka et la suite de la saison.

GT500

Sans surprise, la Lexus no38 en pleine reconstruction ne prenait pas part à la qualification, pas plus que la Honda no17 victime de soucis moteur. Les deux voitures étaient condamnées à partir de la pitlane. Comme lors de la séance libre, les Nissan se portaient à l’avant de la feuille de temps de la Q1 avec le meilleur temps pour la no23 devant la no3.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Les Lexus pour la plupart avançaient en Q2 également, avec la seule Honda NSX no8. Yamamoto et Button, avec un lest et un restricteur d’alimentation du fait de leur position en tête du classement, échouaient en neuvième place.

Super GT 500 miles Fuji 2018

La Q2 était une affaire Nissan, avec quatre GT-R dans les cinq meilleurs temps, la pole étant pour Ronnie Quintarelli devant Mitsunori Takaboshi sur la GT-R no24. Le seul intrus parmi les GT-R était Yuhi Sekiguchi qui hissait la LC500 TOM’S AU no36 à la troisième position.

Super GT 500 miles Fuji 2018

GT300

Le circuit de Fuji avec sa longue ligne droite est favorable aux GT3, plus puissantes, mais cette fois les châssis MC ont pourtant fait mieux que résister. Le meilleur temps de la Q1 était pour Katoh sur la Lotus Evora MC alors que les Toyota 86 MC se qualifiaient en bloc pour la Q2, avec les meilleures GT3 dont la BMW M6 GT3 ARTA no55, les AMG GT Hatsune Miku no0 et LEON CVSTOS no65 et les deux GT-R GT3 Gainer no10 et no11.

Super GT 500 miles Fuji 2018

En Q2, la BMW no55 tenait le meilleur temps durant la plus grande partie de la session mais in extremis, Sho Tsuboi produisait un tour parfait sur la Toyota 86 MC no25 et coiffait les GT3 sur le poteau. Suivaient la BMW no66, la Nissan no10 et l’AMG GT no0.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Course

La course s’annonçait pénible pour les concurrents comme pour les spectateurs sous la canicule sévissant sur le Japon depuis la mi-juillet. Quelques passages nuageux donnaient un peu de répit mais la plue n’était pas au programme. Avant la mise en grille, une animation spectaculaire lançait l’après-midi avec la visite de Yoshi Muroya, pilote sponsorisé par Lexus sur le circuit Red Bull Air Race. Muroya exécutait des acrobaties impressionnantes et quelques passages à très faible altitude sur la ligne droite des stands, de quoi donner le ton pour une après-midi de vitesse.

Super GT 500 miles Fuji 2018

GT500

Le départ se faisait dans le calme et Ronnie Quintarelli prenait la tête devant Kazuki Nakajima alors que la Nissan no24 perdait progressivement du terrain et qu’au contraire la GT-R Impul no12 aux mains d’un Mardenborough très au point se rapprochait du groupe de tête.

Super GT 500 miles Fuji 2018

L’écart entre la Lexus no36 et la GT-R de tête se réduisait mais un premier arrêt trop long de la LC500 redonnait du répit à Nismo et se faisait même passer par la no12. La Nissan bleue revenait même dans les roues de la rouge et Jann Mardenborough prenait la tête au 55ème tour.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Les deux Nissan roulaient aux deux premières positions mais la Lexus AU, toujours rapide, refaisait peu à peu son retard alors que plus loin Jenson Button se faisait piéger en dépassant une GT3 sous les drapeaux jaunes et écopait d’un stop and go de 10 secondes. C’est le métier qui rentre !

Le deuxième tiers de la course se passait avec la no12 en tête, creusant peu à peu l’écart alors que la GT-R Nismo ne pouvait tenir le rythme et plongeait au classement. Le dernier relais arrivait et Daiki Sasaki prenait le volant pour ce qui s’annonçait comme la marche triomphale de la Nissan GT-R no12 vers la victoire mais, alors qu’il restait 30 tours à parcourir, coup de théâtre !

Super GT 500 miles Fuji 2018

La GT-R Calsonic se retrouvait au ralenti et rentrait au stand. Un tuyau de radiateur s’était détaché, forçant le moteur en mode sauvegarde. Les mécaniciens trouvaient immédiatement la panne et renvoyaient la voiture en piste mais c’en était fini des chances de l’équipage Sasaki-Mardenborough qui aurait pourtant mérité la victoire au vu du rythme imposé.

Sekiguchi héritait du commandement et se retrouvait progressivement sous la menace de Cassidy sur la LC500 Keeper TOM’S no1. Alors que le jeune Néo-zélandais paraissait en mesure de venir contester la victoire à l’autre Lexus TOM’S, il levait le pied alors qu’il restait environ 10 tours à parcourir, vraisemblablement sous les consignes du team qui ne voulait pas risquer de perdre un doublé historique.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Sekiguchi passait donc la ligne devant Cassidy pour un doublé Lexus et un doublé TOM’S alors que les Honda réussissaient un tir groupé aux troisième, quatrième et cinquième positions avec une course fantastique pour la no17, partie des stands pour terminer sur le podium.

Super GT 500 miles Fuji 2018

GT300

La Toyota 86 MC no25 partait vaillamment mais il apparaissait rapidement qu’elle ne pourrait résister longtemps à la BMW M6 GT3 orange ARTA, qui prenait bientôt le commandement. Rapide sur un tour, la no25 ne pouvait soutenir le rythme des GT3 et ne devait qu’à une habile gestion de ses pneumatiques de conserver une valeureuse cinquième position à l’arrivée.

Super GT 500 miles Fuji 2018

La BMW no55 ne se voyait jamais contester jusqu’au drapeau à damiers et obtenait sa troisième victoire consécutive sur le Fuji Speedway, un nouveau record. Derrière Shinichi Takagi et Sean Walkinshaw émergeaient en fin d’épreuve, grâce là aussi à une savante gestion stratégique, l’AMG GT Hatsune Miku no0 des champions en titre Kataoka et Taniguchi pour leur premier podium de la saison et la Toyota Prius no31 de Hirate-Saga qui marche particulièrement bien cette saison. A noter un nouvel abandon pour la Subaru BRZ, décidément peu fiable.

Super GT 500 miles Fuji 2018

Au championnat, alors qu’il reste trois épreuves à disputer, Hirakawa et Cassidy font le trou et comptent désormais quatorze points d’avance sur Sekiguchi et la paire Yamamoto-Button qui limitent les dégâts cette fois avec une cinquième place valeureuse au vu du lest de pénalité et du restricteur embarqué.

Super GT 500 miles Fuji 2018

En GT300, Takagi et Walkinshaw ont douze points d’avance sur Hirate et Saga, eux-même à bonne distance de Kurosawa et Gamou sur l’AMG GT no65.

La prochaine course aura lieu à Sugo les 15 et 16 septembre.

Crédit photos : PLR/le blog auto

Classement

500 miles de Fuji, 5 aoüt 2018

GT500

Po No Machine Driver Laps Tire WH
1 36 au TOM’S LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Kazuki Nakajima
Yuhi Sekiguchi
177 BS 30
2 1 KeePer TOM’S LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Ryo Hirakawa
Nick Cassidy
177 BS 58
3 17 KEIHIN NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Koudai Tsukakoshi
Takashi Kogure
177 BS 50
4 8 ARTA NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Tomoki Nojiri
Takuya Izawa
177 BS 48
5 100 RAYBRIG NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Naoki Yamamoto
Jenson Button
177 BS 64
6 24 Forum Engineering ADVAN GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Joao Paulo de Oliveira
Mitsunori Takaboshi
177 YH 14
7 6 WAKO’S 4CR LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Kazuya Oshima
Felix Rosenqvist
177 BS 58
8 38 ZENT CERUMO LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
177 BS 52
9 23 MOTUL AUTECH GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
177 MI 62
10 19 WedsSport ADVAN LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Yuji Kunimoto
Kenta Yamashita
176 YH 26
11 39 DENSO KOBELCO SARD LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Heikki Kovalainen
Kamui Kobayashi
176 BS 70
12 12 CALSONIC IMPUL GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Daiki Sasaki
Jann Mardenborough
175 BS 36
13 64 Epson Modulo NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Bertrand Baguette
Kosuke Matsuura
166 DL 6
14 16 MOTUL MUGEN NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Hideki Mutoh
Daisuke Nakajima
162 YH 16
15 3 CRAFTSPORTS MOTUL GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Satoshi Motoyama
Katsumasa Chiyo
139 MI 18

GT300

Po No Machine Driver Laps Tire
1 55 ARTA BMW M6 GT3
BMW M6 GT3 / P63
Shinichi Takagi
Sean Walkinshaw
164 BS
2 0 GOODSMILE HATSUNE MIKU AMG
Mercedes AMG GT3 / M159
Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
163 YH
3 31 TOYOTA PRIUS apr GT
TOYOTA PRIUS / RV8K
Koki Saga
Kohei Hirate
163 BS
4 65 LEON CVSTOS AMG
Mercedes AMG GT3 / M159
Haruki Kurosawa
Naoya Gamou
163 BS
5 25 HOPPY 86 MC
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Takamitsu Matsui
Sho Tsuboi
Tsubasa Kondo
163 YH
6 88 MANEPA LAMBORGHINI GT3
Lamborghini HURACAN GT3 / DFJ
Kazuki Hiramine
Marco Mapelli
162 YH
7 7 D’station Porsche
PORSCHE 911 GT3 R / MA185
Tomonobu Fujii
Sven Muller
162 YH
8 10 GAINER TANAX triple a GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Kazuki Hoshino
Hiroki Yoshida
162 YH
9 18 UPGARAGE 86 MC
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Yuhki Nakayama
Takashi Kobayashi
162 YH
10 96 K-tunes RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
Morio Nitta
Yuichi Nakayama
162 BS
11 50 EXE AMG GT3
Mercedes AMG GT3 / M159
Masaki Kano
Hideto Yasuoka
Yuya Sakamoto
161 YH
12 360 RUNUP RIVAUX GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Yusaku Shibata
Takayuki Aoki
Masataka Yanagida
161 YH
13 117 EIcars BENTLEY
BENTLEY CONTINENTAL GT3 / CND
Yuji Ide
Ryohei Sakaguchi
Jules Gounon
161 YH
14 21 Hitotsuyama Audi R8 LMS
Audi R8 LMS / DAR
Richard Lyons
Ryuichiro Tomita
Takuro Shinohara
161 DL
15 9 GULF NAC PORSCHE 911
PORSCHE 911 GT3 R / MA185
Rintaro Kubo
Keishi Ishikawa
Kyosuke Mineo
161 YH
16 35 arto RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
N.Charoensukhawatana
N.Hortongkum
Koji Yamanishi
160 YH
17 777 CARGUY ADA NSX GT3
Honda NSX GT3 / JNC1
Naoki Yokomizo
Takeshi Kimura
160 YH
18 48 shokumou.jp GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Masaki Tanaka
Taiyou Iida
Richard Bradley
159 YH
19 5 MACH SYAKEN MC86 Y’s distraction
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Natsu Sakaguchi
Yuya Hiraki
Kiyoto Fujinami
156 YH
20 2 SYNTIUM Apple LOTUS
LOTUS EVORA MC / GTA V8
Kazuho Takahashi
Hiroki Katoh
153 YH
21 22 R’Qs AMG GT3
Mercedes AMG GT3 / M159
Hisashi Wada
Masaki Jyonai
Masayuki Ueda
153 YH
22 11 GAINER TANAX GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Katsuyuki Hiranaka
Hironobu Yasuda
149 DL
26 TAISAN R8 FUKUSHIMA
Audi R8 LMS / DAR
Shinnosuke Yamada
Shintaro Kawabata
Shinji Nakano
98 YH
87 LEGAL FRONTIER LAMBORGHINI GT3
Lamborghini HURACAN GT3 / DFJ
Kimiya Sato
Yuya Motojima
Tsubasa Takahashi
51 YH
52 SAITAMA TOYOPET GreenBrave MARK X MC
TOYOTA MARK X MC / GTA V8
Taku Bamba
Shigekazu Wakisaka
36 YH
61 SUBARU BRZ R&D SPORT
SUBARU BRZ GT300 / EJ20
Takuto Iguchi
Hideki Yamauchi
20 DL
60 SYNTIUM LMcorsa RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
Hiroki Yoshimoto
Ritomo Miyata
17 YH
30 TOYOTA PRIUS apr GT
TOYOTA PRIUS / RV8K
Hiroaki Nagai
Kota Sasaki
Manabu Orido
13 YH

Championnat

GT500

Po No Driver Rd1 Rd2 Rd3 Rd4 Rd5 Rd6 Rd7 Rd8 Total WH
1 1 Ryo Hirakawa
Nick Cassidy
11 4 11 3 18 47 94
2 36 Yuhi Sekiguchi 8 6 1 25 40 80
3 100 Naoki Yamamoto
Jenson Button
15 2 15 8 40 80
4 17 Koudai Tsukakoshi
Takashi Kogure
21 4 13 38 76
5 39 Heikki Kovalainen 15 20 35 70
6 23 Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
6 20 5 4 35 70
7 8 Tomoki Nojiri
Takuya Izawa
3 21 10 34 68
8 6 Kazuya Oshima
Felix Rosenqvist
8 6 15 5 34 68
9 36 Kazuki Nakajima 6 1 25 32 80
10 38 Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
3 12 3 8 4 30 60
11 39 Kamui Kobayashi 20 20 70
12 12 Daiki Sasaki
Jann Mardenborough
5 8 5 18 36
13 39 Sho Tsuboi 15 15 70
14 19 Yuji Kunimoto
Kenta Yamashita
2 11 2 15 30
15 24 Joao Paulo de Oliveira
Mitsunori Takaboshi
5 2 6 13 26
16 3 Satoshi Motoyama
Katsumasa Chiyo
4 1 4 9 18
17 36 James Rossiter 8 8 80
18 16 Hideki Mutoh
Daisuke Nakajima
1 7 8 16
19 64 Bertrand Baguette
Kosuke Matsuura
1 2 3 6

GT300

Po No Driver Rd1 Rd2 Rd3 Rd4 Rd5 Rd6 Rd7 Rd8 Total WH
1 55 Shinichi Takagi
Sean Walkinshaw
5 21 25 51 102
2 31 Koki Saga
Kohei Hirate
15 2 15 13 45 90
3 65 Haruki Kurosawa
Naoya Gamou
8 8 4 9 10 39 78
4 11 Katsuyuki Hiranaka
Hironobu Yasuda
6 11 20 37 74
5 25 Takamitsu Matsui
Sho Tsuboi
11 15 9 35 70
6 0 Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
3 6 3 4 18 34 68
7 18 Yuhki Nakayama
Takashi Kobayashi
20 5 3 28 56
8 7 Tomonobu Fujii
Sven Muller
15 5 3 5 28 56
9 88 Kazuki Hiramine 5 2 8 5 6 26 52
10 96 Morio Nitta
Yuichi Nakayama
21 1 2 24 48
11 60 Hiroki Yoshimoto
Ritomo Miyata
4 6 11 21 42
12 88 Marco Mapelli 5 2 8 6 21 52
13 61 Takuto Iguchi
Hideki Yamauchi
11 11 22
14 87 Kimiya Sato
Yuya Motojima
6 6 12
15 88 Andrea Caldarelli 5 5 52
16 34 Ryo Michigami
Hiroki Otsu
3 2 5 10
17 10 Kazuki Hoshino
Hiroki Yoshida
1 4 5 10
18 26 Shinnosuke Yamada
Shintaro Kawabata
2 2 4
19 21 Richard Lyons
Ryuichiro Tomita
1 1 2
20 50 Masaki Kano
Hideto Yasuoka
1 1 2
21 25 Tsubasa Kondo 1 1 7

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Super GT 2018-5 : Doublé Lexus aux 500 miles de Fuji"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Neutre
Invité

Erreur dans les classements championnats, c’est 2 fois le GT300 affiché. 😉

Lonely Panda
Invité

Question: connaissez-vous un autre canal que la chaine Nismo TV sur Youtube pour regarder le Super GT ? Quelqu’en soit la langue, du moment que ce n’est pas Sam Collins au micro.

wpDiscuz