Accueil Général Festival de Cames : la Nash Ambassador (1927-1974)

Festival de Cames : la Nash Ambassador (1927-1974)

612
2
PARTAGER
Nash_Ambassador

Aujourd’hui, il ne sera pas question d’un film en particulier mais de plusieurs. Plusieurs œuvres dans laquelle la Nash Ambassador apparaît. Retour sur l’une des marques fondatrices de l’automobile américaine et un nom resté 47 ans au catalogue.

De « X marks the spot » à « Cars 3 » en passant par « Adventures of Superman »

La Nash Ambassador apparaît dans beaucoup de productions cinématographiques américaines de l’immédiate après seconde guerre mondiale. Par exemple, « X marks the spot ». En 1942, Hollywood faisait déjà des « remakes ». En effet, ce film de George Sherman (plus de 120 films à son actif) reprend le film de 1931. L’histoire est assez sombre. Le sous-lieutenant de l’armée américaine, Eddie Delaney, part à la poursuite de trafiquants de caoutchouc (denrée devenu rare avec la guerre) qui ont tué son père.

Comme bon nombre de films de Sherman, c’est une production à petit budget, avec un scénario plutôt mince et des acteurs de second rang. Pour les plus curieux, le film est disponible gratuitement sur archive.org. Dans ce film, la Nash Ambassador est un modèle « Touring Sedan » de 1941. C’est la première voiture de grande série américaine monocoque avec la Nash 600. Esthétiquement, c’est une grande et grosse berline bourgeoise dont les lignes s’arrondissent par rapport aux Ambassador de 1932.

Dans « Adventures of Superman », la Nash Ambassador est présente dans sa version de 1949-1951. Cette version est remarquable pour sa poupe. En effet, l’arrière est très volumineux et dénote par rapport aux productions US. La série télévisée est lancée en 1952 et durera 8 saisons (104 épisodes). La série fait suite au film « Superman and the mole men » (Superman et les nains de l’enfer) de 1951.

L’acteur qui joue Superman est le même qui le campait dans le film. Georges Reeves. La série s’arrêtera avec la mort tragique (et qui reste entourée d’ombres) de Reeves. Buick, Cadillac, Ford, Dodge, ou autres Chrysler apparaissent dans cette série. La Nash Ambassador est une voiture de police dans bon nombre d’épisodes. Mais, aussi une voiture de beaucoup de personnages. Notamment dans cette version très proche de la Scout.

Productions récentes

La Nash Ambassador est également croquée dans Cars. Dans le troisième opus précisément en 2017. Cela répare un terrible oubli. La Nash aurait mérité de figurer dans le premier ou au pire dans le deuxième film « Cars ». C’est là encore une version de 1949-1951.

Mais, la Nash Ambassador apparaît également dans d’autres productions récentes. Elle est utilisée dans « This boy’s life » de 1993. « Blessures secrètes » en France, ne fera pas un carton. Pourtant il a un casting plutôt intéressant. On notera Robert de Niro, Leonardo DiCaprio ou Tobey Maguire. La Nash Ambassador de 1952 est retouchée officiellement par Pininfarina, enfin l’un des designer de la maison italienne.

On retrouvera dans ses traits les Peugeot 403 ou 404. Feux ronds, feux additionnels carrés, calandre ovale large et chromée. La Nash Ambassador arrêtera sa carrière en 1957. Enfin presque. La voiture survivra à la marque.

Nash, une histoire américaine

Nash Motors est née en 1916. La société a été fondée par Charles W. Nash, ancien président de General Motors. Nash Motors est née du rachat d’un ancien constructeur « The Thomas B. Jeffery Company ». Charles W. Nash est du genre à avoir plusieurs fers au feu. Il possède des parts dans le constructeur LaFayette. Ce dernier doit son nom au Marquis de La Fayette. Le portrait du Français, personnage important dans l’indépendance des Etats-Unis.

Devant les difficultés de LaFayette, Nash rachète la société en 1924. Cela permet à Nash de produire l’Ajax, voiture qui était développée par LaFayette. Le nom de LaFayette survivra. Cela deviendra une entrée de gamme des voitures Nash.

Nash est un constructeur innovant. les voitures disposent d’un air conditionné en option dès 1938. Il faut dire qu’en 1937, Nash a fusionné avec la société Kelvinator, spécialiste du froid. L’air conditionné des Nash sera même doté d’un thermostat dès 1939.

Les Nash seront aussi parmi les premières voitures à avoir une boîte automatique. Un changement de vitesse par aspiration (Automatic Vacuum Shift) permet de virer le levier de vitesse du plancher. L’Américaine avec le levier derrière le volant est née à cette époque. Le « Bed-In-A-Car » de son côté est une option qui permet de transformer la banquette arrière en couchage pour deux adultes. Une manière d’envisager les longs trajets qui reviendra par épisode dans la production automobile mondiale comme avec la Renault 16, bien plus tard.

L’Ambassador, du luxe à la grande bourgeoisie

Après l’Ajax, la 400 ou la 600, Nash lance l’Ambassador. Plus grande, plus luxueuse, l’Ambassador devient une voiture à part entière après avoir été une déclinaison luxueuse de la « Nash Advanced Six Series ». A son lancement en 1932, l’Ambassador est la « série 8 » et est nommée souvent « Ambassador Eight ». Elle se distingue de la Six par un empattement gigantesque. Jugez plutôt : de 3,4 à 3,6 mètres !

Pour se mouvoir, l’Amabassador dispose d’un moteur 8 cylindres en ligne de 5,3 litres de cylindrée qui développe 125 chevaux. La voiture est prisée de ceux qui n’ont pas été ruinée par la crise de 1929, et par bon nombre de familles aristocratiques ou royales dans le monde.

les lignes encore carrée de la première Ambassador s’arrondissent avec la version de 1934, puis celle de 1935. Mais l’Ambassador n’est plus seule sur le segment du luxe aux USA. Nash va transformer entièrement sa gamme pour ne plus vendre que des Ambassador. L’Ambassador Eight a désormais comme « petite soeur » plus abordable l’Ambassador Six. Les Ambassador perdent peu à peu ce qui les rendaient uniques sur le marché et descendent en gamme.

A la sortie de la seconde guerre mondiale, après l’effort de guerre, Nash ne produit plus la Eight. Seulement la Six. C’en est fini du luxe, définitivement. Les Nash-Kelvinator visent désormais la grande bourgeoisie.

Le style Airflyte pour se distinguer

Pour continuer de se distinguer, George Mason, PDG de Nash-Kelvinator depuis la fusion, les veut avec un style différent des concurrents. La Nash Ambassador de 1949 naît de cette volonté. Elle arbore ce que la société appelle le style « Airflyte« . Monocoque, à l’arrière très arrondi, elle conserve un bel empattement de 3 mètres.

L’énorme volume arrière permet de faire dormir 3 adultes. Mais, surtout, cela lui donne un faux air de la Stout Scarab. A l’avant, l’Ambassador arbore de petits feux ronds cerclés de chrome. Techniquement, Nash est obligé d’acheter des pièces à GM. Ce sera par exemple la boîte de vitesse avec la fameuse Hydramatic, première vraie boîte automatique pour une automobile de grande série.

Il faut dire que le secteur automobile américain se réforme en profondeur. De nombreux constructeurs font faillite ou se font racheter. Pour Nash, outre l’utilisation de pièces de concurrents, le salut pourrait venir d’une nouvelle descente en gamme. Mason en est convaincu. Ce sera la Rambler, une petite voiture populaire, puis la Metropolitan, encore plus petite. Quant à l’Ambassador, elle aura une nouvelle version en 1952, dessiné officiellement par Pininfarina, puis retouchée par le studio un peu plus tard. Elle termine sa carrière sous le nom de Nash en 1957.

American Motors Corporation, la fin de Nash

En effet, Nash-Kelvinator a déjà entamé sa mutation. En 1954, la société fusionne avec la « Hudson Motor Car Company » (qui a créé entre autre l’Hudson Hornet mise à l’honneur dans Cars). Ainsi naît AMC (American Motors Corporation). A l’époque, c’est la plus grande fusion des USA. Le but est de créer des synergies et de produire des voitures des deux marques dans les différentes usines.

George Mason meurt peu après la fusion. L’avenir d’AMC, ce sera George W. Romney et des aventures automobiles qui passeront par Renault avant de finir dans le giron Chrysler. Mais ce sera pour un autre épisode.

Quant à l’Ambassador, elle continuera sa carrière chez AMC, retournant vers les grosses voitures. AMC la poursuivra jusqu’en 1974. A l’époque, c’est la voiture qui avait la plus longue carrière sous différents modèles. De 1927 à 1974 et des millions d’exemplaires vendus de Nash à AMC.

Illustration : 1-7-captures via IMCDB , 8-Andrew Bone/CC2.0

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Festival de Cames : la Nash Ambassador (1927-1974)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ART
Invité

Très bel article ! Merci Thibaut.

Panama
Invité

Voiture de classe moyenne de réputation flatteuse, ultra célèbre pour son « bath tube look » qui a marqué son époque, et son exceptionnel aérodynamisme lui donnant des performances remarquables face à ses concurrentes.

wpDiscuz