Accueil Essais Essai Mercedes Classe A200

Essai Mercedes Classe A200

61
0
PARTAGER

Avec la nouvelle Classe A, Mercedes fait basculer sa compacte dans un nouveau monde où la technologie s’impose pour de bon dans la vie à bord. En fait-elle trop sans faire une seule concession sur le reste ? On vous apporte quelques éléments de réponse.

Un regard de CLS

On ne s’attendait pas à ce que l’effet soit aussi saisissant, et pourtant la nouvelle Mercedes Classe A donne un méchant coup de vieux à sa devancière, à commencer par le style. En reprenant le regard amorcé par la CLS, elle devient encore plus statutaire qu’avant, comme si l’immense étoile ne suffisait plus. De l’ancienne, elle en garde en partie le profil, à l’image du dessin des vitres.

Dans la réalité, elle apparaît finalement assez massive dans le flot de la circulation. Elle gagne d’ailleurs 12 centimètres en longueur par rapport au modèle de la dernière génération. L’arrière nous convainc moins, on vous laisse en juger. Elle apparaît ainsi beaucoup plus moderne et renforce sensiblement son côté premium, marquant l’écart avec une Audi A3 ou une BMW Série 1.

Une présentation de berline de luxe

A bord, elle les supplante carrément. La présentation et la qualité de finition la met tout proche d’une Classe E ou d’une Classe S. Elles partagent d’ailleurs même certains de leurs technologies. Derrière le volant, deux tablettes de 10 pouces dont une tactile et l’autre personnalisable. On conduit un vaisseau, et non plus une voiture. Évidemment, il faut cocher la bonne case sur le bon de commande pour en bénéficier.

On les commande depuis le volant ou la console. Il faut donc un certain d’adaptation pour comprendre comment tout cela fonctionne. Mais Mercedes a son Siri, et saura palier certaines de vos défaillances pour appréhender tout ça. Bienvenue dans la génération smartphone ! Dites simplement où vous voulez aller, si vous avez faim, s’il fait trop chaud et la Classe A aura toujours la bonne réponse en activant le bon équipement.

Moteur d’origine Renault

Au moment de démarrer, on se demande si tout le monde se sent bien à bord. Et c’est bien le cas, avec seulement 4 occupants à bord. Le cinquième se plaindra sûrement. L’habitabilité a bien progressé, au bénéfice du confort. Les bagages également seront plus à leurs aises dans le coffre, aux cotes supérieures à l’ancienne mouture. Sous notre capot, un 1.3 turbo de 163 chevaux partagé avec Renault, la désactivation de cylindres en plus.

Il fait largement le job, du moment qu’on entre pas en mode « énervé » baptisé Sport, qui en frustrera certains. En revanche, au quotidien et pour aligner les bornes, là aussi elle se distingue de ses meilleures concurrentes. En outre, la boite 7G-DCT automatique lui va parfaitement pour cette mission. Idéale pour la ville et pour faire de la route, on tient là un couple moteur/boite convaincant.

Le confort d’une grande

Quand il s’agit d’augmenter le rythme, on la dérange. D’abord à cause de la sonorité du moteur qui ne nous donne pas envie de le faire chanter. Mais question confort, elle ne donne pas l’impression de conduire une petite voiture. En outre, avec les assistances de Classe E pour la conduite semi-automatique, on a juste à laisser dérouler sur les voies rapides, comme dans une grande.

La Classe A se conduit encore si besoin, notamment sur les petites routes. Certes, les concurrentes « à l’ancienne » serait-on presque tenté de dire, se débrouillent mieux sur ce chapitre. En effet la compacte à l’Etoile paie ici d’avoir choisi de privilégier le confort. Rien de rédhibitoire cependant. Mais le reste du temps, soit dans la majorité des cas, les autres vont devoir se mettre à la page.

Le prix de la technologie et du luxe

Cette nouvelle génération en devenant ultra-technologique, redéfinit les codes du segment. Montez dans ses rivales, et les écrans auront l’air tout de suite plus petits, voire datés… Le futur, ça coute cher ! Notre modèle avec tous les équipements, dépasse allégrement les 36 000 euros. D’autres moteurs viendront abaisser la note, cependant elle ne s’avère toujours pas bon marché, ce serait vulgaire.

+ON AIME
  • Présentation intérieure
  • Technologie
  • Confort
ON AIME MOINS
  • Plus confort que dynamique
  • Tarifs
  • Sonorité moteur

 

Nom Modèle
Prix (à partir de)27 650 €
Prix du modèle essayé37 750 €
Bonus / Malus50 à 210 € *
Moteur
Type et implantation 4 cylindres en ligne Turbo injection directe – Ess.
Cylindrée (cm3) 1 332
Puissance (kW/ch)120  / 163
Couple (Nm) 250
Transmission
Roues motricesav.
Boîte de vitesses auto 7
Châssis
Suspension avant
Suspension arrière
Freins –
Jantes et pneus –
Performances
Vitesse maximale (km/h)225
0 à 100 km/h (s) 8
Consommation
Cycle urbain (l/100 km) NEDC6,8 – 6,9 *
Cycle extra-urbain (l/100 km) NEDC4,4 – 4,8 *
Cycle mixte (l/100 km) NEDC 5,2 – 5,6 *
CO2 (g/km) NEDC120 – 128 *
Dimensions
Longueur (mm)4 419
Largeur (mm)1 992
Hauteur (mm) 1 440
Empattement (mm)2 729
Volume de coffre (l) 370
Réservoir (l) 43 / 5 (réserve)
Masse à vide (kg) 1 375

*suivant équipements

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz