Accueil Hybrides L’hybridation 48 V : la techno de demain selon Valeo

L’hybridation 48 V : la techno de demain selon Valeo

2999
26
PARTAGER

Valeo mise sur l’hybridation légère, y croit dur comme fer et tient à le faire savoir ! L’équipementier estime ainsi que 25 des 116 millions de véhicules neufs qui seront vendus en 2026 disposeront d’une hybridation légère, dont 20 millions via la technologie 48 volts. Il compte bien obtenir 40 % de part de marché sur ce secteur d’ici cette date.

Démarrage de production en France

En vue d’y parvenir, Valeo met les bouchées doubles. Il produit ainsi depuis mars dernier des alterno-démarreurs de 48 volts dans son usine d’Etaples (Pas-de-Calais), en plus des 12 volts classiques.

Le système permet la récupération de l’énergie lors du freinage, laquelle est stockée dans la batterie au lithium-ion de 48 V. Il est également doté de fonctionnalités d’assistance de couple, l’alterno-démarreur de 48V aidant le moteur lors des phases d’accélération grâce à l’énergie récupérée. L’énergie stockée dans la batterie au lithium-ion de 48 V est envoyée dans le convertisseur de courant 12- 48 V afin d’alimenter le réseau électrique du véhicule. Selon Valeo, ces nouvelles fonctions présentent de grands avantages en matière de réduction des émissions de CO2 et d’économie de carburant. Cette offre peut être complétée par l’ajout d’un compresseur de suralimentation électrique de 48 V, pour un meilleur plaisir de conduite.

Le procédé permet ainsi de soulager le moteur thermique lors des accélérations et d’économiser « jusqu’à 10 % ou 15 % » de carburant, si l’on en croit Xavier Dupont, directeur de l’activité Powertrain de l’équipementier.

Les motorisations hybrides en 48 volts pourraient équiper même 31 % des automobiles neuves en 2030 selon les estimations de certains analystes.

Un carnet de commandes déjà bien rempli

La technologie fait d’ores et déjà son chemin. L’usine d’Etaples est le second site de Valeo à produire ce type de technologie, après celui de Shanghai en Chine.
Son carnet de commandes a triplé depuis 2015, il s’élève désormais à 1,2 milliard d’euros. Le directeur du site table sur une livraison de plus de 80.000 unités cette année, soit 1 % de la production  de l’équipementier. Mais ce taux devrait passer à 4 % dès 2019 puis à 10 % en 2021, soit autour de 900.000 unités, selon ses données.

Pour faire face à la demande croissante, l’usine a dû implanter de nouvelles lignes. 250 personnes ont été recrutées depuis 2013, 150 autres embauches sont prévues en 2018.

Une production aux surcoûts limités

Valeo croit d’autant plus en ce système qu’il conjugue les précieux avantages de faibles coûts et de technologies relativement faciles d’accès. Des éléments positifs importants à l’heure où les constructeurs sont sommés de réduire les émissions polluantes de leurs véhicules.

Selon Xavier Dupont, le procédé est « facile à intégrer dans les véhicules pour un surcoût limité, compris entre 800 et 1.000 euros ». Notamment, parce que le câblage et l’électronique sont relativement simples et n’exposent pas à des risques majeurs lors de leur mise en œuvre.

Certains analystes demeurent sceptiques

Le cabinet Alix Partners estime quant à lui que le recours à ce type de technologies ne satisfera pas pleinement aux exigences des constructeurs liées à leurs obligations environnementales. Selon ses calculs, le rapport coût/bénéfice n’est pas optimal. En effet, pour pouvoir réduire leurs émissions de CO2 de 5 grammes, les groupes automobiles devraient en équiper 27 % de leur flotte (contre à peine 4 % pour du 100 % électrique).

Source : Les Echos

Poster un Commentaire

26 Commentaires sur "L’hybridation 48 V : la techno de demain selon Valeo"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
georges
Invité

Personne n’a dit au cabinet Alix Partners qu’il n’était pas prévu d’équiper toutes les voitures uniquement par cette hybridation ?

gigi4lm
Invité

Tout ça ressemble à une hybridation  » bouts de chandelle »

bzep
Invité

A ce coût là c’est intéressant, à moins que vous ne proposiez que des systèmes hybrides sur des clio 208 polo fiesta corsa à 5 ou 10 000€ supplémentaires !!! Pour des groupes généralistes les 27% sont faciles à atteindre. Tout est relatif.
Je pense que Valéo a raison de croire à cette technologie au moins pour les 10 prochaines années. Je vous rappelle aussi qu’avec des bouts de chandelles on refabrique beaucoup de chandelles neuves !

SGL
Invité

Oui…
L’avantage du « 48V » c’est que cela nui ni sur le budget ni sur le poids (ou que faiblement)
Notez qu’Audi l’adopte pour sa A8, pas vraiment une auto low-cost !

wizz
Membre
et ce surcout pourrait être bien atténué si la voiture a été conçue et optimisée en tenant compte de l’hybride 48V https://www.oscaro.com/alternateur-audi-q7-fl-4-2-tdi-quattro-v6-36v-tiptronic-340-cv-boite-auto-4-31748-824-gt#824 un gros alternateur que l’on trouve avec des V6 ou plus, sur des grosses bagnoles bien équipées. Valeo fabrique aussi ce genre d’alternateurs 190 ampères sous 12V, P = U*I, ça donne 2280W si ça pouvait fonctionner en 48V, alors ça donnerait 10kW pour avoir 15kW de puissance électrique produite, il faudra tourner avec 300A concevoir et produire un alternateur 300A 48V, ça ne devrait pas demander une révolution intellectuelle dans le bureau d’étude de Valeo. rendre cet… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
« de la basse tension, sans gros risque » > Ce n’est pas la tension qui tue mais l’ampérage 😉 C’est d’ailleurs pour cela qu’on considère que le 30mA (aka. 30mili) sur les tableaux électriques est « la protection des personnes » alors que l’ancien 500 mA est la protection des machines. Au delà de 30 mA, on dépasse le stade de la paralysie respiratoire, et on file vers la fibrillation cardiaque. 1 A suffit à tuer un homme en bonne santé. Donc oui 48V c’est de la basse tension. Mais le risque c’est l’énorme ampérage balancé. Sinon oui, l’avantage réel du 48V est… Lire la suite >>
ema
Invité
@ Thibault, si c’est l’intensité (ampérage) qui provoque les dégats, c’est la différence de potentiel (tension) associée par rapport à la resistance du corps qui va provoquer le passage ou non du courant. Si la tension n’est pas suffisante pour provoquer un passage de courant, pas de souci. Ou si elle est suffisante, mais que la résistance du corps humain est élevée, pour une même tension, l’intensité sera faible (U = RI). La tension de sécurité en courant continu serait supérieure à 100V en milieu sec (voir ci dessous), donc 48V est effectivement une valeur « sans danger ». un extrait de… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin

Oui, la résistance du corps et la tension de « seulement » 48v va limiter l’intensité qui pourrait parcourir le corps.
Mais on est déjà à la limite de l’arrêt respiratoire, en milieu sec (on aura pas les 300A heureusement 😉 ).
C’est pour cela que, comme bien expliqué dans le lien que vous donnez, on abaisse à 12V pour les pièces humides, pour être certain ou presque de ne pas tuer les gens 😀
De manière générale, le 48V est largement plus sûr que le 400V actuel (de mémoire), mais il reste tout de même un danger.

fez
Invité

« Ce n’est pas la tension qui tue mais l’ampérage » n’est pas correct, c’est un gros raccourci qui induit en erreur.
C’est bien la tension qui est dangereuse. Sinon, on verrai des panneau « attention haute intensité » sur les transfo EDF.

Et puisqu’en générale on fait circuler une tension fixe dans nos câble électrique ; l’intensité ne sera qu’une résultante ( I=U/r)
😉

Thibaut Emme
Admin

J’ai déjà, en cours de physique, pris de coups de 10 000 V 😉 mais sous une intensité ultra rikiki
Physiquement c’est bien l’intensite qui tue et non la tension.

fez
Invité
Je me suis pris une ou deux châtaigne de ce genre aussi ^^ Mais en faisant ça, on avait observé que la tension chute pendant qu’on se prend la châtaigne (vu que l’intensité est limitée par le générateur et que la résistance est fixe). Quand je dit que c’est un gros raccourci , c’est que dans la vie courante, on alimente les maison en 220V, les voitures en 12V.. Soit avec une tension fixe et l’intensité varie en fonction de la charge placée sur la ligne. C’est l’intensité fait les dégâts ; mais la phrase correct serait : « ce n’est… Lire la suite >>
wizz
Membre
thibaut j’ai une prise élect de 16A j’y branche un aspirateur 2200W, et il y circule 10A sur la même prise, la nuit, j’y branche une veilleuse, et il y circulerait dans les 0.001A alors que cette prise est capable de fournir 16A alors oui, pour pouvoir alimenter le moteur élect d’une puissance de 15kW, la batterie 48V devra être capable de fournir 300A. Et donc de même, à travers le moteur électrique, il y aura un courant de 300A. Et à travers un corps humain, il y aura une intensité différente. Il n’y aura jamais 300A traversant le corps… Lire la suite >>
Christophe
Invité

TMS 290 kW mini. 400 V soit I = 725 A
Mia 10 kW 77 V soit I = 130 A
Twizzy 13 kW 58 V soit I = 224 A

Donc on peut bien avoir un VE sous 48 V avec moins de 300 A en intensité maxi. 48 × 300 = 14 400 W.
14 kW c’est largement suffisant en ville même pour propulser 1 t. Donc une MHEV peut très bien rouler en 100 % électrique si la batterie est suffisamment grosse.

pat d pau
Invité

N’oubliez pas de faire un SWOT.
Ici votre démonstration est celle d’un « Pro » 48V.

Christophe
Invité

@pat d pau
Juste la démonstration d’un pro efficience.
Et l’efficience ne peut venir que de la légèreté.
Légèreté qui permet un fonctionnement en 48 V.

Quand je sors une Zoé d’autopartage ou de location, je demande au compteur de m’indiquer la puissance instantanée et même avec une Zoé de presque 1500 kg on peut se contenter de 14 kW de puissance.

Thibaut Emme
Admin

L’efficience c’est le rapport entre les moyens mis en oeuvre et les résultats.
Rien à voir avec le poids 😉 On peut avoir des véhicules de 800 kg moins efficients que d’autres de 1500.

Par contre, la légèreté permet (mais ne donne pas obligatoirement) la sobriété (mais n’est pas le seul point qui rentre en ligne de compte).

Christophe
Invité

@Thibaut Emme
« On peut avoir des véhicules de 800 kg moins efficients que d’autres de 1500. » un exemple s’impose.
Le poids entre bien en compte pour la consommation énergétique alors même un VE de 1500 kg est moins efficient qu’un VT de 800 kg quand on prend compte toute la chaîne (c’est-à-dire en énergie primaire).

« L’efficience c’est le rapport entre les moyens mis en oeuvre et les résultats. » quelle nécessité d’utiliser une enclume de 1500 kg quand un véhicule de 800 kg suffit largement à la tâche ?

Thibaut Emme
Admin
Pèle-mêle… Une VSP qui consomme 3 litres à 45 km/h par exemple. Une tondeuse 2 temps (ou une mobylette). Une DS 21 tiens même….1200 kg, largement moins efficiente qu’un pachydermique SUV de 2 tonnes. Une Suzuki GSX-S1000F pèse 215kg…on rajoute la barbaque dessus on arrive à 300kg…consommation ? 5,3 l/100km. Efficient ou pas ? 🙂 Allez, VW XL1…800 kg, 0,9l/100 km. Caterham Seven 160…490 kg mais 4 l/100 km. Alors laquelle est la plus efficiente ? Vous confondez l’efficacité et l’efficience visiblement. L’efficience c’est un rendement. Vous présupposez que le poids est l’arme absolue pour avoir une meilleure efficience. Mais,… Lire la suite >>
Christophe
Invité
@Thibaut Emme http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/efficience/27930?q=efficience#27786 « Capacité d’un individu ou d’un système de travail d’obtenir de bonnes performances dans un type de tâche donné ; efficacité » « Synonyme : efficacité ». Et pas rendement ! Donc manifestement ce n’est pas qu’une histoire de rendement ! Dans l’article on parlait bien de voiture, non ? Donc pas la peine de comparer des carottes et des patates, donc exit tous les exemples qui ne sont pas des voitures. Ensuite évidemment qu’un véhicule ancien va être moins efficient qu’un véhicule récent, donc exemple non à propos. Et donc en ville un vélo est bien plus efficient qu’une voiture… Lire la suite >>
Christophe
Invité

« C’est le temps du tour de France…d’après vous, si on prend Froome et vous. Que vous roulez à 30 km/h à vélo. Lequel consommera plus d’énergie ? Lequel sera déjà à fond et n’aura donc pas de réserve de puissance au cas où ? Lequel s’arrêtera le premier ? » J’ai le droit à la ventoline ?
Si on a le même équipement, que l’on a la même morphologie et la même masse, pas de raison que la consommation énergétique soit différente.

Thibaut Emme
Admin

« Si on a le même équipement, que l’on a la même morphologie et la même masse, pas de raison que la consommation énergétique soit différente. » > Ah ben si, car le corps humain c’est archi compliqué. Sinon ils finiraient tous 1er 😉
Mais bon ce n’était qu’une illustration pour montrer que l’efficience ne dépend pas que de la masse, heureusement…sinon on fait un véhicule léger, on met un moteur crasseux et zou. 🙂

Christophe
Invité

@Thibaut Emme
Si un arrive premier c’est bien qu’il n’a pas la même morpoholgie que les autres !

Thibaut Emme
Admin

la morphologie c’est la « forme » externe….vous pouvez avoir 2 coureurs avec la même morphologie mais pas les mêmes fibres musculaires (il y en a 2 grands types), ni la même VO2Max, ni la même capacité à « gicler », etc.
Bref.
Pour en revenir à l’efficience, je vous ai donné les exemples que vous vouliez sur des voitures/véhicules plus légers et pourtant pas forcément plus efficients.

ART
Invité

Merci des précisions Thibaut et surtout de remettre certaines pendules à l’heure… !

« quelle nécessité d’utiliser une enclume de 1500 kg quand un véhicule de 800 kg suffit largement à la tâche ? »
Et le sempiternel glissement sémantique insidieux du Christophe… Suffit pour qui ? Pour quoi ? Quelle libre choix ??? Toujours aussi navrant…

Christophe
Invité

@ART
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/letat-sengage-aux-cotes-des-collectivites-mobilite-propre-et-contre-pollution-lair
« Face à la pollution de l’air nous voulons changer de paradigme et faire la démonstration que la voiture individuelle peut être remplacée, dans de nombreux cas, par les mobilités douces comme le vélo, le covoiturage et bien sur les transports en commun »
Si j’étais tout seul à le penser…

Christophe
Invité
@ART Dans le dossier de presse page 2 : « Aujourd’hui, 80 % des déplacements sont réalisés avec des véhicules individuels, qui, pour la grande majorité, ne transportent qu’une seule personne. Pour réduire l’impact des transports sur l’environnement et limiter le coût de la mobilité, l’un des principaux enjeux est de favoriser des modes de déplacements plus propres à chaque fois que cela est possible, et notamment les alternatives à la voiture individuelle plus partagées. » « Le potentiel des mobilités alternatives est immense. Répondre aux enjeux de la mobilité du quotidien, c’est par exemple reconsidérer la marche et le… Lire la suite >>
wpDiscuz