Accueil Cinéma Festival de cames : James Bond poursuit une GAZ Volga 31029 dans...

Festival de cames : James Bond poursuit une GAZ Volga 31029 dans Goldeneye (1995)

705
8
PARTAGER
GAZ Volga 31029 dans Goldeneye (1995)

Lors de sa sortie en 1995, le 17ème épisode des aventures de James Bond ne fait pas qu’introduire un nouvel acteur, Pierce Brosnan. Car 6 ans après Permis de Tuer, il est le premier film de la franchise à sortir après la chute du mur de Berlin. La situation géopolitique a donc bien changé, et il faut désormais prouver que James Bond a encore une raison d’être dans ce nouveau contexte.

Le film ne se prive néanmoins pas d’un passage à Saint Petersbourg, avec un tournage dans la capitale des tsars désormais plus aisé que quelques années plus tôt… Et si la vedette automobile du film est la nouvelle BMW Z3, le plus célèbre des espions britanniques s’offre surtout une petite visite de la ville aux commandes… d’un char soviétique T-55 pour prendre en chasse une GAZ Volga 31029 noire. Une voiture qui a pour particularité d’être une des rares véritables voitures locales visibles dans le film. Les équipes en charge de l’organisation n’ayant visiblement eu guère de scrupules quant au réalisme, puisque l’on y voit aussi dans les rues de ce St Petersebourg des années 90 des Fiat Uno, Ford Scorpio, Audi 200 C2, Peugeot 205, Renault 12 / Toros turque, 18 ou Fuego (version américaine…), Opel Kadett D / E, Ascona, Volvo 240 ou 245, VW Scirocco I, de vieilles Mercedes… Après tout, vu des Etats-Unis, une veille européenne inconnue passe aussi bien qu’une voiture russe… Il y a néanmoins aussi quelques Lada, Moskvitch, UAZ, ZAZ… Ainsi qu’une Tatra 603.

Petit retour sur GAZ

Les bases de l’usine qui produit encore des utilitaires sous la marque GAZ, mais aussi d’autres modèles pour le compte de Daimler ou Volkswagen, ont été jetées en 1929, lors de la signature d’un accord entre l’Union Soviétique… et Ford pour la production d’une voiture dans la ville de Nijni Novgorod. L’usine porte alors le nom de Nizhegorodsky Avtomobilny Zavod (NAZ ou usine d’automobiles de Nijni Novgorod), mais en 1932 la ville devient Gorki, et l’usine prend alors celui de signifie Gorkovsky Avtomobilny Zavod, soit GAZ.

Le premier modèle lancé en 1932 est donc la GAZ A, en fait une Ford Model A produite à Gorki. En 1936 apparaît la GAZ M1, basée quant à elle sur la Ford Model B, et dont le nom de M1 évoque la production dans l’usine baptisée du nom du politicien Vyacheslav Molotov, plus connu pour le « cocktail » portant son nom… La possession d’une voiture par les masses populaires n’est pas à l’ordre du jour, et les GAZ sont dès le début des véhicules réservés aux officiels, rôle qu’elles conserveront jusqu’à la fin. La A sera remplacée après la seconde guerre mondiale par la M20 « Pobeda » (victoire). Ce n’est qu’en 1956, avec la GAZ 21 qu’apparaît le nom de Volga, le fleuve traversant Gorki. La GAZ 24 Volga arrive en 1970, et au fil de ses évolutions sera de fait la dernière Volga.

Car si la GAZ 24 évolue et se modernise, la base sera conservée sur la 3102 en 1982, puis sur la 31029 qui nous intéresse en 1992, la 3110 en 1996 et enfin la 31105 en 2004. La production des Volga cessera en 2009, soit après presque 40 ans de carrière pour la famille issue de la 24…

La GAZ Volga 31029

La principale modernisation de la 24 a eu lieu avec la sortie de la 3102 en 1982, avec une ligne plus anguleuse, des phares rectangulaires, des poignées de portes intégrées semblant copiées sur celles des Austin Allegro ou Morris Marina de l’époque ( !). La 31029 poursuit donc cet effort en adoptant des formes un peu arrondies. Dans l’air de l’époque, elle réduit la présence des chromes en abandonnant la calandre à barres verticales et en adoptant des pare-chocs en plastique noir. Car si on a vu dernièrement quelques créations nostalgiques évoquant la GAZ 21, l’idée n’est pas à la nostalgie des années Kroutchev en ce début des années 90… Mécaniquement, le début d’ouverture du marché rend les versions V8 obsolètes face aux importations de véhicules d’occasion venus de l’ouest. Elle se contente donc d’un 4 cylindres 2.4 de 100 ch à carburateur. Avec 1400 kg, les performances ne sont clairement pas sa priorité et il faut patienter 19 s pour passer de 0 à 100 km/h… En 1996, une version 2.3 à injection arrive sur le marché, avec 145 ch et 5,5 s gagnées sur le 0 à 100 km/h.

Si la berline Volga a durant de longues années désigné directement les officiels, y compris le KGB, la 31029 s’ouvre à une clientèle plus large et sa vente est désormais ouverte à tout un chacun. Son image de robustesse, ses dimensions imposantes face à une simple Lada (4m88 de long) et un prix bas en font un véhicule qui reste attractif. Sa production passera ainsi de 69000 exemplaires en 1992 à 124000 en 1996, et à l’arrêt de production en 1997, 522650 exemplaires de la famille auront été produits. Des berlines 31029 principalement, mais aussi des breaks (31022) ou des ambulances (31023).

Illustrations : captures du film, GAZ, wheelsage.org

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Festival de cames : James Bond poursuit une GAZ Volga 31029 dans Goldeneye (1995)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
JamesBond
Invité

Je sors un peu de l’automobile mais ce Goldeneye est vraiment très bon !

Nikokolas
Invité

Je suis bien d accord, un des meilleurs!

Invité

Le film ne se passe pas à Moscou, mais à Saint-Petersbourg !
Quand aux automobiles européennes que vous citez, je ne vois pas où se trouve l’incohérence, dès la chute du mur le trafic automobile avec l’Europe de l’ouest a explosé. Donc oui, on trouvait en Russie ce genre de véhicules, originaires de l’ouest, dans les années 90 ! De plus l’action se situant en 1995 tout cela est plus que logique.

The Stig
Invité

Aaaaaah, la Volga, son Colonel, et le mythique « A coups de pare-chocs, c’est fait pour ça ! » avec l’accent russe 😉

beniot9888
Invité

Je me souviens de la Z3 du film. Un placement produit sans intérêt pour ce joli roadster. Utilisé 1 ou 2 fois, pas de course poursuite, pas d’action, juste un faire valoir.

Ils se sont rattrapés dans « Demain ne meurt jamais », ou une série 7 subira le traitement James Bond habituel : une destruction totale. 🙂

beniot9888
Invité

D’ailleurs, c’était le premier film de la série à avoir un partenariat avec BMW, non ?

wpDiscuz