Accueil Actualités Entreprise Renault / PSA : des prix de pièces détachées scandaleux

Renault / PSA : des prix de pièces détachées scandaleux

2318
37
PARTAGER

Renault et PSA empêtrés dans un scandale ? Selon des documents confidentiels, obtenus par Mediapart et l’EIC (European Investigative Collaborations), les deux groupes automobiles se seraient entendus pour gonfler pendant des années le prix de certaines pièces détachées.

Vaste et juteuse escroquerie ?

Les documents recueillis par Mediapart seraient issus du cabinet de conseil Accenture. Ce dernier aurait fourni à PSA et Renault un « logiciel très sophistiqué ” qui aurait permis aux deux constructeurs de pratiquer des hausses de prix de manière aussi  rusée qu’indétectable. Ou presque.

Cet outil, baptisé Partneo, servirait notamment à déterminer la valeur de l’équipement telle que perçue par le client et le prix maximum qu’il serait prêt à payer, le tout afin de fixer des tarifs plus élevés. Une manière d’augmenter les prix sans modifier d’un iota le coût réel de fabrication des pièces pour les constructeurs. Mediapart sous-entend par ailleurs que PSA et Renault se sont coordonnés sur le sujet, sans toutefois indiquer comment.

Une astuce aussi illégale que juteuse, puisque que Renault et Peugeot auraient pu par ce biais réaliser chacun des profits annuels de plus de 100 millions d’euros, en augmentant artificiellement le prix de certaines pièces détachées.

Selon Mediapart, à partir de la fin des années 2000, Renault et PSA auraient opéré une hausse de 15% des prix des pièces détachées pour lesquelles ils sont en situation de monopole, qualifiées de « pièces captives ». Le journal ajoutant qu’au niveau mondial, les deux constructeurs auraient ainsi soutiré près de 1,5 milliard d’euros aux automobilistes en dix ans.

Grâce à des algorithmes complexes gérés via le logiciel et à une large base de données créée par Partneo, les prix de certaines pièces se seraient envolés : une hausse de 264 % pour une protection de roue de Dacia Sandero, de 100 % pour un rétroviseur de Clio 3 …

Le journal indique par ailleurs que ces pièces « captives » représentent en moyenne pour les  constructeurs 30 à 50 % des revenus issus de la vente des pièces détachées, « et bien davantage en France ». Rappelant par ailleurs l’engagement des associations de consommateurs contre l’exclusivité des constructeurs sur les pièces automobiles.

Renault et PSA réfutent les accusations

Les deux groupes ont néanmoins formellement nié ces accusations. En réponse à Mediapart, Renault a indiqué ne s’être « engagé dans aucune coordination, de quelque forme que ce soit, avec PSA » et n’avoir jamais « emprunté une démarche qui puisse relever, de près ou de loin, d’une violation des règles de concurrence« . PSA conteste totalement pour sa part ces accusations qu’elles qualifient d' »infondées« .

L’Autorité de la concurrence en alerte

L’affaire est loin d’être close. L’Autorité française de la concurrence aurait d’ores et déjà ouvert une enquête en 2017 sur le dossier avant de la refermer au bout de quelques mois. Elle pourrait à nouveau se saisir de l’affaire compte tenu de ces nouveaux éléments.

Mediapart indique ainsi que l’Autorité précise que « les éléments portés à sa connaissance »ne justifiaient pas l’ouverture d’une « enquête approfondie », mais qu’elle « se réservait la possibilité de le faire » si de nouveaux éléments lui étaient communiqués.

En 2011, l’Autorité de la concurrence constatait que le prix des pièces détachées en France était reparti à la hausse après avoir baissé entre 1996 et 2003. « Les prix ont augmenté de 13 % hors inflation entre 2000 et 2010 en France, alors qu’ils ont baissé partout ailleurs en Europe », constatait-elle, soupçonnant une fraude.

L’inventeur du logiciel attaque le trio en justice

Laurent Boutboul, le créateur du logiciel poursuivrait actuellement Accenture, PSA et Renault devant le tribunal de commerce de Paris. S’estimant lésé par Accenture lors du rachat de sa société en 2010, il accuse aujourd’hui la société de conseil, Renault et PSA « d’avoir utilisé son système pour coordonner les hausses de tarifs, en violation des règles de la concurrence. » Les documents sur lesquels s’appuierait Médiapart seraient issus de cette procédure.

L’avocat de Laurent Boutboul, Frank Normandin, a confirmé au journal l’existence de cette procédure judiciaire. Précisant que « ce litige concerne les engagements du groupe américain Accenture et de sa filiale française à respecter les règles d’un protocole antitrust », ce dernier ayant été défini avant l’acquisition de la société Acceria en vue de maintenir l’usage licite du logiciel conçu.

Sources : Mediapart, Renault, PSA, AFP

Poster un Commentaire

37 Commentaires sur "Renault / PSA : des prix de pièces détachées scandaleux"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Van Gag
Invité

J’ai hâte de lire SGL

SGL
Invité

Désolé de vous décevoir, mais je ne suis pas le béni-oui-oui des constructeurs français… 😉
Qu’ils payent s’ils ont fauté.

Invité

ouai enfin si ça se trouves, dans les jours / semaines à venir on va apprendre qu’il n’y a pas que PSA et Renault qui ont fauté, mais tout le monde, donc la jouissance de l’ami Van Gague risque d’être de courte durée

greg
Invité

Moi c´est SAM, Kazer Sauzée, Gas Auto et VAG truand que j´attend Avec impatience, ils sont étrangement silencieux.

SGL
Invité
Maintenant, il faudrait quantifier le niveau du préjudice vis-à-vis des clients voir de la population globale : les autos françaises, sont-elles pour autant vraiment hors de prix à l’entretien !? De moins plus que les autres ? N’est-ce pas une sécurisation contre la contrefaçon de pièces dangereuse à terme ?. J’imagine que les Dacia et Fiat ont des coûts d’entretien relativement compétitive grâce à leurs pièces détachées à coûts maîtriser, aussi, je sais qu’une Audi A6 (par exemple) de plus de 4 ans si elle est « achetable » à cause de sa décote à un coût exorbitant d’entretien… Comme… Lire la suite >>
greg
Invité

En moyenne le Prix des pièces a plus que doublé, et ce de manière totalement artificielle 😉
Et ce n´est qu´une moyenne. Parfois c´est un facteur 4.

Thibaut Emme
Admin

Cela m’amuse le coup du prix que serait prêt à payer les consommateurs. C’était déjà la réflexion de Schwetzer sur la Dacia Logan à 5000 euros. A ce prix-là les gens ne croiraient pas que c’était suffisamment bon…mais à 7 500 oui.

Il y a plusieurs années, Fiat me proposait 200 euros l’embrayage (juste la pièce). En passant par un garagiste honnête, lui le touchait à 97 euros auprès de FIAT (donc avec déjà une marge constructeur)…c’est dire que les pièces surfacturées, ce n’est pas nouveau et c’est généralisé.

MINI_Stig
Invité

Chez VAG, suivant si l’on va chez Audi, VW ou Seat, une même pièce ne coûtera pas le même prix.
Bref ça m’amuse aussi cette histoire car qui ne pratique pas cette méthode ?!?
Quelque soit le domaine…

Fred21
Invité

Tarif différent pour un forfait chez Feu vert entre une VW et une Skoda
https://goo.gl/images/f5xUP2

Invité

C’est ce que j’allais dire.
Je suis tres surpris de voir que ce serait illegal (je connais pourtant un peu la loi sur les sujets de concurrence). C’est une pratique ultra commune, et aussi appliquee sur les voitures elles memes (sous gage de repositionnement, on augmente les prix). C’est ce qu’a fait Peugeot avec son « Pricing power » (il est tout a fait vrai que, psychologiquement, quelque chose de plus cher parait, consciemment ou non, de meilleur qualite. Augmenter le prix ameliore l’image (si fait intelligemment, evidemment))

CDA
Membre

Oui, cet article fait vraiment presse à scandale pour ne pas dire pu*e-à-clic.

Thibaut Emme
Admin

Ah mais ce n’est pas du tout ce que j’ai dit 😉

Lee O Neil
Invité

Je rejoins l’avis de CDA.

Rien que le titre :
« Renault / PSA : des prix de pièces détachées scandaleux »
ça donne plutôt un jugement personnel au lieu d’un titre qui résume des faits.

Un truc du genre aurait été moins tendancieux :
Renault/PSA : soupçon d’entente sur les prix des pièces détachées.

Et quand l’affaire sera jugé, on pourra peut-être écrire :
Renault/PSA : des prix illégaux pour leurs pièces détachées.

Payer plusieurs milliers d’€ une bouteille de champagne dans un club à la mode, qui plus est pour finir sur les seins siliconés d’une bimbo, ça, c’est scandaleux !

Invité

Oui comment expliquer qu’un enjoliveur de dacia coute 2à 3 fois plus cher qu’un de clio ?
Mème mon garagiste avait honte .J’en ai trouvé d’occase sur le bon coin, bande de voleurs de concessionnaires !

wizz
Membre

petite remarque

les constructeurs français ont gonflé les factures pour se mettre plein les poches….et ils sont toujours moins chers que d’autres, Audi par exemple, dont certaines pièces mécaniques sont les même que VW, Skoda ou Seat.

question: combien est ce que d’autres constructeurs ont pu surfacturé aux clients (après avoir « surfacturé » au moment de l’achat, blason plus prestigieux oblige)…

beniot9888
Invité
Je ne vois pas une escroquerie, juste une politique commerciale. Qui ne vous plaît pas, peut-être, mais le constructeur choisis bien de vendre ses pièces le prix qu’il veut, non ? Et je ne vois pas vraiment l’intérêt d’une « entente sur les prix » par Renault et PSA. Si vous avez cassé le rétroviseur de votre 208, vous vous fichez bien de savoir que celui de la Clio est moins cher ! Il n’y a pas concurrence directe, sur ces pièces. Rappelons d’ailleurs que les pièces captives sont les pièces de style, donc principalement des pièces de carrosserie. Pour les pièces… Lire la suite >>
greg
Invité

Selon la oi francaise et le droit communautaire, ce n´est pas une escroquerie, mais cela s´apparente à la constitution d´un cartel afin de maintenir artificiellement des Prix à un très haut Niveau 😉
C´est un délit.
Aux USA les intervenants de prendraient des amendes de plusieurs milliards d´Euro.
Mais bon je présume que si ce sont des constructeurs francais ce n´est pas grave 😉

beniot9888
Invité

Là encore, je ne vois pas l’intérêt d’une entente sur les prix : on parle de pièces de carrosserie. Vous n’allez pas aller acheter votre aile de Talisman chez Citroën, donc que l’aile d’une C5 coûte le même prix, quel intérêt ?

Yorgle
Invité

@beniot9888
je pense que le fait de s’entendre sur le prix des pièces de rechange – meme si ce sont des pièces captives – permet de fausser la concurrence entre PSA et Renault.
Puisque théoriquement, le prix des pièces entre dans le choix du véhicule.
Donc une entente sur le prix des pièces fausse la concurrence entre PSA et Renault.

beniot9888
Invité

Je comprends bien, mais je doute que la clientèle regarde le coût de réparation d’une voiture à l’achat. Je pense que déjà pour l’entretien, ils se contentent de la réputation (c’est cher/pas cher à entretenir une X), alors de là à aller regarder le prix d’un pare choc arrière en cas de casse…

greg
Invité

Beniot, le problème n´est pas vraiment à prendre Sous l´angle PSA-Renault, mais PSA-accenture et Renault-Nissan-Accenture. Ils ont formé un cartel Ensemble pour surfacturer les pièces détâchées.

ART
Invité

Enfler le monde sous couvert de monopole c’est de la stratégie commerciale pour beniot !!! Bravo !!!

beniot9888
Invité

Je suis contre ce monopole, figure toi. Mais à partir du moment où on leur laisse l’avoir, pourquoi se priveraient ils ? C’est du capitalisme. Les constructeurs sont là pour faire de l’argent, on leur offre un bouleversement, ils le prennent.

Si il y a entente sur les prix, c’est illégal. Si c’est juste « vendons nos pièces le plus cher possible, nos clients n’ont pas le choix », c’est vache, mais légal. Même avec le logiciel machin pour calculer le prix max.

beniot9888
Invité

Un peu comme si tu casses l’écran de ton ordinateur portable, t’as le choix entre :
– payer un nouvel écran
– rester avec ton écran cassé parce que tu trouve la pièce trop chère

wpDiscuz