Accueil Nissan Triple alliance Nissan : plate-forme électrique commune

Triple alliance Nissan : plate-forme électrique commune

1693
10
PARTAGER

Renault, Nissan et Mitsubishi vont développer conjointement une plate-forme commune pour les véhicules électriques d’ici 2020. Une démarche qui s’inscrit dans une politique de réduction des coûts destinée à renforcer la compétitivité de l’alliance franco-japonaise dans un environnement de plus en plus concurrentiel.

Plate-forme midsize pour en priorité des SUV

La plate-forme servira de base pour un certain nombre de modèles de moyenne gamme (midsize), catégorie qui comprend le Nissan Qashqai. L’objectif est de fabriquer environ 2 millions de véhicules électriques en utilisant la plate-forme – principalement des SUV – sur cinq ans à partir de 2020.

En 2017, le groupe a vendu un total de 91 000 véhicules électriques, en hausse de 11% par rapport à 2016. La Nissan Leaf, dont la commercialisation a débuté en 2010, occupe la première place de la gamme électrique de l’alliance, laquelle comprend également la Renault Zoe.

Les constructeurs réunis au sein de l’Alliance se donnent notamment pour objectifs de déployer 12 nouveaux modèles électriques d’ici 2022, la plate-forme commune constituant un élément central du projet.

Partage des coûts et synergie

Un développement conjoint procure de sérieux avantages financiers. En effet, les constructeurs doivent dépenser plusieurs centaines de millions de dollars pour développer une plate-forme véhicule, élément clé de leur stratégie de production.
Celle-ci détermine en effet la position de tous les composants importants, tout en jouant un rôle essentiel dans le domaine de l’économie de carburant et d’autres aspects de la performance énergétique.

De ce fait, les coûts de développement des véhicules électriques atteignent des niveaux parfois prohibitifs pour pouvoir être supportés par un seul constructeur.

En travaillant ensemble sur une plate-forme unique, chaque membre de l’alliance franco-japonaise devrait réduire ses coûts de développement de 20% à 30% par rapport à une démarche en cavalier-seul.

L’Alliance devrait également développer des plates-formes partagées pour d’autres segments de véhicules électriques. Nissan et Renault avaient envisagé une telle évolution pour les modèles compacts, mais ont décidé de débuter en choisissant le segment midsize des SUV. Ces derniers sont en effet de plus en plus demandés dans le monde entier.

Le partenariat avec Mitsubishi permettra également aux membres de l’Alliance de réduire les coûts via le développement conjoint de batteries lithium-ion, de moteurs et d’autres composants de base.

Manque de mutualisation sur Nissan Leaf et Renault Zoé

En décembre 2016, le directeur de Renault-Nissan BV, Arnaud Deboeuf, avait annoncé que les deux constructeurs développeraient une plate-forme électrique commune pour la prochaine génération de Zoé et Leaf. Les deux constructeurs traînaient alors des pieds pour mutualiser leurs efforts. Un manque de synergie qui avait en partie coûté son poste au dirigeant des programmes moteurs chez l’Alliance. La Renault et la Nissan Leaf sont un exemple de ce manque de mutualisation. Les deux constructeurs ont développé au même moment deux architectures électriques séparées sur un marché encore balbutiant à l’époque.

Sources : Nikkei, Automotive News

Source photo : Renault

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Triple alliance Nissan : plate-forme électrique commune"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Incroyable, quand on y pense, de l’absence d’éléments communs entre la Leaf et la Zoé au sien de l’Alliance… D’autant que les deux modèles sont des belles réussites techniques.
Cela donne l’idée du potentiel énorme de développement pour les futur VE de Renault/Nissan dans les segment A,D et SUV.

amiral_sub
Invité

2 voitures réussies mais qui ne partagent rien: ni moteur, ni batteries, ni chargeur, ni chassis, ni … usines. Assez incroyable ! Un moteur de leaf avec un chargeur de zoé sera un couple idéal. Associés à une baisse de prix de 30% si ils y arrivent ça donnera une championne!
Note: c’est à peu de choses prêtes la meme situation dans les thermiques

Thibaut Emme
Admin

@amiral_sub : sauf que le chargeur caméléon de la Zoe est partie intégrante du moteur. Il participe à la très bonne efficience de la machine, quitte à sacrifier les recharges rapides (43kW) au profit des recharges accélérées (22 kW).
C’est un choix technique à faire…

Amiral_sub
Invité

Non, une fois de plus vérifiez vos sources : la Zoé est disponible avec au choix le moteur R (charge 22kW AC) ou le moteur Q (charge 43kW). La Leaf ne charge qu’à 7kW en AC. Pour comprendre cet avantage, 94% des bornes de recharge sont en AC.

Thibaut Emme
Admin
Mdr « vérifiez vos sources ». https://www.leblogauto.com/2018/03/renault-zoe-vendue-enfin-batterie.html https://www.leblogauto.com/2018/02/geneve-2018-renault-lance-zoe-r110.html https://www.leblogauto.com/2016/10/paris-2016-live-renault-zoe-z-e-40-coup-davance.html S’il y a bien quelqu’un ici qui a bossé sur le sujet, c’est bien moi 😉 Mais….oui le Q90 (Continental) existe avec un chargeur à 43 kW, externe au moteur. Résultat, l’efficience globale du Q90 est moindre que celle du R90 ou même du R110 avec chargeur caméléon intégré au moteur et limité à 22 kW. Quel serait l’intérêt d’avoir le chargeur moins bon, moins efficient ? Pour charger à 43 kW ? Ok…on charge plus vite mais on consomme plus sur la route…. Sinon oui la Leaf est limitée à 7 kW… Lire la suite >>
SGL
Invité

Une Zoe2 sur une base de Leaf2 avec 30 % d’amélioration… et elle a des prestations qui se rapprocherait d’un bas de gamme de Model 3 sans problème.
Genre 400 km d’autonomie en réel, recharge en 50 kW minimum, etc.

Membre

moi je verrais plus une Zoe 2 sur base de Twingo électrifiée (la smart forfour passerait en VE d’ici peu, selon certains bruits de couloirs), et le retour de la Fluence ZE basée sur le Leaf 2

bzep
Invité

Dommage de rendre la zoé plus grande, une place pour une citadine électrique est nécessaire. c’est justement ce qui faisait au moins en Europe la complémentarité du couple zoé/leaf. Perso une VE suv ou de la taille d’une leaf ne m’intéresse pas.

Thibaut Emme
Admin

@bzep : même plate-forme ne signifie pas forcément même segment au final 😉

SGL
Invité

Oui tout à fait, et j’imagine que la longueur de l’empattement détermine la capacité prévisible de la batterie !?
Renault et Nissan auront certainement une plate-forme en commun pour leurs voitures électriques à l’image de leur CMF.
D’ici 2025, il aura certainement autant de modèles électriques que thermique, et ces dernières seront au moins des hybrides light

wpDiscuz