Accueil Actualités Entreprise Les constructeurs allemands dans le collimateur de Trump

Les constructeurs allemands dans le collimateur de Trump

1163
27
PARTAGER

Les constructeurs allemands directement frappés par de nouvelles menaces de Trump à leur encontre, ce dernier laissant entendre que leurs modèles premium pourraient être bannis des rues américaines.

Selon le magazine allemand Wirtschaftswoche, le président américain Trump aurait déclaré au président français Emmanuel Macron qu’il bloquerait l’accès au marché américain aux constructeurs automobiles de luxe allemands.

Se basant sur les propos de plusieurs diplomates européens et américains sans toutefois les nommer, le journal a indiqué qu’en avril dernier, lors de la visite du président français aux Etats-Unis, Trump avait déclaré à Emmanuel Macron qu’il ne dévierait pas de sa politique commerciale actuelle dans le but « d’empêcher les modèles Mercedes de dévaler la Cinquième Avenue à New York ».

Les services de l’Elysée ont refusé de commenter l’information tandis qu’un porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis à Berlin a demandé des explications à Washington.
Durant le mois de mai, l’administration Trump a ouvert une enquête commerciale en vue de déterminer si les importations de véhicules étrangers avaient nui à l’industrie automobile américaine. Si des conclusions allant dans ce sens étaient formulées, des taxes prohibitives de l’ordre de 25 % pourraient être mises en place sous couvert de protection de la «sécurité nationale» des Etats-Unis, se calquant ainsi sur les nouveaux droits de douane imposés par les USA sur l’acier et l’aluminium en mars dernier.

Si un tel tarif était imposé, il remettrait en cause la rentabilité de telles opérations pour les constructeurs allemands, en alourdissant leurs charges de 4,5 milliards d’euros, si l’on en croit les analystes d’Evercore ISI.

Les constructeurs allemands en quasi monopole sur le premium aux USA

Il est vrai que Donald Trump a de quoi s’inquiéter. Les groupes automobiles allemands contrôlent 90% du marché haut de gamme aux États-Unis, via BMW – détenant les marques Rolls-Royce, Mini et BMW – Daimler – détenant la marque Mercedes –  et le groupe Volkswagen détenant les marques premium Bentley, Bugatti, Porsche et Audi. Au sein de l’Union européenne, l’Allemagne est le plus grand exportateur de véhicules vers les États-Unis.

Audi et Porsche particulièrement vulnérables

Si Trump mettait ses menaces à exécution, les marques Audi et Porsche pourraient s’avérer particulièrement vulnérables, ne disposant pas d’usines aux États-Unis. Mercedes et BMW y détiennent au contraire des sites qui pourraient leur permettre d’accroître leur capacité de production locale si leurs importations devaient être réduites.

Daimler, BMW et Audi ont refusé de commenter l’information tandis que Porsche s’est dit indisponible pour s’exprimer sur le sujet pour le moment.

Les échanges commerciaux automobiles nettement en faveur de l’UE

Selon l’association ACEA basée à Bruxelles, en 2017, l’Union européenne a exporté des voitures vers les États-Unis pour une valeur de 37 milliards d’euros (43 milliards de dollars), les importations vers l’UE en provenance des États-Unis atteignant parallèlement quant à elles 6,2 milliards d’euros.

VDA, l’association allemande de l’industrie automobile, affirme pour sa part que ses membres ont exporté 657 000 véhicules en Amérique du Nord l’année dernière. Le montant global des exportations de véhicules neufs, composants automobiles, moteurs et véhicules d’occasion s’est établi à 31,2 milliards d’euros en 2016. Parallèlement, les importations allemandes du secteur automobile en provenance des Etats-Unis se chiffraient à 7,4 milliards d’euros. Aboutissant ainsi au final à un déficit commercial de 23,8 milliards d’euros, selon les derniers chiffres disponibles du VDA.

A noter enfin qu’en 2017, les constructeurs automobiles allemands ont produit 804 000 voitures dans leurs usines US.

Trump déjà opposé aux constructeurs allemands

Trump s’est d’ores et déjà opposé aux constructeurs automobiles allemands auparavant. Au début de l’année 2017, s’exprimant dans le cadre d’un entretien avec le journal allemand Bild, il avait ainsi déclaré qu’il imposerait des tarifs douaniers de 35 % sur les voitures importées.
Qualifiant alors l’Allemagne de grand constructeur automobile, il avait toutefois ajouté que la relation d’affaires entre Berlin et Washington était une voie à sens unique et, de ce fait, déloyale.

L’Allemagne remontée contre Trump

Berlin a réagi avec colère à l’annonce d’une enquête américaine sur les importations de véhicules. Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, a ainsi déclaré à la presse qu’il n’y avait aucun signe de désescalade et que la réponse de l’UE face à la mise en place de tous ces nouveaux tarifs devait être « claire, forte et intelligente ».

Le président de la BDI (Bundesverband der Deutschen Industrie pour fédération allemande des industries), Dieter Kempf, a appelé jeudi à la prudence dans les tensions commerciales grandissantes entre l’UE et les Etats-Unis.

Il a ainsi mis en garde sur les ondes de Deutschlandfunk contre une éventuelle riposte du locataire de la Maison Blanche dans le cas où l’UE imposerait des contre-mesures.

Reste que Donald Trump pourrait par ce biais tester la solidarité franco-allemande … les ventes des constructeurs français aux États-Unis étant relativement faibles, alors que les constructeurs automobiles allemands y génèrent jusqu’à 30% de leurs ventes mondiales. Alors quand on sait que le sujet a justement été effleuré lors de la visite d’Emmanuel Macron … on peut de plus en plus douter que Donald Trump soit aussi fougueux et imprévisible que cela …  plutôt rusé le renard …

Sources : Automotive News, Reuters, Wirtschaftswoche

Crédit Illustration : Leblogauto.com (E.Studer)

Poster un Commentaire

27 Commentaires sur "Les constructeurs allemands dans le collimateur de Trump"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Si ça peut « fusionner » l’Europe.
Que l’on puisse parler d’une seule voix dans l’intérêt commun de l’union.

Invité

je trouves que vous êtes d’une naïveté qui fait peur, car le premier problème de l’Europe est que chacun des pays se la jouent perso. Et comme les décisions sont prises à l’unanimité alors qu’il faudrait qu’elles le soient à la majorité, on n’est pas prêt de prendre des décisions comme ça

labradaauto
Invité
…c’est la guerre ! Mais ce mec (Trump) a été élu pour ça en plus. A sa tenue on voit qu’il est bourré de complexes de supériorité, pédantesque. En matière de bagnoles, je sais qu’ici sur le blog il y a des gens raides dingues de l’auto USA. Moi pas ! parce que les Ricains, ils sont encore loin de la bonne auto ! Ont-ils une seule fois tenté de s’aligner sur route en championnat ? Jamais . C’est en Europe qu’on pense, et fait les meilleures autos. Oui il y a Tesla, mais ça c’est pour …après. (vite moins… Lire la suite >>
Guill
Invité

A propos de Tesla, elles sont considérées comme américaines en EU mais anti américaines aux USA (hormis Californie/WC). Comme un acte de rébelion par rapport au reste de la production nationale.

Adrien
Invité

Attention, ne confond pas chrono et rendu plaisir. Ç est ca la clef ! Ç est toutes de super caisses même une audi s3 ou tt (essence bien sur). Le truc ç est le plaisir la sensation, l odeur (je roule en carbu des fois) bref ç est un ensemble…
Signé un passionné d européenne un peu les américaines Je possede une m5 en ce moment

jeremy dutilh
Invité
mon pauvre laabrauto, ça se voit que tu n’as jamais retouché a une americaine… je te signale qu’aujourd’hui c’est ini les paquebot a suspensons molles et freins chewing-gum !! il faut se reveiller ! de plus le design des americaines au moins change de celui des européennes et japonaises, qui ont leurs propres design, prend une cadillac CTS-V en main et je suis sur mon coco, que t’auras plus le pied sur les freins (trés fermes) que sur l’accelerateur! MDR, alors tes championnat… ah oui pour ta gouverne, les championnat, ben ça sert qu’ a etre visible pour les constructeurs…… Lire la suite >>
SAM
Invité

Oui mais tous les amis du country club de Trump roulent en voitures allemandes.
Opel et Ford Europe (siège social à Cologne) sont et ont été des acteurs importants de l’industrie américaine en Allemagne! De qui se moque-t-on en attaquant les constructeurs allemands? Quid des constructeurs japonais?

Proposons à nos TV et cinéma de bannir le 7ème art étasunien ou encore la musique venant de ce pays!

versdemain
Invité

Trump à raison, réglons nos comptes.
-L’Europe a essayé de vendre des hélicoptère Franco-Allemand à la Pologne, mais à cause d’énorme pression de OTAN et des Américains ce sont des Hélicoptères Américains qui ont été vendu.
-Et puis pour les avions militaire, c’est encore pire la Suède et nombreux pays Européens achètent des avions aux Etats Unis alors que la France fait d’excellents avions Européens.
Imposons une taxe de 25% sur tout le matériel militaire Américain qui inonde l’Europe.
Il faut taper la ou ça fait mal.

pat d pau
Invité

c’est pas rentable. faut taper direct sur l’iphone et tout les derivés avec 40% de taxe.. et là on va bien rigoler.

pat d pau
Invité

mais non !
Il faut interdit l’Iphone et la on va rigoler.

SAM
Invité

Ou que les allemands interdisent Apple, Windows, Amazon, Google, Facebook en Allemagne car question position dominante sur certains pans de l’économie les américains ne laissent que peu de place aux autres ….

Francois
Invité

Et qui sont ces « autres » en Europe ?

NorCal
Invité

Commenaire vraiment pas intelligente. Les GAFA sont situe west coast, des états absolument pas républicains (blue states) et qui sont dirigés par des CEOs ouvertement contre la politique de Trump (Jeff Bezos est sans doute l’un de ses pires ennemies). Ça lui ferait trop plaisir. Il faut visiter les red states, ceux qui sont majoritairement républicains et donc visiter les électeurs de Trump. Là ça lui ferait mal et peut être reconsidéré sa décision.

SAM
Invité

@NorCal. Il est président d’un pays? Il est le représentant d’une nation. L’intelligence de mon commentaire répond à l’intelligence de ce chef d’Etat.

NorCal
Invité

@sam ça se saurait s’il était le représentant d’une nation. Mais d’accord avec toi sur l’intelligence de ce mec! Désolé, j’ai du mal a dire chef d’État quand il s’agit de lui…

SAM
Invité

@NorCal. Eh bien ce chef d’Etat a décidé de taxer l’acier de ses principaux partenaires économiques à savoir l’Europe, le Canada et le Mexique … Et autre scoop, les GAFA et les électeurs californiens ne sont pas descendus dans les rues pour protester contre cette injustice. Concrètement une majorité d’américains lui ont donné le pouvoir, il l’utilise …

pat d pau
Invité

c’est sur qu’on a pas vu Apple et ses 300.000 milliards de dollars en banque et dans les paradis fiscaux faire un truc contre Trump.. le mythe des gentils calofirnien contre les mechants texas c’est tellement navrant faux, gamin, cretin et limite r aciste en fait..

Un peu comme si on disait les mechants polonais et les gentils italiens..

pat d pau
Invité

mais non faut pas cherche a diviser comme cela.. lui ne vise par une region d’allemagne, il vise l’europe..

Faut mettre +40% de taxe sur apple et la on va rire. on a pas du tout besoin d’apple donc ca sera sans douleur pour nous en europe.

Francois
Invité
Une voiture produite aux USA, qui peut être de marque allemande, qui entre dans l’UE paye une taxe douanière de 10% alors qu’une voiture produite dans l’UE qui entre aux USA paye une taxe douanière de 2,5%, inutile de s’appeler Trump pour constater qu’il existe comme un déséquilibre. Je ne suis pas stupide au point de penser qu’un alignement du niveau des taxes des deux côtés de l’Atlantique permettrait à Cadillac de vendre des autos par millions mais il n’en reste pas moins que dans ce cas précis, l’oncle Sam se fait avoir (pour rester poli). D’ailleurs, c’est justement parce… Lire la suite >>
Fred21
Invité

Dans ces traités commerciaux, chaque pays essaye de faire baisser les taxes sur la partie où il performe. On ne peut comparer les droits produit à produit. Si les taxes sont à 10% dans un sens et 2.5% dans l’autre, vous avez forcément un avantage donné ailleurs aux US et qui est peut être sur l’aviation ou le soja. Tout ceci est dans la négociation des traités.

wpDiscuz