Accueil Ford Ford accusé d’être de mèche avec Trump, contre l’écologie

Ford accusé d’être de mèche avec Trump, contre l’écologie

951
12
PARTAGER

Mauvaise passe pour Ford aux Etats-Unis. Le constructeur y est la cible d’une campagne l’accusant de vouloir remettre en cause ses engagements environnementaux et de faire-fi de l’écologie.  Il est également soupçonné de faire pression auprès de l’administration Trump pour modifier les normes de consommation imposées aux voitures. Alors que ce sujet suscite d’ores et déjà la colère de 18 Etats – dont la Californie  –  farouchement décidés à ne pas se laisser faire.

Mardi, des groupes activistes ont remis à Ford une pétition réunissant 250 000 signatures. Les opposants au constructeur ont su trouver de sérieux appuis : la campagne est en effet organisée par Greenpeace, Public Citizen et le Sierra Club.

Si Greenpeace est connu de la planète entière pour ses actions en faveur de l’écologie, Public Citizen l’est un peu moins. C’est en 1971, victorieux d’un procès retentissant contre Général Motors, qu’il accuse de produire des voitures dangereuses, que Ralph Nader fonde un réseau d’associations de défense des droits des citoyens, dénommé Public Citizen. Depuis lors, Ralph Nader est considéré comme l’un des fondateurs du concept de protection des consommateurs.

Ford accusé de double-jeu

Madeline Page de Public Citizen a accusé le constructeur « d’hypocrisie », lui reprochant un double discours. Côté pile  : se conformer au politiquement correct via des messages aux accents écologiques. Mais côté face selon elle  : une production de véhicules figurant parmi les plus polluants.

Si elle estime également que les constructeurs « sont tous aussi mauvais » les uns que les autres, Ford s’avère à ses yeux encore plus « hypocrite »  que ses concurrents General Motors ou Fiat Chrysler. Selon elle, le constructeur agit dans l’ombre pour obtenir la révision des normes « CAFE » (Corporate Average Fuel Economy) imposant aux groupes automobiles des normes de consommation maximales calculées sur l’ensemble de leur flotte.

Si l’administration Obama a certes fixé des contraintes aux constructeurs en vue de réduire les véhicules moins énergivores, Donald Trump semble prendre un malin plaisir à défaire tout ce que son prédécesseur a mis en place dans le domaine écologique. Certes, des normes ont été fixées pour la période 2022-2025, mais elles pourraient se voir assouplies par l’administration Trump …. voire même reportées au fur et à mesure, pour en final finir aux oubliettes ? A l’heure actuelle, elles prévoient des augmentations graduelles de l’autonomie des véhicules pour atteindre un objectif de 54,5 miles pour un gallon d’essence (4,32 litres aux cent kilomètres) en 2025.

Ford en faveur d’une norme de niveau national

Face à ces accusations, Ford répond que son objectif n’est pas de supprimer ces normes mais plutôt de les modifier. Il affirme vouloir avant tout obtenir l’établissement d’une norme au niveau national. Contrecarrant ainsi la politique de la Californie – Etat le plus peuplé des Etats-Unis – qui dispose à l’heure actuelle d’une dérogation pour imposer ses propres normes, encore plus strictes. Des exigences plus importantes sur lesquelles s’alignent néanmoins les constructeurs pour ne pas être pénalisés sur le marché californien. Au grand dam de Ford  …

Christin Barker, une porte-parole du constructeur a néanmoins tenu à souligner – publiquement – que Ford apportait son « soutien à des normes plus restrictives d’ici 2025 » et ne demandait pas « un retour en arrière ». Ajoutant que le groupe automobile était en faveur d’une seule norme mais souhaitait en parallèle « davantage de souplesse pour apporter des solutions plus économiques » à ses clients. Tout en réaffirmant la volonté du constructeur de réduire les émissions de CO2 comme prévu par l’accord de Paris sur le climat.

Une nouvelle gamme Ford pas écologiquement correcte

Cette vaste campagne menée contre Ford intervient après l’annonce faite fin avril par le constructeur d’une réorganisation de sa gamme en vue d’être au plus proche des desiderata des consommateurs américains.

D’ici 2020, environ 90 % de son portefeuille ne devrait être constitué que de pick-ups, de SUV, de crossovers et d’utilitaires. Or, ce type de véhicules est considéré comme plus polluant que les autres.
Ford a également décidé en parallèle de ne plus investir dans les voitures compactes en Amérique du nord (Etats-Unis, Canada et Mexique), en raison « du déclin de la demande et à cause de la rentabilité de ces produits ».

Sources : Ford, AFP, Public Citizen

Crédit Illustration : DC action Lab

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Ford accusé d’être de mèche avec Trump, contre l’écologie"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ART
Invité

Lol, l’agitprop écolo vs. La réalité de la consommation !

Et rien bien sûr de ces fameux écolos au hasard sur la sur mobilité avec les avions, la surconsommation de viande. Au hasard…

beniot9888
Invité

Vraiment ? Depuis quand « l’ecolo bobo déconnecté de la réalité, lol » ne s’intéresse qu’à l’automobile ? Peut-être que le problème vient plutôt de toi : si tu t’intéressais à d’autres sujets, tu verrais qu’ils y sont actifs aussi.

Lol.

ART
Invité

Disons que le niveau de communication selon les sujets est à géométrie très variable…

SGL
Invité
Remettons les ordres de grandeur dans la pollution, si vous le voulez bien ! Voiture VS Avion. Pour les NOx : la voiture est responsable de 32 % des émissions totales contre 1 % pour l’aviation. Pour les particules fines, la voiture est responsable de 22 % contre 0 % pour l’aviation. Pour le CO2 sur un trajet de 500 km, la voiture émet 170 kg de CO2 par passager contre 241 kg de CO2 pour l’avion. Au total le trafic routier, rien qu’en Europe, est à l’origine de 72 % des rejets de GES contre « seulement » 12,3… Lire la suite >>
SGL
Invité

Dans un sens Trump, sans le vouloir, fait des choses qui à terme vont finir par être positifs pour l’écologie.
Il provoque tellement de tension dans l’international, notamment avec l’Iran, qui provoque une flambé du brut a un niveau supérieur depuis 2014…
Le temps que cela répercute sur le prix a la pompe de l’Américain moyen, il devrait avoir rapidement, dés 2019, un changement conséquent des comportements sur la consommation des carburants.
Sale temps en prévision pour les « trucks » et les lourds SUV en Europe l’année prochaine !

greg
Invité

Les Prix vont redescendre car du coup cela va redynamiser l´industrie du Fracking aux USA qui souffrait des Cours trop bas…..

SGL
Invité

C’est effectivement possible !

klm
Invité

Mais public citizen ne maintient pas la pression sur vwag………….

beniot9888
Invité

Le groupe Volkswagen est déjà sous les deux de la rampe et n’a peut être plus besoin que public citizen leur mettre la pression ?

Francois
Invité
Je ne développe pas sur Greenpeace, tout le monde sait qu’il s’agit d’une vaste blague. Attardons-nous plutôt sur le Sierra Club, celui-ci affirme qu’une Ford Model T consomme en moyenne 9,4 l/100 km alors que pour l’ovale bleu, il est inutile d’espérer mieux que 11,3 l/100 km sur autoroute. Maintenant, admettons que le Sierra Club ait raison, cette conso correspond en gros à la moyenne américaine d’aujourd’hui, or la Model T, c’est une bagnole de 20 chevaux qui ne dépasse pas les 73 km/h et dont les équipements de sécurité sont au niveau 0. Bref, la crédibilité de cette association… Lire la suite >>
Fabi35
Invité

Whow ! c est sur que vu comme ça tout le monde est pourri ! mais surtout contre le pauvre ford du coup ! Vilaine ONG

Anonyme
Invité

oua, dis donc, en ce moment, Ford est sous les feux de la rampe, mais pas toujours pour de bonnes choses.

Pour le reste, un peu hors sujet, le coup de la surconsommation de viande, non, ART ?

wpDiscuz