Accueil Sport auto WTCR – Maroc 2018 : le « vieux » Tarquini vous salue bien

WTCR – Maroc 2018 : le « vieux » Tarquini vous salue bien

478
0
PARTAGER

La saison de la toute nouvelle FIA World Touring Car Cup (ou WTCR…) vient de débuter au Royaume du Maroc avec un doublé de Tarquini.

Le WTCR lançait sa saison sur le circuit Moulay El Hassan après la fin du WTCC. Dans ce nouveau championnat, né du TCR Series de l’an dernier, on rappellera que les constructeurs ne sont pas officiellement engagés mais qu’ils mettent à disposition d’écuries clientes leurs voitures. La liste officielle des inscrits dévoilée, place à la saison.

Principes généraux

Chaque weekend de course (il y en a 10 de prévus), 3 courses ont lieu, pour un total de 30 donc. La première qualification et la première course ont lieu le premier jour, la seconde qualification et les courses 2 et 3 ont lieu le second jour. A noter que la course 2 voit les 10 premiers de la qualification #2 inversés.

Côté points, la première course donne respectivement 27, 20, 17, 14, 12, 10, 8, 6, 4 et 2 points aux 10 premiers. La seconde qualification donne des points de bonus aux 5 premiers 5, 4, 3, 2 et 1. La course numéro 2 (ordre inversé) donne 25-18-15-12-10-8-6-4-2-1 aux 10 premiers. Enfin, la course 3 donne le plus de points, avec 30-23-19-16-13-10-7-4-2-1 toujours pour les 10 premiers.

Comme de « coutume » en super tourisme, une balance de performance (BOP) est décidée pour qu’une voiture ne domine pas (trop) les autres. De plus, un système de « lest de victoire » est mis en place. Le vainqueur d’une course se voit attribuer du poids supplémentaire par la suite. La BOP est par voiture, le lest, par pilote.

Course 1 : Tarquini pour l’histoire

L’histoire du sport auto retiendra que Gabriele Tarquini (56 ans) est le premier vainqueur de ce tout nouveau championnat WTCR. Pourtant, en qualification, c’est le champion du monde WTCC en titre (et dernier), Thed Björk qui signe la pole pour le Yvan Muller Racing. Plus rapide de la qualification (une seule session), il devance « Norbi » Michelisz 2nd, et Tarquini 3ème. Mais une pénalité vient entacher la performance du Hongrois. Il recule à la fin de la grille. En cause ? Son moteur qui a pris feu pendant les qualifications et alors qu’il était en tête de celles-ci. Il laisse Tarquini grimper en première ligne.

Jean Karl Vernay sur Audi prend la 3ème place, devant un « vieux de la vieille » Rob Huff sur Golf pour le Sébastien Loeb Racing. Suivent Filippi, Guerrieri, Shedden, Bennani et Muller 10ème.

Lors de la course, Tarquini prend un meilleur départ que Björk et passe en tête. Tête qu’il ne quittera pas de la course. Derrière, c’est un peu la cohue avec pas mal de touchettes. C’est le grand retour des bagarres de l’ancien WTCC. Vervisch reste sur le carreau et la course est arrêtée pour sortir l’Audi S3 de la piste. La course reprend, mais à peine pour un tour. La voiture de sécurité revient en piste, mais cette fois la course continue. Elle ira au bout.

Le circuit n’est pas propice aux dépassements et Tarquini à l’expérience pour bloquer un Björk que l’on sent plus rapide. Huff lui passe Jean-Karl Vernay. Au drapeau à damier, Tarquini devance Björk et Huff. Vernay est 4ème, suivi de Shedden, Guerrieri, Ehrlacher, Comte, Bennani et Filippi. Muller manque les points et est 11ème. A noter que Bennani était arrivé 5ème mais a pris une pénalité pour un contact un peu trop viril avec Guerrieri.

Classement de la course 1

Muller, Tarquini, Michelisz

Course 2 : Vernay retrouve la victoire

Ici, la qualification reprend le mode Q1, Q2, Q3 par élimination progressive des concurrents, une Q2 à 12, et une Q3 à 5, sur un seul tour. Il y a de « grands » noms qui sont éliminés dès la Q1, Panis, Szabo, Nagy, Berthon, mais aussi Coronel ou Guerrieri. En Q2, Pepe Oriola signe le 10ème chrono (sur 12) et donc la pole en course 2. Vernay est juste devant lui et sera en première ligne. Devant, la Q3 se jouera entre Tarquini, Mischelisz, Muller, Björk et Ehrlacher. 4 Hyundai i30 et une Honda Civic.

C’est Tarquini qui signe la pole (course 3 pour rappel) devant Muller, Michelisz, Björk et Ehrlacher. Là encore, tout se joue (ou presque) au départ pour le vainqueur. Vernay prend un meilleur départ que Oriola et prend la tête au premier virage.

Mais, comme en course 1, cela se « frotte » dans le peloton. Bennani profite d’une attaque de Thompson sur Oriola pour passer 2nd à la réaccélération. Muller se fait mettre en travers, ça frotte ! A mi-course, Szabo ouvre la porte pour laisser passer un concurrent mais la referme sur Morbidelli un peu trop pressé. Tête-à-queue pour la Cupra verte qui reste plantée là. La voiture de sécurité ressort. On l’aura bien vu l’Alfa Romeo Stelvio ce weekend.

Morbidelli abandonne peu après. Vervisch l’imite. Il faut dire qu’il faut faire les réparations éventuelles avant la 3ème course. Si les points ne sont pas en vue, autant abandonner. Le restart a lieu 2 tours après. Vernay ne se rate pas, pas plus que les poursuivants. Mais revoilà la voiture de sécurité en piste ! Lessennes plante sa Honda Civi du Boutsen Racing dans le mur. Tête-à-queue à la réaccélération et rectification du train avant.

La course reprend au 15ème tour (sur 20) et Vernay ne se rate pas, une nouvelle fois. Huff, Björk et Thompson se battent pour la 5ème place. Björk est le plus rapide, mais Huff sait défendre. Sauf que la VW Golf de Huff a un souci de frein depuis plusieurs tours et c’est le tout-droit dans l’échappatoire ! Björk et Thompson sont libérés, mais trop loin pour gratter une place de plus.

Vernay l’emporte devant Bennani et Oriola. Ehrlacher (neveu d’Yvan Muller) prend la 4ème place devant Björk, Thompson, Michelisz, Guerrieri, Muller et Coronel qui accroche le dernier point. Pour rappel, Vernay est le champion TCR Series en titre (et accessoirement champion Indy Lights 2010).

Classement de la course 2

Course 3 : Tarquini, bis repetita

Pour la course 3, on prend la grille décidée en Q1, Q2 et Q3. Tarquini est donc en pole et sauf boulette, il a de fortes chances de l’emporter. Mais, il a Muller à ses côtés et l’Alsacien n’est pas moins expérimenté. Tarquini s’élance parfaitement, Muller un peu moins. Il se rabat derrière l’Italien mais Michelisz tente de passer. Les voitures se touchent.

Michelisz perd des places, Björk tente l’extérieur à Muller qui resiste et reste devant…non Björk le passe et est 2nd. Entre les deux coéquipiers (dont l’un est patron…) pas de touchette. Norbi est passé derrière Ehrlacher sur Honda et est sous la pression du local de l’étape, Bennani sur sa Golf du SLR. La manoeuvre de Muller sera jugée limite et à ne pas reproduire sous peine de pénalité.

Scène insolite, un parasol traîne sur la piste après s’être envolé. Mais il sera évacué rapidement sans voiture de sécurité. A l’arrière, on se bagarre et Coronel doit couper la chicane, poussé à la faute par Giovanardi. Ce dernier partira à la faute un peu plus tard sur des soucis de freins visiblement. Shedden fait un tout droit sur une attaque « kawabunga ». Vive les échappatoires.

Tarquini et Björk s’échappent un peu justement. Décidément les freins sont justes sur cette piste. Vervisch fait un tout droit en manquant d’embarquer Oriola avec lui. Abandon de l’Audi, le deuxième pour Vervisch avec des soucis de freins. La voiture de sécurité ressort pour évacuer l’Audi. Un tour est ajouté à la course et la voiture de sécurité s’efface au tour 11/23.

Aucun changement devant. Michelisz indique avoir des soucis de transmission mais pour le moment la Hyundai tient le coup. Au tour 14, Filippi ressort mieux que Guerrieri, mais ce dernier a théoriquement l’avantage de la corde. Filippi ne cède pas et la Honda évite le mur on ne sait comment. On se bat ici pour le dernier point. Cela se chicane partout sur le circuit. Coronel attaque le Slovaque Homola sur Peugeot 308 et le passe à l’intérieur. Berthon en profite. Sauf que Homola le balance en travers de la piste. Pas fairplay du tout. Berthon aurait sans doute pu s’écarter mais Homola semble franchement le pousser.

Voiture de sécurité ! Le charme des circuits urbains. Début du 18ème tour, le Stelvio s’écarte et on repart pour 5 tours. Muller se retrouve de suite sous la pression du neveu. Bataille pour le podium ici. Mais, d’un coup, Björk se retrouve lâché par Tarquini ! En fait non, c’est Muller qui est 2nd. Björk est pressé par Ehrlacher. Visiblement la Hyundai de Björk a eu un gros coup de chaud électronique, mais est repartie.

Là on ne voit pas ce qui peut empêcher Tarquini de signer sa deuxième victoire du weekend. Et en effet. Victoire de Tarquini devant Muller et Björk. Ehrlacher prend la 4ème place devant Michelisz, Bennani, Huff, Thompson, Vernay et Oriola.

Classement de la course 3

Classements généraux

Evidemment, Tarquini prend le commandement avec sa victoire à 27 points, celle à 30 et les 5 points de la pole. Il devance Björk de 11 points et Vernay de 21. Ehrlacher a vécu un bon weekend et est 4ème devant Bennani et « tonton » Muller. Le classement est fermé par le sympathique Tom Coronel avec un petit point.

Pos. Num. Pilote Ecurie Marque Total
1 30 Gabriele Tarquini BRC Racing Team HYUNDAI 62
2 11 Thed Björk MRacing – YMR HYUNDAI 51
3 69 Jean-Karl Vernay Audi Sport Leopard Lukoil Team AUDI 41
4 68 Yann Ehrlacher ALL-INKL.COM Münnich Motorsport HONDA 37
5 25 Mehdi Bennani Sébastien Loeb Racing VOLKSWAGEN 32
6 48 Yvan Muller MRacing – YMR HYUNDAI 29
7 12 Rob Huff Sébastien Loeb Racing VOLKSWAGEN 24
8 5 Norbert Michelisz BRC Racing Team HYUNDAI 22
9 74 Pepe Oriola Campos Racing CUPRA 16
10 86 Esteban Guerrieri ALL-INKL.COM Münnich Motorsport HONDA 14
11 15 James Thompson ALL-INKL.COM Münnich Motorsport HONDA 12
12 52 Gordon Shedden Audi Sport Leopard Lukoil Team AUDI 12
13 7 Aurélien Comte DG Sport Competition PEUGEOT 6
14 27 John Filippi Campos Racing CUPRA 2
15 9 Tom Coronel Boutsen Ginion Racing HONDA 1

Au classement par écurie, le BRC de Tarquini et Michelisz est de 4 points devant l’YMR de Muller. Le Sébastien Loeb Racing avec Bennani et Huff est à égalité de points (56) avec le Audi Sport Leopard Lukoil grâce à Vernay.

Pos. Num. Ecurie Marque Total
1 30 BRC Racing Team HYUNDAI 86
2 11 MRacing – YMR HYUNDAI 82
3 12 Sébastien Loeb Racing VOLKSWAGEN 56
4 69 Audi Sport Leopard Lukoil Team AUDI 56
5 86 ALL-INKL.COM Münnich Motorsport HONDA 53
6 27 Campos Racing CUPRA 20
7 7 DG Sport Competition PEUGEOT 6
8 9 Boutsen Ginion Racing HONDA 2

Prochain weekend, dans 3 semaines, les 28/29 avril prochains sur les terres de Michelisz, en Hongrie. Est-ce que les Hyundai resteront dominatrices comme elles l’ont été ce weekend à Marrakech ? A voir.

Illustration : Hyundai, WTCR

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz