Accueil Super GT Super GT 2018-1 : Doublé Honda en ouverture à Okayama

Super GT 2018-1 : Doublé Honda en ouverture à Okayama

518
2
PARTAGER
Super GT Okayama 2018

Honda commence bien la saison de Super GT en signant un doublé après une course haletante. Les vainqueurs sont Tsukakoshi et Kogure, qui décrochent sur la NSX GT no17 du team Keihin Real Racing une victoire longuement attendue, devant Yamamoto et Jenson Button sur la no100 aux couleurs Raybrig, et la Lexus no1 de Ryo Hirakawa et Nick Cassidy, auteur d’une course remarquable.

Echos

Et l’on reparle de la collaboration Super GT x DTM. Dans sa conférence de presse d’avant-course, Bandoh-san, le patron de la GT Association, a esquissé les plans de ce qui se prépare entre les deux séries. L’objectif est d’arriver à un championnat du monde, et la convergence réglementaire en est la clé. Malgré tout, si l’essentiel est acté, quelques divergences mineures sur l’aéro et le développement moteur persistent. En gros, le Super GT veut conserver une marge de développement alors que le DTM veut figer les choses annuellement.

Cela pourrait être résolu par des doubles spécifications pour les voitures japonaises, légèrement différentes entre le Super GT et les courses communes. Ces courses communes, Bandoh-san en voit deux en 2019, en début et en fin de saison. Les circuits candidats sont Hockenheim pour l’Allemagne, et Fuji ou Suzuka pour le Japon. Ces deux courses seraient des exhibitions, sans enjeu véritable, contrairement à 2020 où une course commune servirait à décerner un titre. L’expérience montre qu’il faut mettre pas mal de guillemets à tout ça, d’autant que les rumeurs de passage au réglement GTE persistent côté allemand. La clé est sans doute la participation d’un constructeur japonais au DTM, ce qui n’est pas encore fait.

Bandoh-san n’a pas échappé à la question sur les grid girls bannies de la F1, sachant que les race queens sont très présentes en Super GT. Le président de la GT Association a botté en touche, soulignant que les race queens ne dépendent pas de l’organisateur mais sont employées à l’année par les teams et que c’est un rôle très convoité. Pas de changement au programme donc, mais la question ne va pas disparaître aussi simplement.

Qualifications

GT500

La météo était peu agréable samedi, avec une température bien en dessous des dix degrés et une pluie intermittente. Les GT500 y ont échappé en Q1 où les Nissan et les Honda se sont montrées les plus performantes, empêchant quatre des six Lexus LC500 dont les champions en titre de monter en Q2. L’équilibre des forces est bien différent de la saison dernière.

En Q2, sur une piste humide, le rythme était donné par les Honda, Izawa sur la no8 et Tsukakoshi sur la no17 s’échangeant les meilleurs temps devant Motoyama sur la GT-R no3. La GT-R Nismo no23, victime de problèmes d’alimentation, ne pouvait réaliser de tour compétitif.

Super GT Okayama 2018

A la toute fin de séance, Tsukakoshi prenait l’avantage et décrochait la pole devant Izawa, offrant une première ligne à Honda devant Motoyama et Oshima sur la première Lexus, la no6. Pour sa première qualification, Jenson Button réalisait un honnête cinquième temps sur la NSX no100.

GT300

Les résultats de la Q1 étaient sans grosse surprise avec le meilleur temps pour Sho Tsuboi sur la Toyota 86 MC no25, le seul point important à noter étant l’élimination pour la Q2 des champions en titre Goodsmile Racing. Le nombre de voitures important et la température hivernale ont rendu le fait de trouver un bon tour assez hasardeux.

Super GT Okayama 2018

La pluie s’invitait pour la Q2, et les résultats s’en trouvaient chamboulés. Marco Mapelli, le pilote Lamborghini Squadra Corse placé dans la Huracan Manepa no88, surprenait son monde en décrochant la pole devant devant l’Audi Hitotsuyama no21 et la Nissan GT-R Gainer no11.

Course

GT500

Malgré des craintes sur la météo, le ciel se dégageait au-dessus du circuit juste avant le warmup, promettant une course entière sur le sec. Après la première exécution de la nouvelle procédure de départ, où les voitures stoppent sous la direction du safety car après le tour de parade et avant d’entamer le tour de formation, le peloton s’élançait sans difficulté au feu vert et la première surprise survenait avec la présence au premier virage juste derrière Kogure sur la NSX en pole, de la Nissan GT-R Nismo de Ronnie Quintarelli, parti de la quatrième ligne, et de JP Oliveira sur la GT-R Kondo juste derrière lui ! Le départ un peu trop canon des deux Nissan n’échappait pas à la direction de course qui sanctionnait les deux pilotes un peu plus tard d’un drive through.

Super GT Okayama 2018

En attendant, les deux GT-R suivaient le rythme de Kogure et Quintarelli faisait même mine d’attaquer la NSX à la faveur du trafic, avant que le pilote Real Racing ne se mette hors d’atteinte progressivement. Jenson Button pendant ce temps, après un départ prudent le voyant passer de la cinquième à la huitième position, ne semblait pas faire de vagues, mais la stratégie du team Raybrig n’apparaissait alors pas encore aux observateurs. Par contre, tout le monde notait la fantastique performance de Nick Cassidy, parti de la neuvième position, et qui remontait à toute allure sur la LC500 no1.

Super GT Okayama 2018

Le jeune Néo-zélandais se retrouvait bientôt en quatrième position derrière Rosenqvist après qu’Oliveira ait effectué son drive through, et passait le Suédois pour se retrouver finalement dans les roues de Kogure suite au passage dans les stands de Quintarelli qui repartait avant-dernier. Cassidy, irrésistible, passait même la NSX pour se retrouver en tête avant le début de la séquence des ravitaillements.

Super GT Okayama 2018

A l’issue de ceux-ci, la NSX Real Racing, maintenant aux mains de Tsukakoshi, devançait… la NSX Raybrig, qui avait effectué un arrêt ultra-rapide en ne changeant pas de pneus, savamment ménagés par Button lors de son relais. La LC500 Wako’s était repassée en troisième position devant Hirakawa prenant la suite de Cassidy sur la Lexus Keeper TOM’s no1. Hirakawa reprenait finalement la troisième position à Oshima sur la LC500 no6, alors que derrière l’homme de la situation était Matsuda sur la GT-R Nismo, qui avec un rythme aussi élevé que Quintarelli lors de son relais ramenait la voiture du fond du classement où elle était tombée après sa pénaiité vers le haut du tableau.

Super GT Okayama 2018

Tsukakoshi sur la voiture de tête contrôlait le retour de Yamamoto, très à l’aise malgré ses pneus usagés, mais, alors qu’il restait deux tours à couvrir, la malchance frappait à nouveau la NSX Keihin, sous la forme d’une lame de diffuseur échappée de la NSX GT3 no777 et qui venait se planter comme une lance dans l’avant de la voiture de tête! Heureusement pour le leader, les dommages étaient limités et Tsukakoshi pouvait conserver quelques longueurs d’avance sous le drapeau à damier devant Yamamoto et Hirakawa qui complétait le podium. La première GT-R, celle de Matsuda, était cinquième et devançait celles de Takaboshi et Chiyo.

Super GT Okayama 2018

Le Real Racing attendait cette victoire depuis la dernière en 2013 et l’équipe de Katsutomo Kaneishi, passé bien près à maintes reprises depuis, mérite amplement ce succès. Jenson Button accède au podium pour la première course de sa première saison entière, une belle entrée en matière. Le pilote britannique avait l’élégance après la course de mettre en avant la performance de son coéquipier Naoki Yamamoto, qui a fait un second relais excellent, mais Button grâce à une habile gestion des pneus a largement fait sa part pour construire la seconde place de son équipe.

L’homme de la course reste cependant Nick Cassidy. Le jeune pilote néo-zélandais a fait honneur à son titre en remontant de la neuvième position jusqu’à la tête de l’épreuve dans une charge fantastique, pour que la Lexus Keeper TOM’S termine troisième bien que devancée en performance par les Honda et les Nissan. Ces dernières auraient pu faire un bien meilleur résultat sans les pénalités pour départ anticipé pas si évident et arriveront à Fuji avec confiance.

GT300

Après un départ sage qui voyait Mapelli conserver le commandement, les poursuivants de la Lamborghini faisaient rapidement monter la pression. Yasuda sur la GT-R Gainer prenait le commandement du groupe des poursuivants devant Tsuboi sur la Toyota 86 MC no25 et Richard Lyons sur l’Audi no21.

Après une poignée de tours en tête, Mapelli ne pouvait pas conserver le rythme et se faisait passer successivement par ses concurrents. Yasuda abandonnait à son tour le commandement à Lyons qui continuait la bagarre avec Tsuboi. Le plus gros incident de l’épreuve survenait entre deux GT300, quand Michigami sur la NSX GT3 no34 s’écrasait sur l’arrière de la GT-R Runup no360 de Shibata, qui se trouvait propulsé dans le mur en bord de piste. La GT-R souffrait de gros dégats à l’avant et son pilote était évacué. Souffrant d’une fracture à la cage thoracique, il en aura pour une bonne semaine d’hôpital mais devrait être sur pied pour la prochaine manche à Fuji.

Super GT Okayama 2018

L’indécision continuait en tête du GT300 avec deux nouveaux candidats dans le groupe de tête, Saga sur la Prius no31 et Nakayama sur la Toyota 86 MC Up Garage. Saga attaquait Lyons sur l’Audi de tête qui défendait comme un beau diable, et les deux voitures se touchaient dans une mêlée implicant également l’autre Prius GT. Les dégâts finissaient un peu plus tard par éliminer les deux autos, laissant à l’issue des ravitaillements les deux Toyota 86 MC no25 et no18 en bagarre pour la première place devant l’AMG-GT Leon no65 de Gamou et la Porsche D-Station no7 de Muller.

Super GT Okayama 2018

A l’issue d’un beau duel, Takashi Kobayashi sur la 86 MC Upgarage prenait finalement le commandement devant Matsui sur la no25  et passait la ligne en tête alors que Sven Muller, auteur d’une très belle course sur la Porsche no7, décrochait à l’arraché la seconde position devant Matsui en toute fin d’épreuve.

Super GT Okayama 2018

Cette première épreuve confirme que les trois constructeurs en GT500 abordent la saison très proches les uns des autres en performance, ce qui promet un championnat disputé. C’est vrai également en GT300 où le mix entre Mother Chassis, GT3 et JAF-GT a été constant. Rendez-vous à Fuji pour les 500 km de la Golden Week, la course ayant lieu cette année vendredi 4 mai.

Crédit photos : GT Association, Lamborghini, Honda, Nissan

Classement

Okayama GT 300 km race, 8 avril 2018

GT500

Po No Machine Driver Laps Best Lap Diff.(km/h) Tire WH
1 17 KEIHIN NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Koudai Tsukakoshi
Takashi Kogure
82 1’19.710 1:55’14.381 BS
2 100 RAYBRIG NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Naoki Yamamoto
Jenson Button
82 1’21.071 1.610 BS
3 1 KeePer TOM’S LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Ryo Hirakawa
Nick Cassidy
82 1’21.071 5.582 BS
4 6 WAKO’S 4CR LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Kazuya Oshima
Felix Rosenqvist
82 1’20.684 5.759 BS
5 23 MOTUL AUTECH GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
82 1’20.515 36.990 MI
6 24 Forum Engineering ADVAN GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Joao Paulo de Oliveira
Mitsunori Takaboshi
82 1’20.652 48.375 YH
7 3 CRAFTSPORTS MOTUL GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Satoshi Motoyama
Katsumasa Chiyo
82 1’21.002 59.362 MI
8 38 ZENT CERUMO LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
82 1’20.930 1’00.357 BS
9 19 WedsSport ADVAN LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Yuji Kunimoto
Kenta Yamashita
82 1’20.409 1’05.532 YH
10 16 MOTUL MUGEN NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Hideki Mutoh
Daisuke Nakajima
82 1’21.714 1’06.532 YH
11 8 ARTA NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Tomoki Nojiri
Takuya Izawa
82 1’20.938 1’07.199 BS
12 39 DENSO KOBELCO SARD LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Heikki Kovalainen
Kamui Kobayashi
82 1’21.657 1’10.110 BS
13 36 au TOM’S LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Kazuki Nakajima
Yuhi Sekiguchi
82 1’21.618 1’11.410 BS
14 12 CALSONIC IMPUL GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Daiki Sasaki
Jann Mardenborough
82 1’21.435 1’11.838 BS
15 64 Epson Modulo NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Bertrand Baguette
Kosuke Matsuura
81 1’21.401 1 Lap DL

GT300

Po No Machine Driver Laps Best Lap Diff.(km/h) Tire WH
1 18 UPGARAGE 86 MC
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Yuhki Nakayama
Takashi Kobayashi
77 1’27.618 1:56’23.935 YH
2 7 D’station Porsche
PORSCHE 911 GT3 R / MA185
Tomonobu Fujii
Sven Muller
77 1’27.849 01/05/76 YH
3 25 HOPPY 86 MC
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Takamitsu Matsui
Sho Tsuboi
77 1’27.632 01/10/83 YH
4 65 LEON CVSTOS AMG
Mercedes AMG GT3 / M159
Haruki Kurosawa
Naoya Gamou
77 1’27.620 01/10/71 BS
5 11 GAINER TANAX GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Katsuyuki Hiranaka
Hironobu Yasuda
76 1’27.979 1 Lap DL
6 55 ARTA BMW M6 GT3
BMW M6 GT3 / P63
Shinichi Takagi
Sean Walkinshaw
76 1’27.752 1 Lap BS
7 88 MANEPA LAMBORGHINI GT3
Lamborghini HURACAN GT3 / DFJ
Kazuki Hiramine
Marco Mapelli
76 1’27.529 1 Lap YH
8 0 GOODSMILE HATSUNE MIKU AMG
Mercedes AMG GT3 / M159
Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
76 1’28.021 1 Lap YH
9 26 TAISAN R8 FUKUSHIMA
Audi R8 LMS / DAR
Shinnosuke Yamada
Shintaro Kawabata
76 1’28.057 1 Lap YH
10 50 EXE AMG GT3
Mercedes AMG GT3 / M159
Masaki Kano
Hideto Yasuoka
76 1’28.388 1 Lap YH
11 52 SAITAMA TOYOPET GreenBrave MARK X MC
TOYOTA MARK X MC / GTA V8
Taku Bamba
Shigekazu Wakisaka
76 1’28.681 1 Lap YH
12 87 LEGAL FRONTIER LAMBORGHINI GT3
Lamborghini HURACAN GT3 / DFJ
Kimiya Sato
Yuya Motojima
76 1’28.480 1 Lap YH
13 10 GAINER TANAX triple a GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Kazuki Hoshino
Hiroki Yoshida
76 1’28.415 1 Lap YH
14 96 K-tunes RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
Morio Nitta
Yuichi Nakayama
76 1’27.896 1 Lap BS
15 777 CARGUY ADA NSX GT3
Honda NSX GT3 / JNC1
Naoki Yokomizo
Takeshi Kimura
76 1’28.328 1 Lap YH
16 9 GULF NAC PORSCHE 911
PORSCHE 911 GT3 R / MA185
Rintaro Kubo
Keishi Ishikawa
76 1’28.388 1 Lap YH
17 60 SYNTIUM LMcorsa RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
Hiroki Yoshimoto
Ritomo Miyata
75 1’29.038 2 Laps YH
18 61 SUBARU BRZ R&D SPORT
SUBARU BRZ GT300 / EJ20
Takuto Iguchi
Hideki Yamauchi
75 1’27.609 2 Laps DL
19 22 R’Qs AMG GT3
Mercedes AMG GT3 / M159
Hisashi Wada
Masaki Jyonai
75 1’29.345 2 Laps YH
20 30 TOYOTA PRIUS apr GT
TOYOTA PRIUS / RV8K
Hiroaki Nagai
Kota Sasaki
75 1’28.530 2 Laps YH
21 117 EIcars BENTLEY
BENTLEY CONTINENTAL GT3 / CND
Yuji Ide
Ryohei Sakaguchi
74 1’28.122 3 Laps YH
22 48 shokumou.jp GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Masaki Tanaka
Taiyou Iida
74 1’29.544 3 Laps YH
23 2 SYNTIUM Apple LOTUS
LOTUS EVORA MC / GTA V8
Kazuho Takahashi
Hiroki Katoh
74 1’27.795 3 Laps YH
24 35 arto RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
N.Charoensukhawatana
N.Hortongkum
74 1’29.223 3 Laps YH
21 Hitotsuyama Audi R8 LMS
Audi R8 LMS / DAR
Richard Lyons
Ryuichiro Tomita
42 1’27.771 35 Laps DL
5 MACH SYAKEN MC86 Y’s distraction
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Natsu Sakaguchi
Yuya Hiraki
41 1’27.399 36 Laps YH
31 TOYOTA PRIUS apr GT
TOYOTA PRIUS / RV8K
Koki Saga
Kohei Hirate
30 1’27.561 47 Laps BS
34 Modulo KENWOOD NSX GT3
Honda NSX GT3 / JNC1
Ryo Michigami
Hiroki Otsu
18 1’28.437 59 Laps YH
360 RUNUP RIVAUX GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Yusaku Shibata
Takayuki Aoki
17 1’28.476 60 Laps YH

Championnat

GT500

Po No Driver Rd1 Rd2 Rd3 Rd4 Rd5 Rd6 Rd7 Rd8 Total Behind WH
1 17 Koudai Tsukakoshi
Takashi Kogure
21 21 42
2 100 Naoki Yamamoto
Jenson Button
15 15 -6 30
3 1 Ryo Hirakawa
Nick Cassidy
11 11 -10 22
4 6 Kazuya Oshima
Felix Rosenqvist
8 8 -13 16
5 23 Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
6 6 -15 12
6 24 Joao Paulo de Oliveira
Mitsunori Takaboshi
5 5 -16 10
7 3 Satoshi Motoyama
Katsumasa Chiyo
4 4 -17 8
8 38 Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
3 3 -18 6
9 19 Yuji Kunimoto
Kenta Yamashita
2 2 -19 4
10 16 Hideki Mutoh
Daisuke Nakajima
1 1 -20 2

GT300

Po No Driver Rd1 Rd2 Rd3 Rd4 Rd5 Rd6 Rd7 Rd8 Total Behind WH
1 18 Yuhki Nakayama
Takashi Kobayashi
20 20 40
2 7 Tomonobu Fujii
Sven Muller
15 15 -5 30
3 25 Takamitsu Matsui
Sho Tsuboi
11 11 -9 22
4 65 Haruki Kurosawa
Naoya Gamou
8 8 -12 16
5 11 Katsuyuki Hiranaka
Hironobu Yasuda
6 6 -14 12
6 55 Shinichi Takagi
Sean Walkinshaw
5 5 -15 10
7 88 Kazuki Hiramine
Marco Mapelli
5 5 -15 10
8 0 Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
3 3 -17 6
9 26 Shinnosuke Yamada
Shintaro Kawabata
2 2 -18 4
10 50 Masaki Kano
Hideto Yasuoka
1 1 -19 2

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Super GT 2018-1 : Doublé Honda en ouverture à Okayama"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
LonelyPanda
Invité
Merci ! Je n’avais pas remarqué que la Raybrig n’avait pas changé ses pneus, ça explique leur remontée. Dommage qu’il n’y ait pas eu plus de suspens entre les deux Honda pour la victoire, ça ressemblait à des consignes d’usine. Etant donne que le dernier doublé de Honda date de 2013 sur ce même circuit en ouverture de saison, on ne va pas les blâmer. Même si j’ai trouve ça ennuyant: dépassements au stands, consignes d’équipe en fin de course, c’est le monde de la F1 ça ! C’est incroyable de voir les Lexus si loin, elles qui écrasaient la… Lire la suite >>
wpDiscuz