Accueil PSA PSA : cheval de Troie électrique chinois grâce au CO2 ?

PSA : cheval de Troie électrique chinois grâce au CO2 ?

2556
34
PARTAGER
PSA électrique

Quand Carlos Tavares utilise le péril jaune pour tenter de diminuer l’ampleur des contraintes écologiques pesant sur les constructeurs de l’Union européenne.

Selon le président du groupe PSA, les amendes qui seront infligées par l’Union européenne aux constructeurs qui n’atteindront pas leurs objectifs de réduction des émissions de CO2 pourraient affaiblir financièrement un grand constructeur européen, pouvant même conduire à le mettre « sur les genoux ». Une fragilité qui pourrait être exploitée par un acquéreur chinois. Celui-ci pourrait profiter de l’aubaine – la valeur boursière dudit constructeur devenant alors alléchante – pour pouvoir s’introduire au sein d’un groupe automobile européen avec sa propre technologie de véhicules électriques.

« L’impact est tout à fait évident. Cela va créer un cheval de Troie chinois en Europe », a averti Carlos Tavares. Rappelons à cet égard que PSA est lui-même détenu à 12,2% par le chinois Dongfeng Motor.

Carlos Tavares pointe le manque d’anticipation des décideurs

Des propos énoncés tant comme patron de PSA que comme président de l’ACEA, groupe de pression de l’industrie automobile européenne, lors d’un événement organisé par le magazine automobile français Le Journal de l’Auto.

Car Carlos Tavares ne mâche pas ses mots, pointant du doigt les décideurs politiques, leur reprochant de ne pas avoir anticipé l’impact négatif qui pourrait être induit par les objectifs de l’UE en matière de CO2 à l’horizon 2020. De là à leur imputer une responsabilité si une telle situation se produisait d’ici quelques mois …. il n’y a qu’un pas. Reste effectivement que le patron de PSA a raison de s’alarmer, la pratique du « Cheval de Troie » étant très usitée quoiqu’on en dise …. avec pour net avantage d’être plus discrète … et donc plus insidieuse. A noter également, que le vaillant chevalier chinois pourrait même être vu comme un sauveur dans le cas d’une éventuelle reprise ou association financière avec un constructeur en difficultés.

Quand les lois anti-trust de l’UE …. favorisent la Chine

Ces commentaires pour le moins francs – note même Automotive News – s’expriment dans un contexte de tensions commerciales croissantes entre la Chine et les États-Unis et de préoccupations plus générales face au protectionnisme croissant dans le monde entier.

Ils soulignent également les inquiétudes concernant l’influence étrangère sur constructeurs, emplois et technologie en Europe. Lesquelles ont fortement augmenté depuis que le chinois Geely a raflé 10 % de l’allemand Daimler en février dernier.

« Si un constructeur automobile européen ratait ses objectifs (CO2) et était mis à genoux par des amendes, il ne pourrait pas être acquis par un autre grand constructeur européen uniquement en raison des règles antitrust », a tenu à rappeler Tavares, sans toutefois cibler l’un ou l’autre des groupes automobiles européens.

Un contexte juridique qui offrirait l’opportunité à un investisseur étranger d’introduire le type de technologie « imposée par les autorités européennes, ce qui signifie des véhicules électriques », a poursuivi le patron de PSA. Ajoutant, en guise de démonstration  : « et qui est le leader de l’électrification ? Ce sont les Chinois ».

PSA affirme être en bonne voie d’atteindre les objectifs CO2

Rappelons que PSA a accéléré le développement de nouveaux véhicules chez Opel et Vauxhall après avoir découvert – suite à l’acquisition de General Motors l’année dernière – ce que Tavares décrit comme « des problèmes cachés d’émissions de CO2 ».

Grâce à cet investissement supplémentaire, le groupe maintient qu’il est désormais en bonne voie d’atteindre les objectifs de CO2 de 95 grammes par kilomètre de 2020 à 2021. Le non respect de ces nouvelles contraintes est assorti de potentielles amendes de centaines de millions d’euros pour non-conformité. La moyenne actuelle pour les véhicules neuves imposée par l’UE est de 130 g / km.

Carlos Tavares a demandé que les sanctions de l’UE soient suspendues jusqu’à ce que les gouvernements lancent des réseaux de recharge de voitures électriques adéquats, déclarant le mois dernier qu’il prévoyait de soulever la proposition lors d’une réunion de l’ACEA basée à Bruxelles le 7 mars. Néanmoins, une porte-parole de ce groupe de pression a indiqué qu’aucune approche de la Commission européenne n’a avait eu lieu à cette occasion pour rouvrir toute discussion sur les objectifs de 2020.

A noter enfin, que PSA et d’autres constructeurs européens sont confrontés à la baisse des ventes de modèles diesel, économes en carburant, rendant plus difficile l’atteinte des objectifs de CO2 …. et accentuant la menace d’avoir à payer de lourdes amendes.

Poster un Commentaire

34 Commentaires sur "PSA : cheval de Troie électrique chinois grâce au CO2 ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Pas con ce Tavares…

Rickyspanish
Invité

Je trouve effectivement qu’il pose les bonnes questions en matière d’enjeux globaux du marché automobile ou par exemple sur l’électrique (article sur le site je crois il y a qq jours). Il est très lucide sur la réalité des problématiques et il semble être le seul dirigeant à les exprimer.
Força Portugal !

Lolo
Invité
Ouai bof … la menace existe sans doute mais c’est surtout de la mauvaise foi pour masquer leurs retards (aux constructeurs européens) et gagner du temps, et pour cause il ne faut pas avoir la mémoire courte et se rappeler que ce sont ces mêmes constructeurs qui ont fait du lobbying intense pendant des décennies auprès de Bruxelles pour le tout diesel et le la prise en compte du CO2 comme valeurs étalon de la pollution (et surtout pas les NOx ni les particules fines), tout ceci leur permettant de se gaver parfois au détriment de l’intérêt générale –> ce… Lire la suite >>
ArnaudL
Invité

@Lolo
Retard sur quoi ou en quoi ?
N’est-ce pas plutôt les utilisateurs des VP qui sont en retard ? Une voiture de 1,5 t pour transporter 2 personnes c’est aberrant.

Lolo
Invité

@ArnaudL En retard sur l’électrification des véhicules et la réduction des émissions polluantes, puisque c’est le sujet de l’article et l’argument de Carlos Tavares.
Concernant les particuliers je te rejoins il y a peu de consommateurs (puisque le citoyen est en voie de disparition) qui agissent avec perspicacité, bon sens et morale.

elisabeth
Invité

n’est il pas ?!!

versdemain
Invité
Un petit grain de sel (de lithium) ? Toyota -> batteries du japon Sanyo et Panasonic https://pushevs.com/2017/12/18/toyota-panasonic-together-improve-prismatic-battery-cells/ Renault -> batteries de Corée avec LG qui vient e construire une usine en Pologne pour les Européens https://pushevs.com/2018/03/12/lg-chem-to-triple-ev-battery-production-in-poland/ LG qui aime les constructeurs Europeen https://pushevs.com/2017/11/11/lg-chem-prepares-produce-ncm-811-battery-cells/ Constructeurs Allemand qui aime aussi les batteries Samsung en Hongrie https://pushevs.com/2017/05/31/samsung-sdi-completes-ev-battery-plant-construction-hungary/ Mais SK le Coreen (encore) arrive aussi en Hongrie https://pushevs.com/2018/03/10/sk-innovation-held-a-groundbreaking-ceremony-for-its-ev-battery-plant-in-hungary/ Le japonais GS-Yuasa ne voulant pas être en retard, va pour la Hongrie https://pushevs.com/2018/01/30/gs-yuasa-will-open-battery-plant-hungary/ Ha oui le plus gros Chinois CATL fait du gros volume et équipe les voitures allemande vendue en chine, mais pour Europe… Lire la suite >>
versdemain
Invité

Tiens il semble que mon long commentaire ai été censuré ?
Dommage j’avais quand même pris 1/2 heures à chercher les liens qui le compose.

versdemain
Invité

Merci pour la publication de mon com. C’est rare que je cherche autant de lien.
En fait je me suis rendu compte que la Hongrie+Pologne deviennent eldorado de la batterie, et que les Coréens deviennent de gros producteurs « Européen » de la batterie de demain (pour l’instant)

ArnaudL
Invité

Super la Pologne avec son électricité ultra carbonée pour produire des batteries !

SGL
Invité

La solution européenne (elle ne peut qu’être Européenne)
On ferme les frontières pour les batteries hors d’Europe, ou on les taxe à 100 %, et on créait enfin l’Airbus de la batterie.
Et on négocie au cas par cas avec la Chine et les USA et le reste du monde d’une seule voix et dans l’intérêt commun Européen.

KifKif
Invité

Bon courage pour acheter aux chinois les métaux rares nécessaires pour l’électrification si on Boycotte leurs produits 🙂

le lorrain
Invité
en l’occurrence, ces métaux ne sont pas en Chine mais en Rep Dem du Congo pour le Cobalt, Argentine, Bolivie ou Australie pour le lithium et Australie, Chine, US… ou un peu partout pour les terres rares. Par contre la Chine a fait une véritable OPA sur le cobalt et les constructeurs européens vont se réveiller sans matière, sans industrie pour les batteries et tout cela viendra de Chine. Il est impératif que les dirigeant européens s’enlève la merde des yeux et en finissent avec leur libre échange qu’ils sont les seuls à respecter quand les autres se protègent pour… Lire la suite >>
KifKif
Invité

Bonjour Luxembourgeois, cher « Lorrain »… Pour le « Coltan » effectivement tu as raison mais je faisais référence à l’électrification, et, de mémoire, les métaux rares nécessaires aux MOTEURS viennent de chine 🙂

le lorrain
Invité

Je suis les deux : lux et lorrain!
Pour les terres rares, j’avais bien compris, notamment pour le néodyme. Il est exact que la Chine produit à l’heure actuelle près de 90% de la prod mondiale mais le blocus fait en 2012 a laissé des traces et depuis des projet sont en cours ou sont en train de produire en Australie et en Afrique. Par contre aux US, Molycorp a fait faillite.

KifKif
Invité

« quand les autres se protègent pour nous bouffer ensuite. »
Le protectionisme unilatéral déstabilise la balance commerciale, et ce sont les excédents de cette balance qui donne l’épargne qui permet de s’acheter les boites à l’étranger. Au sein de l’Europe, l’Allemagne avec son gigantesque excédant et sans protectionisme a également la capacité de s’offrir notre industrie.

SGL
Invité

L’Allemagne a vendu via les JV de Chine le savoir faire sur leurs éoliennes, PV, et leurs TGV… etc.
Les Chinois n’ont plus besoin des Allemands… Du moins, de moins en moins.
… Fallait réfléchir avant.
D’ailleurs, Airbus a pris d’emblée des précautions pour limiter au maximum la rétro-ingénierie dans l’usine chinoise… Enfin, ils ont compris !

lym
Invité
Ce qui n’a pas empêché une copie de l’A320 en cours… Il faut dire qu’un modèle vendu il y a une dizaine d’années n’était jamais apparu sur aucun aéroport ni jamais eu besoin d’entretien/pièces. De mauvaise langues pensant à un désossage complet pour rétro-ingénierie… avant cette usine, qui a sans doute néanmoins permis de peaufiner la maîtrise des process de production. Airbus avait fait, pour gagner un marché, ce que Boeing n’avait alors pas voulu faire. Taquin, les chinois avaient aussi fait une grosse commande peu après qu’Airbus ait baissé son froc… pour Boeing! Pourtant, s’il y a bien un… Lire la suite >>
SGL
Invité

En réalité très peu de choses sont de conception 100% chinoise pour le C919 de Comac.
C’est un produit des coentreprises occidentales principalement.
Les A320 CEO fabriqués en Chine ne sont pas très éloignés du modèle de 1988 !!! Donc copier un modèle de 30 ans n’ a que peu d’intérêt.
Les A320 NEO (l’anti C919) sont fabriqués à Hambourg,
Globalement, l’A320 se vend maintenant mieux que les Boeing 737 dans le monde depuis l’ouverture de l’usine chinoise.

simomax
Invité

ça poussera les chercheurs européens à trouver des techno de batterie sans ces matériaux.

SGL
Invité

C’est sûr que maintenant oui…
Il faut apprendre à vivre (plus sobrement) avec ce que l’on a.
Les téléviseurs coûtent dix fois moins cher qu’il y a trente ans grâce au Chinois… Mais avec dix fois plus de chômeurs, également grâce au Chinois.
Faut choisir… Enfin, si l’on avait eu le choix !
Maintenant, on n’a plus qu’à subir…

Christophe
Invité
Il faut ajouter dans les décisions idiotes de Bruxelles : – polluants : concerne uniquement la combustion, hors l’usure c’est plus de 95 % des particules émises sur un VT et en la matière la masse c’est l’ennemi (donc un VE avec 300 kg de batteries émet plus de particules d’usure que le VT équivalent), – CO2: 95 g COeq/km sur la partie roulage uniquement et pour la seule combustion des énergies fossiles en moyenne par constructeur (ou groupe). Sauf qu’avec des batteries NMC fabriquées en Chine avec une électricité ultracarbonée on arrive pour 50 kWh à un bilan carbone… Lire la suite >>
Béret vert
Invité

Tavares a un franc parler qui nous change de l’autre (Carlos). L’union zéropéenne est très douée pour se tirer une balle dans le pied, effectivement, et pas uniquement dans le domaine commercial… Etre dirigé par des « commisaires », comme feu l’Union soviétique doit y être pour quelque chose.

wpDiscuz