Accueil Alternatives Des parlementaires britanniques pour la fin des moteurs thermiques avant 2040

Des parlementaires britanniques pour la fin des moteurs thermiques avant 2040

469
14
PARTAGER

Vers un retour au sacro-saint et royal carrosse sur le territoire de la perfide Albion ? Un rapport élaboré par un groupe de parlementaires du Royaume-Uni invite le gouvernement britannique à interdire la commercialisation de voitures diesel mais aussi essence sur le territoire de sa Majesté avant la date prévue de 2040. Raisons invoqués : améliorer la qualité de l’air dans le pays. Quant à l’amélioration des finances des constructeurs face à un tel challenge …. c’est un vaste sujet ….

Un constat inquiétant

Les auteurs de ce rapport indiquent que les niveaux d’émissions autorisés sont régulièrement dépassés, une situation lourde de conséquences en termes de santé publique et de coûts pour les contribuables. Fort d’un tel constat, les parlementaires estiment que les initiatives prises par le gouvernement britannique ne répondent pas à la gravité du problème.

Ils proposent de leur côté une série de mesures en vue d’améliorer la situation. Ils suggèrent notamment que les constructeurs contribuent à un fonds « Air Pur » suivant le principe  pollueur-payeur.

L’industrie automobile britannique n’a pas dit son dernier mot

Reste que l’industrie automobile britannique, déjà secouée par le Brexit, n’a pas dit son dernier mot.
Mike Hawes, délégué général de l’association des constructeurs britanniques (SMMT), a rappelé que le secteur investissait des milliards dans des technologies et d’autres mesures pour réduire les émissions. « D’autres secteurs doivent aussi jouer leur rôle pour améliorer la qualité de l’air », a ajouté Mike Hawes.

Quant à sa Majesté et ses descendants … il leur restera toujours le bon vieux carrosse …

Des pays d’ores et déjà plus exigeants que l’Accord de Paris

En juillet 2017, Nicolas Hulot, fraîchement promu au grade de ministre de l’Environnement, de la Transition écologique et solidaire avait, pour sa part, décrit les mesures permettant de limiter l’impact environnemental de la France dans le cadre du Plan Climat et de l’Accord de Paris. Annonces d’ores et déjà jugées quelques peu ambitieuses, avec la volonté de mettre fin à la vente des véhicules essence et diesel à l’horizon 2040.

A cette occasion, Nicolas Hulot avait indiqué que  la « fin de la vente des véhicules neufs diesel et essence à l’horizon 2040 » constituait  un changement « lourd » pour toute l’industrie automobile française.
Le ministre avait rappelé, à cette occasion, que d’autres pays ont fixé des objectifs plus exigeants comme l’Inde, l’Allemagne, les Pays-Bas ou la Norvège avec des dates oscillant entre 2025 et 2030. Le ministre avait également cité Volvo, en rappelant que le constructeur avait pris la décision d’arrêter de produire des voitures essence et diesel à partir de 2019 afin de concevoir uniquement des véhicules hybrides et électriques.

Sources : Automotive News Europe, Ministère de la Transition Écologique et Solidaire

Crédit Illustration : Buckingam Palace

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Des parlementaires britanniques pour la fin des moteurs thermiques avant 2040"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Les hybrides sont bien des GMP électriques avec essence ou diesel !?

SGL
Invité

Les Anglais n’ont pas intérêt de se fâcher avec les Ecossais… gros producteurs d’électricité EnR.

Anonyme
Invité

le pire c’est savoir si les anglais vont faire comme les français (à savoir imposer quelque chose sans se soucier s’il existe des solutions alternatives) ou autrement, non ?

SGL
Invité

Nul doute que les Leaf2 et que l’ i-Pace ont un bel avenir au Royaume-Uni.

GTO
Invité

Stop à la pollution ?

Arrêtons de faire des enfants, l’augmentation de la population mondiale a des conséquences sur l’environnement.

Arrêtons de faire des vaccins, les plus âgés partirons les premiers.

Arrêtons de voyager, prendre l’avion pollue.

Plus sérieusement, lors d’un café garage sur poa, a été évoqué l’impact environnemental d’une voiture électrique (par rapport à son cycle de production). Je pense que nous serons intéressés par cette enquête demandée par l’UE.
De même que les émissions de CO2 augmentent dû à la hausse des ventes des voitures essence.

georges
Invité

On parle de pollution de l’air pas d’effet de serre, donc le CO²…. .
Pour l’effet de serre l’électrique n’est pas toujours la solution.

Christophe
Invité

http://who.maps.arcgis.com/apps/webappviewer/index.html?id=8bdbf74fb9ab491798de1f5dd797040a
LONDON, UNITED KINGDOM OF GREAT BRITAIN AND NORTHERN IRELAND
Mean PM2.5 (µg/m3) 15
Year PM2.5 2013
PM2.5 source measured data
Mean PM10 (µg/m3) 22
Year PM10 2013
PM10 source measured data
Population 7 440 214

En dépassement sur les PM2,5 (seuil à 10) et les PM10 (seuil à 20).

Christophe
Invité

Je leur conseille de lire cela : https://www.eea.europa.eu/publications/emep-eea-guidebook-2016
Et plus particulièrement les deux documents :
1.A.3.b.i-iv Road transport 2017 [2.8 MB]
1.A.3.b.vi-vii Road tyre and brake wear 2016 [542.7 KB]

Christophe
Invité

Ces études ont servi à réaliser une méthodologie de calcul des émissions polluantes des véhicules : http://emisia.com/content/copert-documentation

Christophe
Invité
C’est cette méthodologie qui est utilisé par Airparif dans son calcultateur : http://www.airparif.fr/calculateur-emissions/ Pour 100 km pour avoir des valeurs significatives (classement en fonction des particules) : « – bus moyen IdF : 0,43 g de particules PM10 et 18,1 g d’oxydes d’azote avec 60 passagers, – 2 roues CRIT’AIR 1 (EURO 4) : 1,9 g de particules PM10 et 6,2 g d’oxydes d’azote – bus avec 12 passagers : 2,15 g de particules PM10 et 90,5 g d’oxydes d’azote, – VT essence hy CRIT’AIR 2 : 2,67 g de particules PM10 et 4,9 g d’oxydes d’azote – VE : 2,69… Lire la suite >>
Christophe
Invité

https://www.eea.europa.eu/fr/pressroom/newsreleases/de-nombreux-europeens-restent-exposes/mortalite-prematuree-imputable-a-la
Royaume-Unis : nombre de morts prématurés en 2012 :
– 37 800 dus aux PM2,5 (43 400 en France)
– 530 dus à l’O3 (1 500 en France)
– 14 100 dus aux NOX (7 700 en France).
Ils ne se trompent pas un peu de cible ?
Manifestement leur analyse est parcellaire.
Une bonne part des NOx provient du chauffage.
Et une bonne part des PM2,5 du trafic routier provient de l’usure.

Décision bonne si l’interdiction amène à une réduction de la place de la voiture (mais évidemment ils ne veulent pas le présenter comme cela).

wpDiscuz