Accueil Actualités Entreprise Nouvelles rumeurs – démenties – de fusion Renault-Nissan

Nouvelles rumeurs – démenties – de fusion Renault-Nissan

1405
12
PARTAGER
Logo - Alliance Renault Nissan Mitsubishi Motors

Malgré les premiers démentis, Bloomberg persiste en indiquant que la fusion Renault-Nissan était en discussion.

Actuellement, Renault et Nissan ont trouvé un équilibre avec une Alliance capitalistique qui a accueilli Mitsubishi l’an dernier. Carlos Ghosn n’a jamais fait de mystère sur sa volonté de pérenniser cette Alliance. C’est d’ailleurs ce qui a voulu une violente passe d’armes avec le Gouvernement lorsque ce dernier est monté au capital de Renault menaçant l’équilibre des forces.

Une des voies de consolidation de l’Alliance, serait la fusion pure et simple. En tout cas, des discussions ont lieu en ce sens si on en croit Bloomberg. Selon des sources qui tiennent à rester anonymes, Carlos Ghosn piloterait la nouvelle entité qui naîtrait de cette fusion.

Pourtant, l’Alliance est déjà une belle aventure entre plusieurs constructeurs liés par des participations capitalistiques croisées. Pour rappel, Renault possède 43% de Nissan, qui possède 15% de Renault (mais qui a renoncé aux droits de vote NDLA). Donc, pourquoi vouloir aller plus loin alors que l’Alliance est passée devant Toyota ou VAG en 2017 ?

Simple. En fusionnant, cela permettrait de pousser un cran plus loin les synergies possibles et ainsi faire plus de profits. En revanche, le côté national de Renault, mais aussi de Nissan, serait dissous dans cette nouvelle entité.

Convaincre l’Etat de céder tout ou partie de sa participation

Si on en croit Bloomberg, la première étape consisterait en des échanges d’actions. Les « anciennes » actions Renault (ou Nissan) contre de « nouvelles » action de l’entité fusionnée. Les sièges sociaux resteraient dans un premier temps en France et au Japon. Mais dans un deuxième temps ?

Sauf que cette fusion, si elle est bien en discussion, est loin d’aboutir. L’Etat « adore » sa participation dans Renault et verrait d’un très mauvais oeil de perdre cette influence. Et le Japon et la France voudront que la nouvelle entité penche de leur côté. L’équilibre de la force sera rompu. Et l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi vacillera.

Du côté de Renault, on ne commente pas des rumeurs que l’on qualifie même d’infondées. Idem du côté du ministère des finances français ou de son homologue japonais. Si fusion il y a, il y a de fortes chances que ce soit Nissan qui pilote l’ensemble et il faut désormais convaincre l’Etat français de réduire son influence et donc sa participation.

Le besoin en liquidités de l’Etat France peut être un bon levier pour décider Bercy. En attendant, l’action Renault a bondi de plus de 8% à l’ouverture de la bourse de Paris sur fond de ces rumeurs, avant de retomber à +4,3%. Cela valorise Renault à 29 milliards d’euros environ et les 15% de la France à 4,3 milliards d’euros.

Illustration : Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Nouvelles rumeurs – démenties – de fusion Renault-Nissan"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Roadrunner
Invité

…. Si fusion il y a, il y a de fortes chances que ce soit Nissan qui pilote l’ensemble … en rêve ?

Roadrunner
Invité

les 2 blocs ce matin ( en milliards de dollars )
Nissan: 44 milliards dont — 19 milliards appartiennent à Renault.
Renault: 33 milliards dont — 4,9 milliards appartiennent à Nissan.
chiffre en dollars .

polo
Invité

Nissan n’a pas renoncé à ses droits de vote dans Renault, il me semble que légalement ils n’ont pas le droit de les utiliser vu que Renault possède 43% de Nissan et donc le « contrôle ».

Roadrunner
Invité

Oui légalement le droit japonais l’interdit à Nissan.
Le contrôlé ne peut pas acheter le contrôleur.

Bon de toute façon tout n’est que fantasme actuellement,
Nissan — « acheter/dépenser des bénéfices » au prix fort « les actions du Macron », au lieu d’invertir en chine ou ailleurs …. ????

20W50
Invité

Une autre histoire: Il existe 4 ou 5 variantes suivant les sites .

En vertu du droit boursier japonais, Renault perdrait tous ses droits de vote chez Nissan si la part du constructeur japonais atteignait ou dépassait les 25% dans le capital du français.

https://www.capital.fr/entreprises-marches/nissan-dement-toute-modification-de-lactionnariat-de-lalliance-1276148

mko
Invité

Pourquoi l’état adore sa participation dans Renault ? Que l’état soutienne des groupes en difficulté pourquoi pas. Que l’état soutienne des entreprises demi publiques ok mais la Renault ou est la cohérence.

Vendre sera logique l’action est bien haute du fric à la pelle et au moins Renault fera ce que bon lui semble avec Nissan surtout si Carlos Goshn est encore là.

Car si pas de fusion et sans Carlos est ce que l’alliance va tenir notamment du côté de Nissan ?

lelillois
Invité

3 « marques » négligeables dans l’aventure automobile Mondiale .

wpDiscuz