Accueil Electriques BMW et Mercedes misent sur l’électrique en Asie du Sud-Est

BMW et Mercedes misent sur l’électrique en Asie du Sud-Est

336
3
PARTAGER

BMW et Mercedes prévoient de doper la vente de leurs modèles électriques en Thaïlande et au Vietnam. Ils souhaitent parallèlement profiter des mesures incitatives mises en place dans ces pays de l’Asie du Sud-Est pour y implanter ou renforcer leurs sites de production de véhicules électriques ou de batterie.

Mercedes et son partenaire local TAAP viennent ainsi d’investir 100 millions d’euros dans l’agrandissement de l’usine d’assemblage pré-existante, située près de Bangkok et dans une toute nouvelle unité de production de batteries. Il s’agit de l’une des six usines de batteries prévues par le constructeur en vue d’y produire les éléments nécessaires pour ses véhicules électriques. Les cinq autres sites sont situés en Europe, aux États-Unis et en Chine.

Son rival BMW va quant à lui débuter la construction d’une nouvelle usine de batteries en Thaïlande pour alimenter l’usine d’assemblage locale. La production devrait débuter en 2019.

Le marché automobile sud-asiatique en plein essor

Les constructeurs allemands mettent les bouchées doubles en vue d’être prêts à répondre au marché automobile sud-asiatique en plein essor. Durant l’année 2017, les ventes de voitures ont augmenté d’environ 5 % dans la zone, pour atteindre plus de 3,3 millions de véhicules. La société d’analyse LMC Automotive prévoit une croissance similaire au cours des deux prochaines années dans les cinq pays les plus importants de la région d’Asie du Sud-Est: la Thaïlande, l’Indonésie, la Malaisie, le Vietnam et les Philippines.

Chez Mercedes, on s’attend à une augmentation des ventes. « Il serait exagéré de dire que l’Asie du Sud-Est deviendra la nouvelle Chine », tempère néanmoins le directeur de production, Markus Schäfer dans une interview accordée à Handelsblatt. « Mais nous voyons du potentiel dans la région. Compte tenu de la croissance économique et du nombre croissant de clients potentiels, nous sommes très optimistes.  »

En 2017, Mercedes a enregistré des taux de croissance à deux chiffres et vendu environ 14 000 voitures rien qu’en Thaïlande. BMW a quant à lui augmenté ses ventes de véhicules  de 36 % l’année dernière dans la région, commercialisant plus de 11 000 BMW et Minis. Pris globalement, les deux constructeurs ont vendu plus de 60 000 voitures sur les cinq plus grands marchés d’Asie du Sud-Est.

Alors que le Japon et la Corée du Sud dominent le marché de masse, les marques premium allemandes détiennent une part de marché de plus de 90% sur le segment haut de gamme selon LMC Automotive.

Les véhicules électriques déjà bien présents en Asie du Sud-Est

La mobilité électrique est déjà bien présente dans les marchés émergents de l’Asie du Sud-Est. Un sondage publié cette année par le  cabinet de conseil Frost & Sullivan ciblant cette région indique que 37 % des clients interrogés seraient favorables à un véhicule doté d’une telle motorisation pour l’achat de leur prochain véhicule.

Si les voitures exclusivement électriques sont certes encore peu nombreuses sur les routes, les voitures hybrides remportent un franc succès. Les systèmes plug-in sont également populaires. « La Thaïlande a massivement soutenu l’électrification du groupe motopropulseur ces dernières années. Dans aucun autre pays, nous n’avons des quotas aussi élevés d’hybrides rechargeables« , explique ainsi Markus Schäfer. Qualifiant même la Thaïlande, d’un «pays modèle» pour l’électro-mobilité.

Chez BMW également, la part des hybrides rechargeables est encore la plus élevée en Scandinavie et en Malaisie. Pour cette année, le PDG de BMW Thaïlande, Stefan Teuchert, s’attend à ce qu’un véhicule sur quatre soit vendu avec un hybride rechargeable.

Des subventions très attirantes

Il est vrai que le gouvernement thaïlandais offre de somptueuses subventions. L’Etat « récompense »  les investissements dans la production de véhicules hybrides et électriques avec une exonération fiscale allant jusqu’à huit ans. Les véhicules sont également rendus attrayants pour les clients via des incitations fiscales.

Compte tenu de ces conditions pour le moins accueillantes, l’usine de batteries Mercedes de Bangkok pourrait même être utilisée dans un deuxième temps comme une base d’exportation. « Nous n’excluons pas à long terme d’exporter au final des batteries de l’usine de Thaïlande » … vers le Vietnam, notamment, précise Markus Schäfer. Ajoutant que cela dépendait du développement à long terme de l’Asie du Sud-Est.

Un marché néanmoins difficile

Le marché automobile de la région s’avère néanmoins complexe, plusieurs marchés existant en parallèle. Si plus de 600 millions de personnes vivent dans la communauté des États d’Asie du Sud-Est (Asean), contrairement à toutes les assurances données lors des conférences d’investisseurs et des sommets politiques, la région est loin de se fondre dans un véritable marché unique estime ainsi Handelsblatt.

Le journal allemand rappelle à cet égard que les constructeurs doivent respecter des contraintes et des législations qui différent localement. « Bien sûr, nous aimerions que l’Asean soit une zone économique sans barrières tarifaires et non tarifaires. Mais pour le moment, ils font partie du business et nous pouvons y faire face », explique Markus Schäfer.

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "BMW et Mercedes misent sur l’électrique en Asie du Sud-Est"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

…que fait Renault (de nouveau) en voiture électrique, pendant ce temps-là ?

SGL
Invité

Ça ne répond toujours pas à la question !
…la concurrence progresse chaque année et toujours pas d’équivalent de Talisman et d’Espace en électrique pour le marché chinois (dans un premier temps)
Le temps presse !

aimelauto
Invité

surtout que Mercedes a une réputation en béton en Asie….c’est véritablement la référence Premium là-bas.
…..
et aussi bien en PL qu’en VL….ce qui est rare dans le monde automobile.

wpDiscuz