Accueil Concept car Les concept-cars français : Peugeot Quasar (1984)

Les concept-cars français : Peugeot Quasar (1984)

1534
10
PARTAGER
Quasar

Au début des années 80, Peugeot s’apprête à revenir à meilleure fortune sur le plan financier. Et ce grâce à un sacré numéro, la 205. Sur la base de sa nouvelle compacte, le constructeur va présenter au salon de Paris 1984 un concept détonnant nommé Quasar. Au style futuriste et aux caractéristiques techniques affûtées.

C’est dans l’espace et le futur que Peugeot est principalement allé puiser son inspiration pour ce concept. A commencer par son nom, qui lui sied à merveille. Les Quasars sont en effet des galaxies très énergétiques et lumineuses. Pour l’énergie du concept, nous allons voir plus loin que sa mécanique n’en manque pas. Et pour la luminosité, c’est tant à l’extérieur qu’à l’intérieur qu’elle se manifeste.

Futuriste à tous points de vue

Le dessin de la carrosserie, dû au regretté Gérard Welter, renvoie aux navettes spatiales. La face avant semble vouloir venir mordre le sol, tandis que pare-brise et toit se confondent en adoptant la forme d’un dôme de verre. Le profil fuselé arbore des jantes pleines à forme de turbines. Et derrière le moteur à l’air libre, la poupe est pour le moins minimaliste. Les deux feux de Peugeot 205 viennent se greffer sous le bequet, tandis que la double sortie d’échappement s’installe au centre. Et c’est tout! Pas de pare-choc ni de passages de roues. Pour le coup, on quitte ici les navettes spatiales pour l’univers des sports-prototypes

Intérieurement, on reste cependant dans une ambiance futuriste signée Paul Bracq. Ainsi le combiné d’instrumentation est entièrement digital. A cristaux liquides, celui-ci a été conçu par la société Clarion et embarque un GPS rudimentaire, capable de lire les cartes routières et le plan des villes. De plus, il permet l’accès au réseau Télétel (utilisé à l’époque par le Minitel)… Il faut également remarquer les sièges baquets en cuir ornés du sigle Peugeot. Des baquets d’ailleurs identiques à ceux montés la même année sur la 205 Turbo 16 Série 200.

Quasar

La Quasar sort ses griffes…

Les solutions techniques retenues sur le concept sont issues de la compétition. De la Formule 1 pour les suspensions, qui sont composées de double-triangles, de biellettes et de basculeurs, ce qui permet aussi ce capot plongeant participant à l’aérodynamique de Quasar. Du rallye pour la transmission intégrale et le moteur quatre-cylindres. Gavé par deux turbocompresseurs, il pouvait selon Peugeot développer près de 600 chevaux et 50 mk/g de couple.

Quasar

La Quasar est considérée comme le premier concept interne chez Peugeot. Restée à l’état de prototype, elle marque le début d’une trilogie de supercars de salon chez le constructeur sochalien. La Quasar sera suivie deux ans plus tard par la Proxima, puis par l’Oxia en 1988.

Illustrations : Peugeot

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Les concept-cars français : Peugeot Quasar (1984)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
salociN
Invité

Je me trompe peut-être, mais ce « projet post-205 T16 » n’était-il pas une sorte d’étude préparative au Groupe S, destiné à prendre la succession du Groupe B après 1986, mais mort dans l’œuf en même que ce dernier ?

En tout cas, on peut noter un gabarit futuro-compact similaire à celui de la Ford RS200, mais Lancia avait aussi dans les cartons une ECV 2, Audi une S1 Quattro, Mazda une RX7S, Toyota une MR2, et j’en oublie sûrement…

CDA
Membre

J’aime bien ce concept, à part l’inclinaison kéké des sièges

Nico
Invité

Et puis les futures jantes de la 605 sv24

ART
Invité

Y en a qui ont l’oeil avisé !

ART
Invité

Un excellent concept Peugeot, comme souvent..

labradaauto
Invité

on peut rappeler que La France a les meilleures écoles du genre et aussi en général. De nombreux élèves ont bossé riens que sur la 905 entre autres.
oui beau projet pas bcp de rides !

ART
Invité

C’en est d’autant plus pathétique de voir ce qui reste en production sur asphalte en 2018 !

labradaauto
Invité

oui, je vous l’accorde, j’ai omis, car je n’ai pas les chiffres, de quantifier aussi les diplômés émigrés chez nos voisins, qui, eux, actionnent…et quand ils ont des protos à réaliser, comme siemens( par exemple) , ils descendent faire faire des études à nos étudiants.

wpDiscuz