Accueil Toyota Toyota va investir 400 millions d’euros en France

Toyota va investir 400 millions d’euros en France

857
6
PARTAGER
Toyota Onnaing

Toyota va annoncer la semaine prochaine un investissement de 400 millions d’euros dans l’usine d’Onnaing.

Cet investissement vise à mettre à niveau les équipements, technologies et systèmes pour permettre la production des prochains modèles développés sur la plateforme globale TNGA.

Toyota avait déjà mis à jour son usine turque pour produire le crossover C-HR qui repose sur la plateforme TNGA. Le géant japonais a également annoncé en mars 2017 un investissement dans l’usine britannique de Burnaston pour passer à la plateforme TNGA. D’ici la fin de la décennie, la majorité des modèles du constructeur seront produits sur cette plateforme.

Cet investissement permettra également de produire un deuxième modèle aux côtés de la Yaris. S’agira-t-il de la remplaçante de la Toyota Auris attendue cette année qui devrait marque le retour du nom Corolla sur le Vieux Continent ?

 

Source : Reuters

Source photo : Toyota

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Toyota va investir 400 millions d’euros en France"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Luc
Invité

Bravo !

Verslefutur
Invité

« S’agira-t-il de la remplaçante de la Toyota Auris attendue cette année qui devrait marque le retour du nom Corolla sur le Vieux Continent ? »

Peu probable, à moins de construire une deuxième usine.
En parallèle, en 2020, la Yaris passera de 230000 unités à 300000 unités produites.
Le deuxième véhicule produit sera plutôt un véhicule de plus petite série que la future Corolla

wizz
Membre
ça dépend aussi si l’usine a été prévue pour recevoir 2 lignes d’assemblage ou une seule…. Par exemple, dans ces débuts des années 90, le Nord Pas de Calais souffrait de désindustrialisation et déroulait le tapis rouge. Puis à cette époque, géographiquement, la France était bien située Puis à cette époque, les couts de revient étaient « à peu près » similaire dans la vieille UE Il est possible que Toyota ait prévu 2 lignes d’assemblage, un modèle en vogue à cette époque . Voir PSA par exemple, avant leur passage en monoflux de nos jours (avec des véhicules compatibles) Puis l’usine… Lire la suite >>
Greenevans
Invité

Sans compter qu’avec le Brexit, produire au Royaume-Uni devient plus qu’hasardeux…Donc produire (ou assembler…) pas très loin mais dans une région qui ne devrait pas sortir de sitôt de l’Union (quoiqu’avec les Ch’tis…;) )

Greenevans
Invité

(suite) …c’est tout à fait pertinent.

Anonyme
Invité

Et pendant ce temps là, PSA licencie !?!

PS : ce nouveau plan d’industrialisation (et els embauches qui vont avec) sont les « conséquences » des accords de flixibilité que tous les syndicats ont acceptées … sauf la CGT, prétextant que cela aurait pour cosnéquences des destructions d’emplois ! Ce qui prouve à quel point la CGT est hors sols

wpDiscuz