Accueil Actualités Entreprise Ford plombé par matières premières et aides à la vente

Ford plombé par matières premières et aides à la vente

1120
6
PARTAGER
Ford

A l’occasion de la publication de ses résultats financiers du dernier trimestre 2017, Ford a laissé entendre que les chiffres globaux consolidés et ceux de l’année 2018 pourraient être moins satisfaisants que prévus.

Des résultats inférieurs aux attentes des analystes

Le constructeur vient ainsi de publier un bénéfice provisoire ajusté pour 2017 et une prévision de résultat 2018 d’ores et déjà inférieurs aux attentes des analystes.
La hausse des cours des matières premières pourrait être une des principales explications de cette mauvaise performance.

Ford a annoncé après la cloture de la Bourse un bénéfice net de 2,4 milliards de dollars au titre de son quatrième trimestre 2017, en baisse par rapport aux 3,2 milliards d’euros du quatrième trimestre 2016. Cette performance correspond à un bénéfice par action de 60 cents. A données publiées, le bénéfice par action ressort à 39 cents, en dessous des attentes des analystes de Wall Street.

Le chiffre d’affaires s’est quant à lui inscrit à 41,3 milliards de dollars, en hausse de 7%. Les analystes tablaient quant à eux sur un chiffre de 37 milliards de dollars.

S’agissant de 2017, le constructeur s’attend à publier un bénéfice ajusté de 1,78 dollar par action. Une valeur inférieure aux attentes des analystes qui tablaient quant à eux en moyenne sur 1,83 dollar. Ford prévoit parallèlement de payer un dividende exceptionnel de 500 millions de dollars, soit 13 cents par action, au premier trimestre 2018.

En ce qui concerne 2018, Ford anticipe un bénéfice ajusté compris entre 1,45 et 1,70 dollar par action. Les analystes prévoyaient quant à eux en moyenne 1,62 dollar.

Ford plombé par le cours des matières premières

Le directeur financier du groupe, Bob Shanks, a ainsi déclaré, lors d’une conférence organisée pour les investisseurs, que la hausse des cours de l’acier, de l’aluminium et d’autres métaux mais également la volatilité des devises coûteraient 1,6 milliard de dollars (soit 1,3 milliard d’euros) au groupe cette année.

Compte-tenu de ces éléments, la marge opérationnelle mondiale 2017 de Ford ne sera que de 5% au lieu des 8% initialement prévus.

Certes, Ford a renoué avec les bénéfices en Europe grâce aux ventes des utilitaires et une hausse des prix. Il y dégage ainsi un bénéfice opérationnel de 234 millions de dollars, contre une perte de 971 millions en 2016.

Mais si on étudie les chiffres globalement, le constructeur a vu sa rentabilité s’éroder au niveau mondial. Une situation due à la flambée des cours des  matières premières.
Pour rappel, le budget Achat matières premières de Ford avoisine les 10 milliards de dollars annuels. L’aluminium et l’acier représentent les deux-tiers de ces charges.

Bénéfice opérationnel en chute libre, plombé par la bataille sur les prix

Certes, le bénéfice net annuel s’élève à 7,6 milliards de dollars, en hausse de 65,4%. Mais le bénéfice opérationnel a quant à lui dégringolé de 18%. Raisons principales ? Les fortes et aguicheuses promotions et les rabais accordés par Ford pour tenter de gagner la bataille sur les prix à laquelle se livre le constructeur avec pour grands rivaux General Motors et Fiat Chrysler dans le segment ultra-concurrentiel des pickups, SUV et crossovers.  Une bataille qui finalement pourrait plus bénéficier aux acheteurs qu’aux vendeurs ?

Rappelons que les « cadeaux » faits aux consommateurs dépassent 4 400 dollars par véhicule, entachant alors grandement la rentabilité de Ford. On se doit de noter que ces aides dépassent de près de 1 000 dollars la moyenne des remises accordées par les concessionnaires américains.

Fort heureusement pour Ford, l’Amérique du Nord reste la véritable « vache à lait » du constructeur, avec un bénéfice opérationnel annuel de 7,5 milliards de dollars.

Le chiffre d’affaires annuel mondial a quant progressé de 3,3% à 156,8 milliards de dollars. Et ce malgré une stagnation des ventes de véhicules à 6,6 millions d’unités.

Ford néanmoins rassurant pour son avenir

Nous ne sommes pas satisfaits de notre performance”, mais “nous sommes enthousiastes quant à notre avenir« , a néanmoins tenu à rassurer Bob Shanks.

Histoire de rassurer les actionnaires, il jure même haut et fort que les effets des plans de réduction de coûts récemment mis en œuvre ne porteront véritablement leurs fruits qu’en “2020 ou plus tard”. Certes, il est parfois de bon ton d’avoir une vision long terme mais les investisseurs pourraient tout de même se montrer impatients face à une telle durée.

En vue d’atteindre ses objectifs, Ford a annoncé qu’il allait diminuer ses coûts de production et de logistique ainsi que ses stocks. Il souhaite parallèlement réduire les variantes des modèles tels que Escape, Fusion et EcoSport proposées actuellement en Amérique du Nord et en Europe.

Une structure non adaptée à son chiffre d’affaires

Appuyant les propos du directeur financier, Jim Farley, le président de Ford pour les marchés mondiaux,  a quant à lui insisté sur le fait que la structure du groupe “n’était plus en adéquation » avec celle « de son chiffre d’affaires”. En vue de remédier à une telle situation, il s’est engagé à réduire les coûts en limitant le nombre de déclinaisons des modèles produits massivement, au profit de pick-up et SUV, destinés à des marchés de niche. Il a également annoncé une baisse des dépenses de marketing de 200 millions de dollars par an.

Les services mobilités mis à l’écart …. pour ne pas plomber les résultats

Ford est à l’heure actuelle n pleine transition en vue de passer de « simple » constructeur de véhicules à un groupe fournissant également une palette de services de transports.  Un virage qui a un coût et qui nécessite des investissements.

Le constructeur tente d’accélérer cette transformation en portant à 11 milliards de dollars ses investissements dans les véhicules électriques et en investissant 1 milliard dans la start-up technologique Argo AI. Il vient ainsi de s’engager dans Autonomic, autre jeune pousse de la Silicon Valley qui développe des logiciels pour les services de mobilité.

Lors de la conférence dédiée aux investisseurs, Ford a également indiqué qu’à l’avenir il allait publier séparément les résultats de ses activités de “mobilité”, telles que celles qui concerne les véhicules autonomes et les services de transport de personnes. Il est vrai que la division devrait afficher une perte de 300 millions de dollars (245 millions d‘euros) en 2017.

Sources : Ford, Reuters, AOF

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Ford plombé par matières premières et aides à la vente"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fabi35
Invité

Si je comprend bien c est encore les salariés qui vont être la variable d ajustement pour  » rassurer les actionnaires « 

SAM
Invité

Ben un pick up ça coûte en métal et en aluminium! La guerre des prix aux USA c’est comme au RU … tous les constructeurs le font de Mercedes en passant par Nissan ou Chevrolet. Le marché américain comme le marché britannique ont artificiellement tenus grâce à ces pratiques commerciales!

Lucho
Invité

<> toi y en a bien parler la France 🙁

Lucho
Invité

« Ford plombé par matières premières » il manque juste un article.

Yorgle
Invité

Une entreprise dégage un bénéfice net de 7,6 milliards de dollars, et « on » n’est pas content…

wpDiscuz