Accueil Hybrides Tokyo 2017 live : Nissan Serena e-Power

Tokyo 2017 live : Nissan Serena e-Power

805
1
PARTAGER
Nissan Serena e-power

Le minivan Nissan Serena n’est pas la plus spectaculaire voiture de la gamme du constructeur mais c’est le modèle le plus vendeur avec la Note au Japon. L’arrivée de la version e-Power, un gros succès avec la Note, était donc très attendue.

Nissan Serena e-Power : best seller garanti

Le succès de la Leaf, meilleure vente électrique au monde, a mis le projecteur sur la chaîne de traction électrique et Nissan a choisi de centrer sa présence au salon de Tokyo sur le concept IMx. Mais au milieu des nombreuses Leaf réparties sur le stand, un plateau présente une Serena reprenant le galon bleu sur la calandre introduit avec la Note.

Ce galon signifie la présence du système e-Power, qui est rappelons-le la chaîne de traction full hybrid de Nissan, disponible au Japon seulement pour l’instant. Rappellons qu’il s’agit d’un système hybride série, avec un moteur électrique entraînant les roues et une batterie de faible capacité (éléments issus de la Leaf 1), complétés par un petit moteur thermique dont le rôle est uniquement de charger la batterie. Dans le cas de la Note, cela permet une consommation proche de celle de la Prius, soit autour de 3 l/100 km selon le cycle JC08. équivalent de la Toyota Aqua et pas très loin de la Prius.

Le Serena, best seller familial de la gamme, était un candidat tout désigné à recevoir le système e-Power d’autant que la concurrence, sous la forme de la triplette Toyota Noah/Voxy/Esquire, propose déjà une version hybride plus convaincante que le Serena S-Hybrid actuel, une hybridation légère.

Nissan n’a pas donné de précision sur la mécanique présente dans le Serena e-Power, mais diverses fuites dans la presse japonaise laissent entendre que l’ensemble propulseur de la Note sera repris à l’identique, avec un changement de loi pour fournir plus de puissance au démarrage, le Serena étant plus lourd du fait de son gabarit. Il s’agira donc pour le moteur thermique d’un 3 cylindres de 1,2l. Le gabarit du Serena étant plus important que la Note, la consommation devrait être un tout petit peu plus importante mais rester très contenue, et l’agrément du moteur électrique devrait faire le reste et mettre le Serena e-Power en bonne place dans les ventes. A revoir au début 2018, quand la voiture sera commercialisée.

Nissan Serena Nismo

Une autre version du Serena était en bonne place sur le stand Nissan, celle siglée Nismo. Nissan étend petit à petit la finition sportive à tous ses modèles, une stratégìe parallèle à celle de Toyota et les lignes GR et GR Sport. Evidemment, le Serena Nismo n’a aucune réelle vocation sportive, mais il permettra aux fans de la marque condamnés au minivan familial à vibrer un peu à l’unisson de leurs sportives favorites. Cette startégie a fait ses preuves chez Toyota donc et chez Honda qui sont de même parfaitement heureux de vendre à leur clients des versions badgées GR ou Mugen de leurs autos les plus placides.

Ce choix a ses détracteurs, qui considèrent qu’un label sportif ne doit pas être dilué dans l’accessoire, mais il a prouvé, au Japon en tout cas, son efficacité commerciale. Les Serena Nismo qui sillonneront bientôt les routes japonaises ne devraient pas faire mentir la tendance.

Crédit photos : le blog auto

 

 

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Tokyo 2017 live : Nissan Serena e-Power"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Amiral_sub
Invité

Cette technologie va peut être se démocratiser chez Nissan et donc Renault

wpDiscuz