Accueil Toyota Toyota met la pression au gouvernement britannique

Toyota met la pression au gouvernement britannique

1376
12
PARTAGER
ToyotaAuris Touring Sports Freestyle (2017)

La direction prise par les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne inquiète Toyota qui n’hésite plus à brandir la menace d’un déplacement d’une partie de la production dans un autre pays.

En marge du salon de Francfort, Didier Leroy, numéro 2 du constructeur japonais, a rappelé que le gouvernement britannique avait garanti au constructeur l’assurance d’un accord de libre-échange avec l’Union européenne. Mais les derniers rebondissements qui pointent vers une période transitoire ne rassurent pas les dirigeants de Toyota, dont Didier Leroy, numéro 2 du constructeur japonais.

« Il y a quelques mois, le gouvernement britannique disait être sûr de négocier un accord de libre-échange sans taxes douanières. Ils ne disent plus ça dorénavant », a déclaré Didier Leroy. « Il est clair que si nous devenons deux trois années supplémentaires pour avoir de la clarté sur ce sujet, nous devrons remettre en question nos investissements futurs dans le pays« , a-t-il ajouté. L’industrie automobile est de plus en plus inquiète par l’évolution et d’autres constructeurs ont également déclaré leur impatience.

En mars dernier, Toyota avait annoncé investir de plus de 240 millions de livres (275 millions d’euros) dans son usine britannique de Burnaston pour permettre la production des prochains modèles développés sur la plateforme globale TNGA. Cependant, le constructeur a retardé la décision de produire la prochaine Auris dans son usine britannique. Pour Leroy, le constructeur ne peut pas attendre indéfiniment.

« Nous ne pouvons pas prendre ce genre de décision avant d’avoir plus de clarté sur les futures relations commerciales. Nous ne fermerons pas l’usine demain, mais si nous devons prendre des décisions d’investissement dans deux-trois ans, la compétitivité de l’usine sera un facteur crucial », a-t-il déclaré.

La prochaine Auris est programmée pour la fin de la décennie, mais aucune décision n’a été prise pour le moment quant aux caractéristiques de cette future compacte qui pourrait abandonner son exclusivité européenne et devenir un modèle appelé à être commercialisé partout dans le monde comme une certaine Corolla.

 

Source : Reuters

Source photo : Toyota

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Toyota met la pression au gouvernement britannique"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
wizz
Membre

denis ?

heureux et fièrw
Invité

Wizz , as tu remarqué que Denis n’intervient plus depuis des mois sur lba?

Thibaut Emme
Admin

😉

ART
Invité

Denis a bien essayé de répondre, mais il s’est fait sabrer direct…

Thibaut Emme
Admin

Sauf que ce n’était pas lui 😉
Denis aka. Seb92, Rob64, ou « heureux et fièrw » a bien répondu à Wizz.

heureux et fièrw
Invité

Wizz, tu as compris on ne peut pas te répondre. Par contre depuis le nouveau format lba je ne vient que très peu sur le site, Je pense que je ne doit pas être leeul a déserter le site. Pas pratique et peu lisible. Donc wizz bonne continuation.

Thibaut Emme
Admin

Vous êtes surtout le seul à (prétendre) ne pas avoir vu le lien « actualité » qui amène directement aux derniers articles, exactement comme avant.
Mais bon, cela aura eu au moins un (énorme) mérite.

heureux et fièrw
Invité

Thibaul, je t’invite à relire le post de présentarion de ton nouveau site et tu verras que (désolé pour toi) je ne suis pas le seul a ne pas aimer la nouvelle version. J’aime pas, c’est pas grave.

Thibaut Emme
Admin

@seb/rob/denis : Ce n’est pas « mon » site. Et vous le savez depuis le temps.
Vous n’aimez pas ? Tant pis. Vu les volumes de visites en hausse ce n’est pas une généralité. Tant mieux pour le site.
Au revoir.

aurel77
Invité

Pas de panique… peu importe les accords, les anglais continuerons à accéder au marché unique sans aucunes taxes. Je m’inquiète pas pour eu. Il seront plus dans l’UE mais garderons les principaux avantage que procurait l’UE et tout le monde sais…

wizz
Membre

pour cela, ils auront le statut de la Norvège par exemple, qui n’est pas membre de l’UE, mais qui participe au budget de fonctionnement de l’UE, ET SURTOUT adopte le principe de liberté de circulation des biens et des personnes. Ce n’était pas tout à fait cela qu’ont vendu les pro-brexit aux Britanniques (on ne paie plus à Bruxelles et servira à la Sécu. On ferme les frontières aux étrangers indésirables mais on aura quand même l’accès au marché de l’UE….)

Raymond Arcand
Invité

Toujours ces grandes entreprises qui veulent profiter et contrôler..

wpDiscuz