Accueil Super GT Super GT 2017-6 : Honda pour la dernière des 1000 km de...

Super GT 2017-6 : Honda pour la dernière des 1000 km de Suzuka

975
16
PARTAGER
Honda NSX GT Epson Nakajima Racing Epson

La victoire de Bertrand Baguette et Kosuke Matsuura dans les 1000 km de Suzuka est historique à plus d’un titre : c’était la dernière édition pour le Super GT de cette classique qui sera remplacée dès la saison prochaine par une course de dix heures ouvertes aux GT3 et GT300, et c’est le retour sur la première marche du podium pour Nakajima Racing pour la première fois depuis dix ans.

Pour cette dernière édition des 1000 km de Suzuka, « The Final » comme il était mentionné partout et sur les goodies de toutes sortes, le public s’est déplacé en masse : plus de 72 000 spectateurs sur les deux jours, soit 20% de plus que lors de l’édition 2016. Certes, le changement de formule à prévoir pour l’année prochaine y était pour quelque chose, mais pas autant que les deux guest stars venant faire leur début en Super GT : Jenson Button et Kamui Kobayashi, qui rejoignaient leurs ex-collègues de F1 réguliers du championnat, Heikki Kovalainen et Kazuki Nakajima.

Honda NSX GT Motul Mugen

La ferveur pour Jenson Button en particulier était exceptionnelle. Le pilote britannique fait partie de la famille Honda, ce qui lui vaut la loyauté éternelle des fans japonais, d’autant plus à Suzuka. Ses passages au volant et ses interviews auront ponctué le week-end, et un tel accueil n’aura pu que séduire JB, comme il a été appelé tout le week-end, pour une participation plus complète l’année prochaine en Super GT. Ses déclarations d’après-course vont d’ailleurs dans ce sens.

Lexus LC500 WedsSport Bandoh

Qualifications

GT500

Les performances en qualification du Super GT sont très influencées par le ballast de chaque voiture, et logiquement les mieux placés au championnat, c’est-à-dire les voitures en emportaient le plus, ne pouvaient passer la Q1. Le héros du jour, Jenson Button, qui avait courageusement pris le volant pour sa première qualif, s’en sortait avec les honneurs et ne ratait la Q2 pour quatre dixièmes.

Nissan GT-R Forum Engineering Kondo Racing

En Q2, c’est Joao Paolo de Oliveira sur la GT-R no24 du Kondo Racing qui arrachait la pole position avec le record du tour du circuit à la clé. Les sempiternels efforts du législateur à diminuer les appuis pour réduire la vitesse n’ont pas mieux fonctionné en 2017 que le années précédentes… On retrouvait la Lexus LC500 Wedssport no19 de Sekiguchi à la deuxième position, permettant à Yokohama de truster la première ligne, devant deux Honda, la no17 de Tsukakoshi et la no64 de Matsuura, et la GT-R no46 Mola qualifiée par Motoyama.

Nissan GT-R S-Road Mola

GT300

Les Toyota 86 MC sont encore très rapides cette saison et trois exemplaires de la voiture s’assuraient le podium en qualification, avec la pole position pour Kenta Yamashita sur la no25 VivaC, pas une mince performance quand on sait que la voiture, qui mène le championnat, embarquait 82 kg de lest. C’était la seconde pole position en deux semaines après la Super Formula pour le jeune pilote de la filière Toyota. En seconde position on retrouvait la voiture soeur no18 Up Garage, et l’inattendue 86 MC Mach 5 en troisième position.

Toyota 86 MC VivaC

La meilleure des GT3 était l’AMG GT Hatsune Miku, au quatrième rang, devant les deux Lexus RC F GT3.

AMG GT Goodsmile Racing Hatsune Miku

Course

GT500

JP de Oliveira, malgré tous ses efforts, ne pouvait contenir bien longtemps ses adversaires dans les premiers tour et c’est Koudai Tsukakoshi sur la NSX Keihin no17 qui prenait rapidement le commandement devant Sekiguchi et Baguette. Le premier incident notable se produisait peu après le départ, lorsque Sekiguchi sur la Lexus no19 envoyait involontairement Chiyo sur la GT-R no46 dans les barrières. C’en était fini des chances de bien figurer pour la Nissan.

Honda NSX GT Keihin Real Racing

Le premier ravitaillement était l’occasion de voir entrer en piste pour ses débuts en course de Jenson Button. Malheureusement, le pilote anglais était lâché imprudemment par son équipe dans les roues de la BMW no7 qui arrivait pour ravitailler. Grosse frayeur pour JB au bout de dix mètres, et malheureusement pour lui une pénalité pour l’équipe Mugen. Ce n’allait pas être la fin des ennuis pour la NSX no16 qui allait être victime par la suite de deux crevaisons, l’équipage rejoignant l’arrivée en 12ème position.

Nissan GT-R Autech Motul Nismo

La NSX no17 allait garder le commandement pendant la majeure partie de l’épreuve, alors que derrière les choses étaient nettement plus disputées. La voiture à suivre durant la première partie de la course était la Nissan GT-R Nismo no23, qui remontait graduellement le peloton depuis la douzième place de grille, pour se retrouver en troisième position derrière les Honda no17 et no64 à la mi-course. Bertrand Baguette et Kosuke Matsuura, sur la NSX Epson du Nakajima Racing, assuraient un sans-faute, bien soutenus par des pneus Dunlop nettement plus à la fête que d’habitude et tenaient une solide seconde position.

Derrière les deux premières NSX, la course aura été serrée tout au long des 1000 km, avec des duels constants à tous les étages, donnant lieu à plusieurs incidents de course : la sortie de la Lexus no38, l’accrochage entre la LC500 no36 et la GT-R no12, et surtout, après un duel intense de 20 tours et une défense héroïque de la troisième position, la sortie définitive de Kohei Hirate dans les cinq dernières minutes sur la Lexus SARD no1, victime de pneus à bout d’usure.

Lexus LC500 Denso SARD

Le dernier coup de théâtre était le plus cruel, lorsque la Honda de Tsukakoshi, en vue de la victoire, était victime de l’explosion catastrophique de son pneu arrière gauche, détruisant sa voiture et privant une nouvelle fois d’arrivée à Suzuka le pauvre Tsukakoshi, décidément bien malchanceux à Suzuka.

Honda NSX-GT Epson Nakajima Racing

Kosuke Matsuura sur la NSX no64 héritait du commandement et ramenait au bercail la voiture jusqu’au drapeau à damiers, devant Matsuda auteur d’une superbe remontée sur la GT-R Nismo no23, après un drive through consécutif à une fausse manoeuvre de son équipe lors d’un ravitaillement ramenant la Nissan dans les profondeurs du classement après sa première remontée. La troisième position était pour la Honda Raybrig no100.

GT300

Le début de la course était dominé par la paire des Toyota MC86 VivaC no25 et no18 alors qu’un autre prétendant à la victoire, l’AMG GT LEON CVSTOS no65, s’arrêtait à la fin du premier tour pour une stratégie décalée qui lui permettait de rouler en solitaire.

Les deux MC86 allaient dominer la première partie de l’épreuve, jusqu’à ce qu’un arrêt sous le régime du safety car et la pénalité qui s’en suivit ne mette la no18 Up Garage hors jeu pour la lutte en tête. La no25 VivaC semblait alors se diriger vers la victoire, mais à la fin de l’épreuve, la stratégie osée de l’AMG GT LEON finissait par payer et la Mercedes noire se rapprochait, puis passait Matsui sur la MC86 no25 pour prendre la tête de la course.

Toyota MC 86 Up Garage Bandoh

Ce n’était vraiment pas le jour du team VivaC puisque Matsui était victime dans les derniers tours d’un accrochage avec la Honda NSX no8 qui envoyait la Toyota MC86 dans les barrières et sur le toit, sans dommage heureusement pour le pilote.

C’est donc la Mercedes AMG GT no65 de Haruki Kuroswa et Naoya Gamou qui passait la ligne victorieuse, devant les deux Huracan GT3 du JLOC Racing, la no88 devant la no87, rarement vues à pareille fête. C’est la première victoire à Suzuka pour Mercedes depuis l’époque du championnat du monde FIA-GT.

AMG GT LEON CVSTOS

La victoire de Bertrand Baguette et Kosuke Matsuura sur la Honda NSX GT Epson no64 du Nakajima Racing est hautement significative. C’est la première victoire du team de Satoru Nakajima depuis dix ans en Super GT lorsque Loïc Duval et Fabio Carbone l’avaient emporté à Fuji en novembre 2007. Fidèle aux pneus Dunlop, le Nakajima Racing a longtemps souffert du retard de développement du manufacturier qui n’a pas les moyens de ses concurrents en GT500. Cette victoire devrait donner confiance et allant à l’équipe et à Dunlop pour la suite.

C’est aussi une belle consécration pour Bertrand Baguette. Le pilote belge a fait le choix de venir s’installer et courir au Japon il y a trois ans et jusqu’à présent, le gros travail de développement fourni pour Honda et Dunlop n’avait pas donné de fruits, malgré un certain nombre de courses au fil des ans où Baguette avait montré de belles choses sans pouvoir concrétiser. C’est désormais chose faite, et dans la plus belle course du calendrier.

Le Super GT va maintenant mettre les autos dans le bateau à destination de la Thaïlande pour la course de Buriram, les 7 et 8 octobre avant de revenir en novembre à Motegi pour la dernière course.

Au classement du championnat, la seconde place à Suzuka permet à Quintarelli et Matsuda sur la GT-R Nismo no23 de prendre la tête devant les équipages Lexus no37 et no6 au coude à coude. En GT300, Kurosawa et Gamou prennent le commandement devant l’équipage de l’AMG GT Hatsune Miku, qui n’a pas marqué de points cette fois à cause d’une crevaison en fin d’épreuve.

Crédit photos : PLR/le blog auto

Résultats

46ème International Suzuka 1000 km, 26 et 27 août 2017

GT500

Po No Machine Driver Laps Best Lap Tire WH
1 64 Epson Modulo NSX-GT
Honda NSX GT / HR-417E
Bertrand Baguette
Kosuke Matsuura
171 1’52.068 DL 6
2 23 MOTUL AUTECH GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
171 1’52.791 MI 82
3 100 RAYBRIG NSX-GT
Honda NSX GT / HR-417E
Naoki Yamamoto
Takuya Izawa
171 1’52.474 BS 44
4 19 WedsSport ADVAN LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Yuhi Sekiguchi
Yuji Kunimoto
Kamui Kobayashi
171 1’51.721 YH 26
5 24 Forum Engineering ADVAN GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Daiki Sasaki
Joao Paulo de Oliveira
171 1’51.524 YH 6
6 37 KeePer TOM’S LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Ryo Hirakawa
Nick Cassidy
171 1’53.121 BS 84
7 6 WAKO’S 4CR LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Kazuya Oshima
Andrea Caldarelli
171 1’53.529 BS 86
8 8 ARTA NSX-GT
Honda NSX GT / HR-417E
Tomoki Nojiri
Takashi Kobayashi
171 1’53.247 BS 62
9 36 au TOM’S LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Kazuki Nakajima
James Rossiter
170 1’53.201 BS 88
10 38 ZENT CERUMO LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
169 1’53.043 BS 82
11 12 CALSONIC IMPUL GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Hironobu Yasuda
Jann Mardenborough
169 1’52.409 BS 26
12 16 MOTUL MUGEN NSX-GT
Honda NSX GT / HR-417E
Hideki Mutoh
Daisuke Nakajima
Jenson Button
169 1’52.532 YH 14
13 1 DENSO KOBELCO SARD LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Heikki Kovalainen
Kohei Hirate
168 1’53.243 BS 72
14 46 S Road CRAFTSPORTS GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Satoshi Motoyama
Katsumasa Chiyo
155 1’52.128 MI 46
15 17 KEIHIN NSX-GT
Honda NSX GT / HR-417E
Koudai Tsukakoshi
Takashi Kogure
146 1’51.997 BS 36

GT300

Po No Machine Driver Laps Best Lap Tire WH
1 65 LEON CVSTOS AMG
Mercedes AMG GT3 / M159
Haruki Kurosawa
Naoya Gamou
158 2’01.504 BS 54
2 88 MANEPA LAMBORGHINI GT3
Lamborghini HURACAN GT3 / DFJ
Manabu Orido
Kazuki Hiramine
Koji Yamanishi
158 2’02.515 YH 8
3 87 SHOP CHANNEL LAMBORGHINI GT3
Lamborghini HURACAN GT3 / DFJ
Shinya Hosokawa
Kimiya Sato
Yuya Motojima
158 2’02.435 YH 16
4 60 SYNTIUM LMcorsa RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
Akira Iida
Hiroki Yoshimoto
158 2’02.042 YH 18
5 10 GAINER TANAX triple a GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Ryuichiro Tomita
Hiroki Yoshida
158 2’02.012 DL 10
6 51 JMS P.MU LMcorsa RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
Yuichi Nakayama
Sho Tsuboi
158 2’01.489 BS 60
7 61 SUBARU BRZ R&D SPORT
SUBARU BRZ GT300 / EJ20
Takuto Iguchi
Hideki Yamauchi
158 2’02.785 DL 50
8 9 GULF NAC PORSCHE 911
PORSCHE 911 GT3 R / MA185
Jono Lester
Kyosuke Mineo
158 2’02.420 YH 38
9 11 GAINER TANAX AMG GT3
Mercedes AMG GT3 / M159
Katsuyuki Hiranaka
Bjorn Wirdheim
158 2’02.900 DL 70
10 33 D’station Porsche
PORSCHE 911 GT3 R / MA185
Tomonobu Fujii
Sven Muller
158 2’01.962 YH 40
11 7 Studie BMW M6
BMW M6 GT3 / P63
Jorg Muller
Seiji Ara
Augusto Farfus
158 2’01.922 YH 34
12 52 SAITAMA TOYOPET GreenBrave MARK X MC
TOYOTA MARK X MC / GTA V8
Taku Bamba
Shigekazu Wakisaka
Shogo Mitsuyama
157 2’01.228 YH
13 111 EVA RT TEST-01 Rn-s AMG GT
Mercedes AMG GT3 / M159
Keishi Ishikawa
Ryosei Yamashita
Masayuki Ueda
156 2’02.977 YH
14 3 B-MAX NDDP GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Kazuki Hoshino
Mitsunori Takaboshi
156 2’02.072 YH 28
15 18 UPGARAGE BANDOH 86
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Yuhki Nakayama
Shintaro Kawabata
155 2’01.380 YH 4
16 50 Ferrari 488 GT3
Ferrari 488 GT3 / F154GT
Akihiro Tsuzuki
Morio Nitta
155 2’02.970 YH 30
17 360 RUNUP GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Yusaku Shibata
Atsushi Tanaka
Takayuki Aoki
155 2’03.741 YH
18 25 VivaC 86 MC
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Takamitsu Matsui
Kenta Yamashita
Tsubasa Kondo
154 2’01.986 YH 82
19 4 GOODSMILE HATSUNE MIKU AMG
Mercedes AMG GT3 / M159
Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
153 2’02.263 YH 100
20 35 ARTO 86 MC 101
TOYOTA 86 MC / GTA V8
N.Charoen
Sukhawatana
N.Hortongkum
148 2’05.014 YH
21 22 R’Qs SLS AMG GT3
Mercedes SLS AMG GT3 / M159
Hisashi Wada
Masaki Jyonai
127 2’05.044 YH
22 5 MACH SYAKEN MC86 GTNET
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Natsu Sakaguchi
Kiyoto Fujinami
Tetsuji Tamanaka
119 2’01.707 YH 6
23 2 SYNTIUM Apple LOTUS
LOTUS EVORA MC / GTA V8
Kazuho Takahashi
Hiroki Katoh
Hiroshi Hamaguchi
116 2’02.639 YH
24 30 TOYOTA PRIUS apr GT
TOYOTA PRIUS / RV8K
Hiroaki Nagai
Kota Sasaki
113 2’02.745 YH
48 shokumou.jp GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Hiroshi Takamori
Masaki Tanaka
Masami Kageyama
109 2’04.039 YH
31 TOYOTA PRIUS apr GT
TOYOTA PRIUS / RV8K
Koki Saga
Rintaro Kubo
86 2’03.019 BS 34
21 Hitotsuyama Audi R8 LMS
Audi R8 LMS / DAR
Richard Lyons
Masataka Yanagida
72 2’03.345 DL 2
26 TAISAN SARD R8 FUKUSHIMA
Audi R8 LMS / DAR
Shinnosuke Yamada
Jake Parsons
Christian Klien
47 2’03.623 YH
55 ARTA BMW M6 GT3
BMW M6 GT3 / P63
Shinichi Takagi
Sean Walkinshaw
37 2’03.201 BS 76
117 EIcars BENTLEY GT3
BENTLEY CONTINENTAL GT3 / CND
Yuji Ide
Ryohei Sakaguchi
29 2’04.760 YH

Championnat

GT500

Po No Driver Rd1 Rd2 Rd3 Rd4 Rd5 Rd6 Rd7 Rd8 Total
1 23 Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
4 8 6 8 15 18 59
2 37 Ryo Hirakawa
Nick Cassidy
20 11 5 1 5 6 48
3 6 Kazuya Oshima
Andrea Caldarelli
15 15 11 2 5 48
4 36 James Rossiter 6 6 20 4 8 3 47
5 38 Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
8 21 1 11 2 43
6 36 Kazuki Nakajima 6 20 4 8 3 41
7 1 Heikki Kovalainen
Kohei Hirate
11 4 20 1 36
8 8 Tomoki Nojiri
Takashi Kobayashi
1 2 7 21 4 35
9 100 Naoki Yamamoto
Takuya Izawa
5 12 2 3 13 35
10 64 Bertrand Baguette
Kosuke Matsuura
3 25 28
11 46 Satoshi Motoyama
Katsumasa Chiyo
8 15 23
12 19 Yuhi Sekiguchi 5 1 3 4 10 23
13 19 Yuji Kunimoto 5 3 4 10 22
14 17 Koudai Tsukakoshi
Takashi Kogure
3 15 18
15 12 Hironobu Yasuda
Jann Mardenborough
3 4 6 13
16 24 Daiki Sasaki
Joao Paulo de Oliveira
1 2 9 12
17 19 Kamui Kobayashi 10 10
18 16 Hideki Mutoh
Daisuke Nakajima
2 5 7
19 36 Daisuke Ito 6 6
19 19 Kenta Yamashita 1 1

GT300

Po No Driver Rd1 Rd2 Rd3 Rd4 Rd5 Rd6 Rd7 Rd8 Total
1 65 Haruki Kurosawa
Naoya Gamou
16 6 1 4 25 52
2 4 Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
20 1 6 8 15 50
3 25 Takamitsu Matsui
Kenta Yamashita
8 21 12 1 42
4 11 Katsuyuki Hiranaka
Bjorn Wirdheim
15 20 3 38
5 55 Shinichi Takagi
Sean Walkinshaw
6 11 21 38
6 51 Yuichi Nakayama
Sho Tsuboi
3 20 5 2 6 36
7 61 Takuto Iguchi
Hideki Yamauchi
15 2 8 5 30
8 9 Jono Lester
Kyosuke Mineo
11 1 1 6 4 23
9 88 Manabu Orido
Kazuki Hiramine
4 18 22
10 33 Tomonobu Fujii 2 11 4 3 2 22
11 87 Shinya Hosokawa
Kimiya Sato
Yuya Motojima
8 13 21
12 60 Akira Iida
Hiroki Yoshimoto
3 6 10 19
13 31 Koki Saga
Rintaro Kubo
1 5 11 17
14 7 Jorg Muller
Seiji Ara
4 8 5 17
15 50 Akihiro Tsuzuki
Morio Nitta
15 15
16 33 Sven Muller 2 11 2 15
17 3 Kazuki Hoshino
Mitsunori Takaboshi
4 5 2 3 14
18 10 Ryuichiro Tomita
Hiroki Yoshida
5 8 13
19 33 Andre Couto 4 4
20 5 Natsu Sakaguchi
Kiyoto Fujinami
3 3
21 18 Yuhki Nakayama
Shintaro Kawabata
2 2
22 21 Richard Lyons
Masataka Yanagida
1 1
23 25 Tsubasa Kondo 1 1

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Super GT 2017-6 : Honda pour la dernière des 1000 km de Suzuka"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
trinita84
Invité

Super championnat a visionné sur YouTube pour ceux qui veulent
Les voitures sont magnifiques les circuits aussi et ces 1000 kms de Suzuka était réussi

Thibaut Emme
Admin

Superbes photos ! (comme d’hab 😉 ).
Déjà dit mais voir des GT aller aussi vite me fait regretter les protos du Mans (même si on sait bien que ces GT n’ont rien à voir avec la voiture de série).

Elles ne tournent « que » à 15/20 secondes des F1…pas si pire 🙂
Dommage de ne pouvoir comparer avec les LMP1 qui tournent à Fuji.

labradaauto
Invité

oui , merci superbe clichés. Les pneumatiques actuels ont fait faire d’énormes progrès à la technologie des trains roulants. les autos sont bien sur la piste ! mais si on les extrait pour les mettre en côte parfois, ça devient dangereux ! ça va trop vite !

Panda des Neiges
Invité
En 2016, les LMP1 privées (No. 13 Rebellion Racing) faisaient 1’28.837 sur le Fuji Speedway en qualification, les LMP1 usines sont 4-5 secondes plus rapides (https://en.wikipedia.org/wiki/2016_6_Hours_of_Fuji). Les LMP2 tournaient en 1’31.698 En 2017, la pole pour les GT 500 GT 500 s’est établie a 1’29.104 pour l’ARTA NSX (https://supergt.net/results/index/2017/Round5/3/gt500). En résumé, les GT 500 se situent a peu près au niveau des LMP1 privés, un chouia plus lentes. Les LMP2 sont beaucoup plus lentes. Les DPi IMSA nord-américaines sont au niveau des LMP2, plus lentes. Le GT 500 est juste apres les LMP1 dans la hiérarchie des voitures de course… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin

Quel enthousiasme en effet 😀 cela fait plaisir à lire 😉

Pour le ballast, c’est une BoP étalée sur le championnat. C’est faisable quand on n’a pas des circuits ultra-spécifiques comme le circuit des 24 Heures (low downforce, etc.).
Mais on peut envisager le même système.

Difficile de les considérer encore comme GT, mais après tout, les GTE ne le sont déjà pas vraiment 😉

Invité
« La couverture médiatique est ultra pauvre en anglais, inexistante dans une autre langue que le japonais » Pas tout à fait inexistante quand même… Pour prêcher pour notre paroisse, le blog auto suit le championnat depuis 2007, seul média non japonais accrédité de façon régulière sur place 🙂 Il y a aussi Endurance Info, avec le camarade Laurent Mercier qui vient tous les ans, et Claude Foubert, qui connaît très bien le championnat… En langue anglaise je conseille l’excellent site Super GT World, tenu par le sympathique et très connaisseur RJ O’Connell, toujours prêt à dégainer la statistique qui va bien,… Lire la suite >>
Panda des Neiges
Invité
C’est tout a fait vrai et c’est bien une des raisons qui me font suivre ce blog (et Super GT World), et je vous en remercie ! Vous avez un rapport détaillé de (presque) chaque course, la présentation des voitures au début de chaque année, ainsi que les évènements majeurs (discussions DTM – super GT, Button aux 1000km de Suzuka). Mais je regrette une vision de l’intérieur, celle des pilotes, des teams. Et c’est plutôt le manque d’implication coté japonais que je voulais souligner. Le promoteur (AutoBacs) ne cherche pas à externaliser la discipline (son marché étant principalement japonais, bien… Lire la suite >>
labradaauto
Invité

précisions ! merci !!! pour le bon commentaire et oui l’enthousiasme.
Le public français marche aux chaines nationales et est loin de ces précisions. sur la 21, c’est le ballon beaucoup

Béret vert
Invité

Le blog auto est une référence pour qui s’intéresse aux… autos et au Japon !

Frederic Papkoff
Admin

Merci… mais on ne s’intéresse pas qu’au Japon. Quoique cet été…

r-motor
Invité

Je me poser une question…dans les gt300 au japon on retrouve des GT3 européennes mais y a t-il un équivalent européens aux GT 500???

wpDiscuz