Accueil Coupés Un été au Japon : Toyota Soarer Z10 (1981-1986)

Un été au Japon : Toyota Soarer Z10 (1981-1986)

1077
2
PARTAGER
Toyota Soarer Z10 (1981-1986)

Le salon d’Osaka accueille en 1980 la présentation du concept Toyota EX-8. Qui deviendra dès le début 1981 la Toyota Soarer. Un grand coupé haut de gamme est confortable, cousin de la Supra.

Après l’échec commercial de la 2000GT, Toyota a revu sa stratégie en matière de coupés, avec une offre plus modeste. Pour commencer. Ainsi est née la Celica, enrichie à sa seconde génération de la Celica Supra, ou Supra. Et à l’approche de la troisième génération, Toyota ajoute un troisième membre à cette famille, la Soarer. Dont le nom dérive du mot anglais « soar », essor, ici au superlatif.

Un coupé plutôt haut de gamme et confortable sur la même base que la Supra A60. Et concurrent alors des Mazda Cosmo (alias 929 Coupé) ou Nissan Leopard. La stratégie de montée en gamme doit alors permettre de mieux se positionner sur le marché américain, et d’améliorer le chiffre d’affaires sur un marché européen régulé par des quotas de ventes. La première génération sera écoulée à près de 300 000 unités en 5 ans seulement… C’est donc un véritable succès.

Toyota Soarer (1981-1986)

Partageant donc sa base avec la Supra, la Soarer n’a toutefois pas de prétention sportive. Et son style est représentatif de celui de son époque, et de ces grands coupés confortables: ligne très horizontale, larges surfaces vitrées, phares double optiques, portes autoclaves, grands feux rectangulaires… Et à bord de bons gros sièges d’allure très moelleuse. Un genre qui n’a plus droit de cité aujourd’hui ou le moindre coupé doit être racé et doté de surfaces vitrées de sous-marin. On notera le logo représentant un lion ailé.

Concrétisant une ambition de monter en gamme, la Soarer remplace la MarkII Coupé, et sera élue voiture de l’année au Japon en 1981. C’est qu’elle n’est pas avare en nouveautés technologiques : instrumentation électronique, commandes tactiles pour la climatisation régulée, suspension pilotée, messages vocaux. Le système audio est signé Technics.

Toyota Soarer (1981-1986)

6 cylindres en ligne uniquement

Moteur avant et propulsion, la Toyota Soarer ne s’équipe que de moteurs à 6 cylindres en ligne. Mais avec des cylindrées qui vont de 2.0 à 3.0. Au lancement, la Soarer s’équipe donc d’un 2.8 de 170 ch et d’un 2.0 12 soupapes de 125 ch. L’offre est complétée quelques mois plus tard par un 2.0 Turbo (toujours 6 cylindres donc) de 145 ch, et le moteur d’accès disparaît en 1982. En 1983, un 2.0 atmo, mais à 24 soupapes, est lancé, avec 160 ch. La puissance du 2.8 est portée à 175 ch en 1984, et il cède sa place en 1985 à un nouveau 3.0 de 190 ch.

L’offre est assez large, avec un 2.0 atmosphérique 12 soupapes de 125 ch, le même en 24 soupapes et 140 ch, un 2.0 Turbo de 145 ch, un 2.8 de 170 ch et un 3.0 de 190 ch qui arrivera en 1985.

Une gamme de motorisations assez large pour ce grand coupé (4655 mm de long), qui reste malgré tout classé comme une compacte au Japon. Sa largeur est en effet limitée à 1695 mm. La seconde génération (Z20) sera parfaitement dans la continuité stylistique. Mais en 1991, la Soarer Z30 deviendra aussi la Lexus SC. avec des ambitions plus haut de gamme encore avec un moteur V8, et plus internationales avec une largeur portée à 1790 mm.

Crédit illustrations : Toyota

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Un été au Japon : Toyota Soarer Z10 (1981-1986)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
klm
Invité

article et voiture extrêmement intéressant.

panama
Invité

Un joli classique des années 80.
Pour la remarque sur les coupés « doté de surfaces vitrées de sous-marin », je me demande finalement si ce n’est pas une explication de leur quasi disparition – à part chez les BAM bien sûr.

wpDiscuz