Accueil Historique Un été au Japon – Honda Prelude I (1978-1982)

Un été au Japon – Honda Prelude I (1978-1982)

447
9
PARTAGER

Présenté à l’automne 1978 comme « sportif », le style de la Prelude première du nom s’aligne sur les canons en vigueur outre atlantique. Très bas, avec une hauteur inférieure à 1m30, le coupé repose sur un empattement court, alors que sa largeur, supérieure aux Accord, lui donne un style plus dynamique que celui des autres modèles de la gamme. Derrière ce supplément de sportivité et ce style un peu baroque, se cache un véhicule offrant une grande facilité de conduite. Une douceur de fonctionnement encore rare à la fin des années 70, associée à un équipement riche. Direction assistée, vitres électriques, radio intégrée réglable depuis le volant ou encore toit ouvrant font partie et de l’équipement de série. Ce toit ouvrant est un signe distinctif de toutes les Prelude à venir. De dimension généreuse, il est en verre, et à commande électrique. Une révolution !
On l’a compris, ce coupé tourne la page des « Sports Car » britanniques et des « muscle car » américains. Adieu, bruit, inconfort et appétit en carburant, la Prelude fait la part belle à une forme de conduite dynamique, mais décontractée. On peut voir la Scirocco ou l’Alfasud Sprint comme des concurrentes directes. Ces dernières évolueront sur la voie tracée par les GTI, alors que la Prelude optera pour toujours plus de contenu technologique (Roues directrices 4ws, répartition du couple ATTS…).

La Prelude doit beaucoup à la Civic et à l’Accord. Elle reprend les préceptes en vigueur chez Honda. Traction avant, moteur transversal, arbre à cames en tête et 4 roues indépendantes.  La mécanique de cette première génération provient directement de l’Accord. Un 1751cm3 CVCC pour le marché Nord-Américain et un 1602cm3 en Europe, soit environ  80cv pour tout le monde. Une puissance modeste, à rapporter au poids mesuré de 850kg, mais l’essentiel est ailleurs. Nombre d’acheteurs optent d’ailleurs pour la boite automatique. Il classe en France le coupé dans la catégorie avantageuse ses 6cv fiscaux contre 8cv à la boite 5 vitesses. Les trains roulants préfigurent ceux de la Civic de 2ème génération, avec une barre stabilisatrice arrière, spécifique à la Prelude. L’intérieur étonne, avec gros compteur intégrant compte tours et compteur de vitesse auquel un satellite de commande de la radio est greffé. A contrario, la Prelude se contente d’une classique malle à l’arrière. Qui s’agrémente en option d’une véronique ! Clin d’œil baroque de ce coupé, à une époque ou Excalibur et autres Clénet sont à la mode.

Le tableau de bord reviendra a plus de classicisme lors d’un léger restylage effectué en 1981. Pour l’occasion la calandre, modifiée, inaugure un nouveau logo Honda. Un H encadré, disposé au centre de la calandre. Un signe distinctif toujours en vigueur de nos jours.
Malgré un accueil parfois sarcastique de la presse, la Prelude se vend bien. Plus de 300.000 exemplaires seront produits, dont la moitié destinés au marché Nord-Américain. En France il s’en vendra 1616 unités en 1980. Un chiffre annuel de ventes qui ne sera dépassé que par la 3ème génération en 1988. Le succès est au rendez-vous et décide Honda à faire de ce modèle un porte drapeau de sa différence et de son savoir-faire. La deuxième génération va profondément évoluer.

Photos Honda

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Un été au Japon – Honda Prelude I (1978-1982)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Béret vert
Invité

Superbe !

Olivier
Invité

Qu’est ce qu’une véronique?

Thibaut Emme
Admin

Ce sont les élégants porte-bagages extérieurs que l’on trouve sur les petits coupés ou cabriolets pour embarquer plus de valises avec soi 🙂

Invité

Porte bagages fixé sur la malle arrière. Beaucoup de petits cabrios des années 50 à 70 en étaient équipés en accessoire.

Lolo
Invité

Comme sur une 206cc par ex. J’ignorais aussi ce terme !

panama
Invité

J’en ai eu une d’occasion, une semi-automatique noire à intérieur rouge. Les vitesses se changeaient au levier.
Très bonne voiture, à la consommation pas vraiment frugale surtout en ville.
Voiture branchée à son époque, mais qui était difficile à avoir, à cause des restrictions d’importation. Un grand classique de Honda.

Gautier Bottet
Editor

Dire qu’à cette époque, un coupé de ce type mesurait autant qu’une citadine aujourd’hui : 4m09…

labradaauto
Invité

…je crois que le top du moment de cette auto fût une des 1ères à avoir 4 roues directrices – Belle auto !

Gautier Bottet
Editor

Oui, la Prélude III fut la première avec 4 roues directrices. Sujet à venir dans la rubrique « Un été au Japon » sur d’autres générations de Prélude…

wpDiscuz