Accueil Endurance 24 Heures du Mans 2017 – Conférence ACO : le règlement 2020...

24 Heures du Mans 2017 – Conférence ACO : le règlement 2020 esquissé

421
0
PARTAGER

L’Automobile Club de l’Ouest tenait son habituelle conférence de presse ce matin. L’ACO qui aime voir loin pour pérenniser l’épreuve sarthoise, a esquisser ce que pourrait être le règlement LMP1 2020 histoire de faire quelques appels du pieds aux constructeurs.

Mise en bouche fournie

Pour ouvrir la traditionnelle conférence de Presse d’avant course, le Président Pierre Fillon se plut à se réjouir que cette 85ème édition s’annonce sous les meilleures auspices pour nous proposer une grande course.

La maquette du challenge Design Michelin Motorsports présentant la voiture des 24 heures dans 30 ans, ayant obtenu le premier prix parmi les 1400 dessins issus de 850 pays, fut largement saluée, tout comme d’ailleurs Mark Webber nommé grand Marshall pour cette course.

Un hommage particulier fut rendu à David Richards pour son attachement à l’épreuve des  24 heures. Nous vous proposerons une interview exclusive du grand David d’ici peu.

Une LMP3 Ligier  fut présentée dans la perspective d’une coupe intercontinentale à définir en septembre  prochain, avec des courses en Asie, aux USA, en Europe avec des finales régionales et une grande finale tournante selon les années.

LMP1 2020 : les grandes lignes

Les nombreux invités et journalistes présents, étaient dans l’attente d’une communication quant au futur, nouveau règlement concernant les LMP1. On savait que les constructeurs, l’ACO et la FIA discutaient depuis des mois quant à une nouvelle mouture des règles applicables aux protos d’usine pour la saison 2020. Le grand brassage des idées a bien eu lieu, avec le double impératif de simplifier les règles  et de limiter les coûts.

C’est ainsi, que cinq objectifs majeurs ont guidé les discussions :

• Adaptation des technologies aux véhicules de route ;
• Maîtrise des coûts ;
• Diversité technologique ;
• Homogénéité des performances ;
• Conserver l’attrait pour les spectateurs, les sponsors et les médias, avec des performances de haut niveau et toujours améliorées.

Des LMP1 Hybrid plug-in, une seule spécification aéro pour l’année

Afin de répondre au mieux aux attentes des constructeurs aujourd’hui très investis dans le développement du Hybrid Plug-in, qui permet de rouler en électrique sur de courtes distances puis de passer en mode moteur à combustion pour les plus longues distances, un règlement révolutionnaire entrera en vigueur dès 2020. Il permettra ainsi d’avoir des performances et des qualités identiques et même supérieures aux voitures actuelles, tout en réduisant toujours plus le recours aux énergies fossiles et les émissions de gaz toxiques.

Six grands principes régiront ce règlement :

• Atteindre zéro émission et recharge rapide : une nouvelle technologie de route sera appliquée à la course : le Hybrid Plug-in. Les voitures auront une charge électrique rapide en même temps que le ravitaillement en carburant.

Grâce à cela, elles devront :
o Couvrir le 1er kilomètre après chaque ravitaillement en mode électrique complet à un niveau de performance jusque-là inégalé en compétition ;
o Franchir la ligne d’arrivée en totale autonomie électrique (les modalités sont en cours de définition)

• Renforcer la sécurité : l’adaptation de la monocoque sera faite selon les modalités initialement prévues en 2018 :

o Imposition d’un volume libre autour du casque du pilote ;
o Imposition d’un espace d’habitabilité cockpit plus grand (1 500 mm) avec des pédales réglables ; o Volume de jambes légèrement modifié pour faciliter le changement de pilote ;
o Mousse de protection pour les jambes du pilote ;
o Tests de résistance de la monocoque et des structures d’absorption de crash avant et arrière plus sévères ;
o Gabarits d’habitabilité et de visibilité améliorés.

• Garder deux systèmes de récupération d’énergie, toujours limités à 8MJ (même taille que ceux engagés actuellement) ;

• Une seule configuration aérodynamique pour toute la saison (contre 2 aujourd’hui) mais, mise en place d’une aérodynamique active, de type ailerons variables (à l’arrière et à l’avant). Le tout pour augmenter l’efficacité de la voiture et compenser les restrictions de développement aérodynamiques mises en place pour réduire les coûts ;

• Intégration de biocarburants : augmenter l’intégration d’autres types de carburants plus évolués, en étroite collaboration avec la stratégie des fournisseurs ;

• Introduction de nouvelles énergies : en parallèle, les travaux de recherche sur les nouvelles énergies de type hydrogène continuent, avec un objectif d’introduction ultérieure.

La limite des coûts pour attirer les constructeurs

On ajoutera  qu’une réduction  de 65 à 50 personnes par auto est également prévue tout comme à une stabilité dudit règlement garantie pendant 4 ans. On l’aura compris, ce règlement se veut attractif pour attirer d’autres constructeurs, tout en présentant des voitures, dont la philosophie soit en adéquation avec ce qui se passe dans la vie de tous les jours, les 24 heures entendant bien demeurer le laboratoire du futur.

Jacky Ickx présent à cette conférence de Presse se montra fort intéressé par l’évolution à venir du règlement et il échangea longuement avec Norbert Singer, l’ancien ingénieur en chef chez Porsche quand Jacky trustait les victoires pour la firme de Stuttgart.

Alain Monnot texte et photos (sauf 2-Michelin)

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz