Accueil F3 Indycar 2017 : Grand Prix d’Indianapolis

Indycar 2017 : Grand Prix d’Indianapolis

213
0
PARTAGER

More Poooower ! A Indianapolis, Will Power (Penske) a planqué le chat noir qui le poursuit depuis le début de l’année. Il s’impose sans jamais avoir été vraiment menacé. C’est sa première victoire en Indycar de l’année.

F1600

Avant de nous rendre à Indianapolis, faisons un tour par Mid-Ohio. C’est là qu’à lieu la deuxième manche de F1600. Première ligne 100% Pelfrey avec Jonathan Kotyk devant Matthew Cowley.

Cowley prend le dessus sur son équipier au feu vert. Fait rarissime en F1600, il effectue une course au large. Kotyk se rattraper par le gruppetto, qui lui passe dessus. Zach Holden (K-Hill) est 2e, devant Yuven Sudaramoorthy (K-Hill.) Ce dernier réussit à doubler Holden, mais il ne résiste pas à une remontée de Lance Fenderson (K-Hill.) Dans le dernier tour, Sudaramoorthy réussit à se dédoubler.

Cowley, Sudaramoorthy et Fenderson montent donc dans cet ordre sur le podium.

Pour la course 2, Cowley a Holden à ses trousses. Derrière, Sudaramoorthy, Kotyk, Fenderson et David Osbourne (Pelfrey) sont en lutte pour la 3e place. L’ordre change à chaque tour et il y a parfois trois monoplaces de front ! Comme dans la course 2, Sudaramoorthy donne un coup de rein supplémentaire dans le dernier tour, afin d’être en tête du groupe de chasse.

Cowley, Holden et Sudaramoorthy passent dans cet ordre devant le starter.

Lors de la course 3, c’est Holden le chassé et Cowley le chasseur. Derrière, on retrouve notre groupe de chasse avec cette fois Osborne, Kotyk, Fenderson, Sudaramoorthy et le vétéran Joe Colasacco (Auriana.) En vue de l’arrivée, il y a un contact. La course est finie pour Osborne et Kotyk. Lorsqu’Holden arrive sur les drapeaux jaunes, il est déconcentré. Cowley en profite et il vire en tête. Cette fois, Fenderson empêche Sudaramoorthy de prendre in extremis les commandes du peloton.

Triplé de Cowley, cette fois encadré par Holden et Fenderson.

US F2000

Fin de l’interlude, retour à Indianapolis. Pour rappel, dans le cadre du « Grand Prix d’Indianapolis », toutes les compétitions empruntent le circuit routier, comme les F1 en leur temps.

Le turnover continue dans le team Benik. Après Toby Sowery, c’est Callan O’Keefe (d’ordinaire en British F3), qui pilote la 2e voiture.

Aux essais, comme d’habitude, Oliver Askew (Cape Motorsports) est impérial.

Au départ, Askew s’envole devant Kaylen Frederick (Pelfrey.) 3e sur la grille, Ricky Donison (Cape Motorsport) se fait déposer par Calvin Ming (Pabst.) Il y a de la friction dans le peloton est les drapeaux jaunes sont agités.
Au restart, Askew reprend sa course en solitaire. Ming taquine Frederick, avant de décider de laisser filer son ancien équipier de F1600.

Askew passe devant le starter en 1er, suivi bien plus tard par Frederick et Ming.

Le lendemain, on retrouve Askew et Frederick. Tout le monde ne passe pas la chicane et les drapeaux jaunes sont agités.
Rinus VeeKay (Pabst) grille la politesse à Frederick. Le collégien (au sens français du terme) part complètement à la dérive. Dakota Dickerson (Newman Wachs) et Robert Megennis (Pelfrey) sont en lutte pour la médaille de bronze. Puis Parker Thompson (Exclusive) double Megennis et harcèle Dickerson. O’Keefe déboite également Megennis et l’ex-pilote Red Bull de rêver à un gros résultat… Mais sa Tatuus le trahit et voilà le Sud-Africain en mauvaise posture. Drapeaux jaunes.
Il ne reste qu’un tour de course. En tête, Askew a tôt fait de semer le peloton. L’action concerne plutôt la 3e place. Thompson se loupe à la reprise, laissant filer Megennis, Frederick et Kory Enders (DEForce Racing.) Dickerson et Megennis sont victime d’une panne de cerveau collective. Thompson repasse Enders. Néanmoins, Frederick est trop loin.

Doublé d’Askew, entouré par VeeKay et Frederick.

A Indianapolis, Askew a été une nouvelle fois sur un autre planète. Même l’US F2000 le reconnait, après 5 victoires en 6 courses et 188 points, il a pris une sérieuse option sur le titre. Même s’il était absent au prochain meeting (Road America), il resterait en tête ! 2e à 128 points, VeeKay effectue néanmoins de bons débuts. Quant à Frederick, 3e à 110 points, il faut se rappeler qu’il fêtera ses 15 ans dans un mois !

Pro Mazda

Victor Franzoni (Juncos) décroche la pole.

Lors du tour de lancement, Franzoni tente de ralentir le peloton. Raté : au drapeau vert, Anthony Martin (Cape Motorsports), TJ Fischer (Pelfrey), Carlos Cunha (Pelfrey) et Nikita Lastochkin (Pelfrey) débordent le poleman. Le Brésilien réussit néanmoins à repasser des concurrents et il pointe 2e au premier passage. Franzoni a alors Martin en ligne de mire. Il lui faut trois autres tours pour le rattraper. La première tentative de dépassement est un échec, ça passe à la seconde.

Premier succès en Pro Mazda de Franzoni. Martin est 2e et Fisher, 3e.

Cette fois-ci, Franzoni ne fait pas de bêtises et il met les gaz au drapeau vert. Fisher et Cunha, respectivement 2e et 3e, se satisfont de ce qu’ils ont. Martin, lui, voudrait mieux. Mais il doit d’abord semer Lastochkin avant de penser au podium…

Doublé de Franzoni. Fisher et Cunha l’encadrent sur le podium.

Week-end parfait pour Franzoni, qui quitte Indianapolis avec 116 points. Martin descend au 2e rang, à 110 points. Fisher est 3e, à 91 points.

Indy Lights

Cocorico ! Le Français Nico Jamin (Andretti) est en pole.

Derrière Jamin, c’est la folie au départ ! Colton Herta (Andretti-Steinbrenner) et Aaron Telitz (Berlardi) fendent le peloton. Kyle Kaiser (Juncos) et Neil Alberico (Carlin) ne lâchent rien, mais tout ce beau monde arrive à prendre sa place sans encombre. Voilà Herta 2e, Kaiser 3e et Alberico, 4e. Herta tente de rattraper le leader. Néanmoins, le Français est trop rapide. Derrière, Zacharie Claman de Melo (Carlin) prend la 4e place à Alberico. Coup de théâtre : Herta est victime d’une crevaison lente ; Jamin peut lever le pied. Kaiser et Claman de Melo en profitent pour se rapprocher. Le Canadien double le vétéran et il poursuit le leader. Trop tard.

Nouveau succès de Jamin en Indy Lights. Claman de Melo est 2e et Kaiser, 3e.

Kaiser est en pole. Le départ a lieu sur l’anneau. Santiago Urrutia (Belardi) profite de la largueur de la piste pour doubler Neil Alberico (Carlin) et Matheus Leist (Carlin.) L’Uruguayen rattrape Kaiser et lui mène la vie dure. Le leader lui ferme la porte et Urrutia part jardiner. A son retour en piste, Leist est passé. Urrutia, qui a visiblement faim, harcèle le Brésilien et il finit par trouver l’ouverture. Dans le dernier tour, Alberico veut également dépasser Leist et monter ainsi sur le podium. Il y a contact et l’Américain y laisse son aileron. Jamin en profite pour lui chiper sa 4e place.

On obtient donc un tiercé Kaiser, Urrutia, Leist.

Après Indianapolis, le classement est chamboulé. Kaiser est le nouveau leader, avec 139 points. Jamin passe 2e, à 126 points. Quant à Herta, jusqu’ici en tête, il dégringole au 3e rang, à 121 points.

Indycar

A l’occasion de ce Grand Prix d’Indianapolis, Juan Pablo Montoya (Penske) revient. Une Penske, en l’occurrence celle de Will Power est en pole position. Faut-il encore s’en étonner ?

Au drapeau vert, Power sème le peloton. Derrière, Marco Andretti (Andretti) touche Tony Kanaan (Ganassi) et le Brésilien part en tête-à-queue. Pas de bobo, ni de drapeaux jaunes. Au troisième passage, Sébastien Bourdais (Dale Coyne) effectue un « toudroi ». En fait, son Honda a expiré et le Manceau préfère se ranger dans un coin, sans gêner les autres. Pendant ce temps, Andretti effectue un drive-through, en guise de punition pour sa touchette. Il ne se passe pas grand chose en piste. La seule action, c’est la remontée de Ryan Hunter-Reay (Andretti) jusqu’à la 5e place. Spencer Pigot (Carpenter) effectue ensuite une passe d’arme avec l’ancien champion. Puis c’est la vague des arrêts aux stands. Helio Castroneves (Penske) hérite brièvement de la tête. Hunter-Reay et Josef Newgarden (Penske) rentrent ensemble. Le pilote Andretti tente d’effectuer un arrêt plus court, mais le jeune loup conserve sa 4e place. Newgarden doit ensuite effectuer un drive-through pour vitesse excessive dans les stands… Et lors de son drive-through, il roule trop vite ! L’homme du deuxième segment, c’est Simon Pagenaud (Penske), qui rentre dans le top 5. Puis c’est la deuxième vague d’arrêts. Castroneves tente le pari des tendres. Râté. Non seulement il laisse filer Power, mais il ne parvient pas à retenir ni Scott Dixon (Ganassi), ni Hunter-Reay. En vue de l’arrivée, Pagenaud (Penske) le passe également.

Triomphe sans appel de Power, son premier en 2017. Dixon et Hunter-Reay complètent ce podium d’Indianapolis.

Au classement, Pagenaud conserve la tête, avec 191 points. Dixon, toujours aussi régulier, se rapproche avec 181 points. Il est le seul « non-Penske » du top 5 ! Week-end à oublier pour Newgarden, 3e à 152 points… Mais le plus malchanceux est Bourdais, qui plonge jusqu’au 7e rang, à 136 points.

La semaine prochaine, le circuit va reprendre son aspect normal. L’infield sera fermé et l’ovale, rouvert. Puis ce sera le début des essais des 500 miles d’Indianapolis.

Crédits photos : GM (photos 1 et 18 à 20), Mathisen Media (photos 2 à 5), US F2000 (photos 6 à 9), Pro Mazda (photos 10 à 13) et Indy Lights (photos 14 à 17.)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz