Accueil Indycar Indycar 2017 : Long Beach

Indycar 2017 : Long Beach

150
0
PARTAGER

D’ordinaire, les gens se plaignent qu’en Indycar, à Long Beach, il ne se passe rien. Mais la victoire surprenante de James Hinchcliffe (Sam Schmidt) fait mentir les détracteurs !

Les essais

Pas de « Road to Indy », à Long Beach. On passe donc directement à l’Indycar.

Scott Dixon (Ganassi) domine les essais libres, mais c’est Helio Castroneves (Penske) le plus rapide lors des qualifications. Après deux saisons sans victoire, le Brésilien peut-il s’imposer à Long Beach ? Simon Pagenaud (Penske) est accusé d’avoir bouchonné son équipier et il doit partir en queue de peloton.

La course

C’est un début complètement fou ! Castroneves reste apathique devant le drapeau vert et Dixon prend la tête. En queue de peloton, Will Power (Penske) et Charlie Kimball (Ganassi) chahutent. Pour la deuxième fois de suite, la course de l’Américain s’arrête dans le premier tour. Power repart après un long arrêt aux stands. Sébastien Bourdais (Dale Coyne) perd son aileron arrière, tandis que Pagenaud roule sur un débris. Les drapeaux jaunes sont bien sûr agités.
Au restart, Dixon mène devant Ryan Hunter-Reay (Andretti) et James Hinchcliffe (Sam Schmidt.) Derrière, Pagenaud roule avec le couteau entre les dents, entrant dans le top 10 ! Marco Andretti (Andretti) oublie de prendre un virage et il se sort tout seul. Ganassi pense qu’il y aura une neutralisation. Dixon rentre aux stands… Mais rien ne se passe. Hunter-Reay est le nouveau leader, devant Hinchcliffe et Alexander Rossi (Andretti-Bryan Herta), qui vient de doubler Graham Rahal (Rahal.) A la faveur des ravitaillements, Dixon se retrouve de nouveau brièvement en tête. Puis l’on retrouve Hunter-Reay, Hinchcliffe et Rossi. Grâce à une bonne stratégie, Bourdais remonte au 4e rang. « Hinchtown » retarde son deuxième arrêt. Un coup de poker qui lui permet de ressortir devant Hunter-Reay. Josef Newgarden (Penske) sauve l’honneur du clan Chevy en s’offrant Dixon, alors 4e. Puis, à la surprise générale, le Honda de Rossi s’éteint. Les « jaunes » sont agités.
Castroneves, décidément maudit, roule trop vite dans les stands. Il est condamné d’un drive-through… Où il effectue de nouveau un excès de vitesse. Cette fois, il est condamné à repartir dernier. Lorsque le drapeau vert réapparait, Hinchcliffe mène devant Hunter-Reay. Grâce à l’abandon de Rossi, Bourdais passe 3e et Newgarden, 4e. Derrière, Mikhail Aleshin (Sam Schmidt) tape Tony Kanaan (Ganassi), qui y laisse son aileron. Rahal est victime d’une crevaison lente, qui lui coute tout espoir de podium. Le team Andretti sombre : Takuma Sato sort de la piste et comme Rossi, Hunter-Reay est trahi par sa mécanique. L’ex-leader provoque des drapeaux jaunes.
Il ne reste plus que quatre tours. Hinchcliffe fonce sans se poser de questions et il passe en premier devant le starter. Sur la ligne d’arrivée, JR Hildebrand (Carpenter) et Aleshin se percutent. Main cassé, le pilote Américain pourrait être forfait à Barber Park.

Hinchcliffe, qui n’avait plus rien gagné depuis la Nouvelle-Orléans, en 2015, laisse éclater sa joie. 2e, Bourdais a été un grand stratège. Quant à Newgarden, il s’offre un premier podium chez Penske. Signalons au passage que c’est le deuxième succès consécutif d’un Honda sur un « routier ». Le motoriste japonais semble avoir rattrapé son retard sur Chevrolet.
Pagenaud est 5e.

Vainqueur à St Petersburg, Bourdais reste leader du classement, avec 93 points. Grâce à son succès à Long Beach, Hinchcliffe remonte au 2e rang, à 74 points. Quant à Pagenaud, le voilà 3e à 71 points.

Crédits photos : Honda (photos 1 et 3), Penske (photo 2) et Dale Coyne (photo 4.)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz