Accueil Constructeurs La Volvo 262C souffle ses quarante bougies

La Volvo 262C souffle ses quarante bougies

292
5
PARTAGER

Le constructeur suédois se repenche sur son histoire, et nous rappelle que son coupé à toit tronqué (ou chop-top) fête cette année ses quarante printemps. Succédant au coupé 262GL qui ne se différenciait de la berline 264 que par l’ablation des portes arrière, la 262C pousse quant à elle plus loin le curseur dans l’originalité et le grand luxe. Petit retour sur cette suédoise originale à l’accent italien…

Lorsque l’on songe au constructeur de Göteborg, on pense le plus souvent en premier lieu à ses solides berlines et breaks, dont la réputation d’indestructibilité et de robustesse n’est plus à démontrer. Et au style rigoureux sans grande fantaisie. Pourtant, au salon de Genève de 1977, Volvo créait une petite surprise en présentant l’original coupé 262C, dont le toit a été rabaissé de près de six centimètres et le pare-brise généreusement incliné vers l’habitacle.

Le style, dû au styliste italien Sergio Coggiola (qui compte aussi à son palmarès une autre suédoise, la Saab Sonett III), fait écho aux souhaits du président de Volvo, Pehr G Gyllenhammar, de disposer dans la gamme 200 d’un luxueux coupé pour les Etats-Unis, le principal marché à l’export de la marque. Pour ce faire, une honnête et placide berline 164 utilisée par Volvo pour tester de nouveaux intérieurs fut envoyée en Italie afin de servir de prototype. Là, elle fut transformée en deux portes, son toit abaissé et recouvert de vinyle, et ses montants arrière furent ornés de trois couronnes représentant les armoiries de la Suède (qui furent remplacées par une seule couronne sur le modèle de production).

L’assemblage de la 262C est assuré par la Carozzeria Bertone en Italie, qui s’occupait déjà d’assembler la 264 Limousine, et qui plus tard produit mais également dessina le coupé 780 de 1985. A l’époque, Volvo n’est pas en mesure d’assurer dans son usine de Göteborg la production d’un véhicule de niche ; aussi est-il décidé d’envoyer à Bertone les 262C en kit, où elles sont alors modifiées, peintes et assemblées. Seuls les badges situés derrière les arches de roues avant permettent de savoir que la 262C a été construite chez Bertone.

Intérieurement, part belle est faite au cuir, qui équipe non seulement les sièges, mais également les appuie-tête, contre-portes et ciel de toit. Le tableau de bord, quant à lui, se pare également de bois. Les premières années de construction, la 262C n’était disponible qu’en gris métallisé et toit vinyle. Ce n’est qu’à partir de 1979 qu’elle fut proposée couleur or et sans le toit vinyle. La même année, elle reçut également le restyling dont bénéficia toute la série 200, avec notamment des feux arrière plus enveloppants. Enfin, à compter de 1980, trois couleurs étaient au catalogue : noir, bleu ciel et gris, assorties du toit en vinyle. Cette même année, le modèle prend USA la dénomination ‘Volvo Coupé’.

Quant à la mécanique, on retrouve le fameux V6 PRV, fruit de la collaboration entre Volvo et les deux constructeurs français Renault et Peugeot. Monté dans l’usine de la société franco-suédoise de moteurs PRV à Douvrin en France, il délivre initialement 140 chevaux, et pèse moins de 150 kilogrammes grâce à une culasse et un bloc moteur en aluminium. En 1981, une augmentation de cylindrée permit de porter la puissance à 154 chevaux. Pour l’anecdote, le président de Volvo possédait une 262C rouge à l’intérieur comme à l’extérieur en tant que voiture de fonction. Celle-ci était équipée du moteur quatre cylindres turbo B21ET de 157 chevaux équipant les séries 200, et d’une grille de calandre peinte en noir.

Dans ses premières estimations, Volvo tablait sur une production de 800 exemplaires par an, mais dès les premières années de commercialisation, il fallut se rendre à l’évidence : ce n’était pas suffisant… Dès 1978, la demande dépassait largement l’offre ; au total, et jusqu’à la fin de la production en 1981, la 262C s’écoula à 6.622 unités, la majorité étant absorbée par le marché américain. Quasiment le double du coupé 262 GL, même si celui-ci ne fut commercialisé que durant deux ans et uniquement en l’Amérique du Nord…

Enfin, il faut noter qu’une firme indépendante, Solaire, créa à l’initiative de Volvo North America une exécution cabriolet de la 262C (ci-dessus), à la diffusion plus que confidentielle puisque cinq exemplaires seulement furent construits au lieu des cinquante initialement prévus. Dommage, car cela aurait pu faire pour l’époque une belle alternative aux Mercedes SL sur les côtes californiennes… Ou plus simplement à la Saab 900 Cabriolet!

Illustrations : Volvo

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "La Volvo 262C souffle ses quarante bougies"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
arapao
Invité

Elle a un côté Rolls-Royce Silver Spirit, qui va sortir en 1980…

ced74
Invité

Inconnu au bataillon! On en apprends tous les jours!

beniot9888
Invité

Je ne savais pas le choix de couleur aussi limité.

Ddd
Invité

Celle du president était donc un 242C.
Premier chiffre la serie.
Second chiffre le nombre de cylindre.
Troisième chiffre le nombre de porte.

Manu
Invité

super article ! Merci

wpDiscuz