Accueil Salon de Genève Genève 2017 : Toyota Yaris

Genève 2017 : Toyota Yaris

194
7
PARTAGER
Toyota Yaris (2017)

Toyota remet donc sa Yaris à jour une seconde fois depuis son lancement en 2011. Nouveau style, nouveau moteur et optimisation généralisée sont au programme.

Selon Toyota, cette nouvelle Yaris a nécessité un investissement de 90 millions d’euros, et comporte 900 pièces. Et comme l’Europe est aujourd’hui devenue un marché clé pour ce modèle, c’est sur notre continent que ces modifications ont été conçues. Puis adoptées par la version japonaise, la Toyota Vitz, commercialisée quant à elle depuis quelques semaines dans cette version actualisée.

Actualisation du style donc, pour la seconde fois, puisque la Yaris lancée en 2011 avait déjà subit quelques opérations en 2014. Un visage qui se fait plus incisif, en particulier avec la calandre moins arrondie. Les feux reçoivent une nouvelle signature lumineuse en Y. Et à l’arrière, le changement est de taille puisque la Toyota Yaris modifie son hayon qui emporte une partie des optiques. L’intérieur profite également de quelques menues retouches (instrumentation, aérateurs, volant).

Le style n’est pas seul à évoluer, puisque Toyota a également appliqué une série de modifications au châssis pour réduire le niveau de bruit et les vibrations. Quant à la mécanique, la version hybride n’évolue pas. Elle revendique toujours des émissions de CO2 de 75 g/km. En revanche, le 1.3 VVT-i disparaît, remplacé par un tout nouveau 1.5 VVT-iE. Avec 111 ch et 136 Nm (+11 ch et + 11 Nm). Mais au delà des chiffres, c’est son fonctionnement qui retient l’attention. Il fonctionne en effet avec un taux de compression élevé (13,5:1). Et l’extension du fonctionnement du calage d’ouverture des soupapes lui permet aussi d’adopter selon le besoin le classique cycle Otto, ou le cycle Atkinson. On notera également un collecteur d’échappement refroidi par eau, qui permet de réduire la consommation à vitesse plus élevée.

La Yaris fait également le plein d’aides à la conduite. De série, le pack Safety Sense comprend l’AEB City (détection de risque de collision, alerte et freinage automatique), la commutation automatique codes / phares et l’alerte de franchissement de ligne. Dès le seconde niveau de gamme, la reconnaissance des panneaux de signalisation est ajoutée. Les places arrière reçoivent à présent des ceintures avec limiteur d’effort et prétensionneur. Autant d’équipements appelés à se généraliser dans les années à venir, car requis par l’EuroNCAP dans ses nouvelles notations.

Mais n’oublions pas que Toyota nous a promis une version sportive de cette même Yaris pour le salon de Genève. Une version ici totalement éludée, mais très attendue.

Source : Toyota

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Genève 2017 : Toyota Yaris"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Verslefutur
Invité

C’est fou de voir la généralisation de toutes ces aides à la conduite sur les citadines. L’accélération de l’équipement a vraiment été rapide.
En tant que jeune, toutes ces béquilles électroniques me laissent perplexe. Je les trouve pourtant utiles pour que les personnes très âgées puissent continuer à conduire car cela peut pallier un manque de réflexe.

Le restylisage est plutôt réussis, même si les feux arrières avec partie cristal paraissent datés

SGL
Invité

Une valeur sûre, qui plus est fabriquée en France, que demande le peuple !? 🙂

Miamdeschips
Invité

Une calandre moins béante mais c’est un avis perso. Sinon belle voiture en effet

SGL
Invité

Toyota va augmenter sa production de Yaris hybrides à Valenciennes, pour faire face à la demande du marché. 🙂

Anto7076
Invité

Heureusement qu’il y a l’hybrid, parce que c’est jolie jolie quand meme cette « calandre » béante

Anonyme
Invité

il a l’air pas mal ce nouveau moteur qui,n comme chez Mazda, montre que Toyota se détourne du mirage du downsizing avec astuce

AXSPORT
Invité

Au moins un vrai moteur 4 cylindres sans turbo et fiable

wpDiscuz