Accueil F1 F1 2018 : le Grand-Prix de France bel et bien lancé

F1 2018 : le Grand-Prix de France bel et bien lancé

189
21
PARTAGER

C’est dans le cadre du circuit Paul Ricard que a été créé le GIP (Groupement d’intérêt public) pour le GP de France. Le Président de la Région PACA, Christian Estrosi, s’est même offert un tour du circuit en monoplace.

En début de semaine, le GIP a été officialisé et son premier Conseil d’Administration s’est tenu dans le cadre de la Winfield Racing School. Présidé par Ch. Estrosi, le GIP compte dans ses membres différentes collectivités, la CCI (Chambre de Commerce et de l’Industrie), la FFSA et la direction du circuit. Tout ce petit monde va désormais aller à la chasse aux partenaires financiers pour boucler le budget pour le retour du GP de France en 2018.

65 000 spectateurs, 65 millions d’euros de retombées ?

Ce dernier est déjà financé à hauteur de 14 millions d’euros par les différentes collectivités territoriales (dont la communauté d’agglomération de Toulon) qui en attendent de nombreuses retombées financières. En effet, cela devrait amener des nuitées, des repas, du transport, de la publicité, etc. Le GIP table sur 65 millions d’euros de retombées économiques directes pour la région selon les études.

Le Président Estrosi assure que certains industriels français sont en négociation pour devenir partenaires. Il faut dire que cela fera 10 ans sans GP de France, alors que c’est le plus ancien au monde (1906 pour le premier Grand-Prix de l’ACF Automobile Club de France).  Stéphane Clair, Directeur du Circuit Paul Ricard, souhaiterait que le GP se tienne à la fin de l’été (sans doute après la trêve). Il annonce des tarifs « populaires », condition sine qua non pour atteindre les 65 000 spectateurs du projet. 5 millions de travaux devraient être nécessaire pour refaire la piste et construire des tribunes provisoires.

Pour conclure la conférence de presse, l’ancien pilote moto s’est offert quelques tours du circuit dans une formule Renault avant de prendre place comme passager de Nicolas Prost dans une F1 bi-place de l’école Winfield (avec laquelle Renault Sport Racing s’est alliée tout récemment).

Source : Circuit Paul Ricard, Azur TV, illustration : Pascal MICHEL

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "F1 2018 : le Grand-Prix de France bel et bien lancé"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
billou
Invité

Estrosi c’est pas le gars qui file de l’argent a israel pour planter des arbres ?

Vax
Invité

On finance les circuits ok, c’est bien de développer les sport mécaniques. Dans ce cas ne serait il pas normal que l’élite de nos pilotes Français paye ses impôts en France plutôt que d’aller en Belgique ou en Suisse. Certes, il n’y à pas de que pilotes à faire çà mais évidement ce n’est pas une raison

The Stig
Invité

Sur le coup ce n’est pas tellement la masse de pilotes français en F1 qui va changer la face économique de la France… il y aurait bien plus de résultats à faire ceci avec les footballeurs.

Vax
Invité

Ok, je parle des pilotes parce qu’il est question de course automobile mais c’est valable dans d’autres domaines, le foot, le cinéma, les chanteurs, les entreprises etc etc…

wpDiscuz