Accueil Constructeurs 50 ans déjà : Dodge Charger

50 ans déjà : Dodge Charger

197
6
PARTAGER

Vous ne la reconnaissez pas ? Pourtant, il n’y a pas d’erreur ; c’est bien une Dodge Charger qui illustre cet article. Mais si le nom évoque en premier lieu l’iconique modèle de la fin des années 60, notamment vue dans Fast And Furious ou Bullitt, la première génération du modèle est totalement passée à côté de son sujet… mais pas à côté des oubliettes…

Alors qu’en 1964 chez Ford on s’apprête à lancer la Mustang chez Ford, et la Barracuda chez Plymouth, du côté de Dodge l’heure est toujours à la réflexion, à l’étude ; est-ce que cela vaut réellement le coup de se lancer sur le marché de la muscle car ? De leur côté, les distributeurs réclament à cor et à cri au constructeur un modèle capable de lutter non seulement avec la Ford et la Plymouth, mais également avec la Pontiac GTO.

Pourtant la marque possède un moteur de choix pour une muscle car ; le V8 HEMI 426 c.i de 425 chevaux, parfait pour déposer la plupart de ses opposants lors d’un drag race. Après avoir longuement tergiversé, c’est finalement en 1965 que le constructeur du Michigan présente la première génération de Charger (sur la base de la Coronet), qui sera commercialisée l’année suivante.

Contrairement à la concurrente de Dearborn, la Charger ne possède pas de six cylindres dans sa gamme : c’est V8 ou rien ! De 5.2 litres pour la version de base, on peut monter jusqu’au fameux HEMI de 7 litres. Trois possibilités pour la boîte de vitesses, une automatique Torqueflite à 3 rapports, et deux manuelles à 3 ou 4 rapports.

En bon coupé fastback, l’arrière est plongeant comme sa concurrente de Pontiac. De plus, il n’y a pas de montants de portières, ce qui donne à la voiture une ligne encore plus élancée, s’il en était besoin… Intérieurement, la Charger se singularise essentiellement par ses sièges qui, contrairement à ses concurrentes, sont rabattables.

Malheureusement pour elle, en plus d’arriver tardivement sur le marché, elle ne s’attira pas les faveurs du public ; dès la deuxième année de commercialisation, ses ventes s’effondrèrent. Mais en revanche, ces débuts que l’on pourrait qualifier de désastreux s’avérèrent salutaire pour le modèle, puisque Dodge corrigea rapidement le tir, dès 1968, sonnant la charge avec une deuxième génération abandonnant le style fastback, et qui allait quant à elle entrer dans l’histoire des muscle cars

Illustrations : Dodge

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "50 ans déjà : Dodge Charger"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Amiral_sub
Invité

Raaaah…lovely

klm
Invité

article intéressant décrivant avec rigueur un époque révolue.

seb
Invité

Rassurez moi, les trois ptits points à la fin c’est pour dire qu’il y aura une suite?
Ça commence super bien et puis ça s’arrête à la première génération, dommage, je reste sur ma faim. Vivement la suite.

Thomas Roux
Invité

Seb, je te rassure, je vais m’occuper des deux générations suivantes plus en détail… 😉

wizz
Membre

boite manuelle à 3 rapports….

que d’évolution depuis….
https://www.wordans.ca/wvc-1368838323/wordansfiles/images/2013/5/17/190391/190391_340.jpg

Laurent
Invité

La Dodge Charger de 1970 est ma Muscle Car préférée je la trouve vraiment magnifique malgré son âge j’espère un jour pouvoir en avoir une à moi « si je peux ».

wpDiscuz