Accueil Historique Lamborghini, les supercars… mais pas seulement : Lamborghini Islero

Lamborghini, les supercars… mais pas seulement : Lamborghini Islero

153
1
PARTAGER

Impossible de méconnaître les supercars de la marque ; cinématique de portes en élytre, style extravagant… Pourtant, Lamborghini n’a pas produit que des monstres à deux places, loin de là…

Lorsqu’on évoque la marque de Sant’Agata Bolognese en société, ce sont systématiquement les mêmes modèles qui reviennent dans la conversation ; Miura, Countach, Diablo, Murcielago, Aventador, Gallardo, Murcielago… ; autant de supercars et de GT deux places toutes plus performantes et passionnantes les unes que les autres.

Mais il ne faut pour autant pas oublier qu’à côté de cela, Lamborghini a aussi tenté, à maintes reprises, d’élargir sa gamme en proposant des modèles plus ‘habitables’ (tout est relatif…) et typés grand tourisme, 4×4 ou même berline… Et équipés en grande majorité de V12 s’il vous plaît !

Bien sûr, les amateurs éclairés de la marque au taureau les connaissent, mais pour les non-initiés, elles suscitent souvent curiosité et enthousiasme lorsqu’on en croise une sur la route, à un rassemblement ou au détour d’un salon.

Pour le plaisir, et aussi en référence à l’ouverture prochaine de la gamme avec le SUV Urus (commercialisation prévue en 2018), voici une présentation de certains de ces modèles, souvent relégués au second plan par les icônes de la marque :

Lamborghini Islero

Pour remplacer la 400 GT, Lamborghini lance l’Islero, aussi appelée Islero 400 GT, au salon de Genève 1968. Elle tient son nom du taureau qui blessa mortellement le torero Manolete en 1947, et qui faisait partie de la ‘Ganaderia’ (élevage de taureaux de combat)… Miura…

Dessinée par Marco Marazzi, un ancien de la Carrozzeria Touring, ses feux escamotables rappellent le tout premier prototype présenté par la marque, la 350 GTV, et ses lignes acérées, la Flying Star II dévoilée par Touring en 1966.

lamborghini-islero-3-lambocom

Equipée du V12 de 4 litres conçu par Giotto Bizzarrini et déjà utilisé sur la Miura, l’Islero est hélas handicapée par sa structure en acier, qui fait grimper le poids à 1,5 tonne. Grâce aux 320 chevaux du moteur, les performances restent toutefois plus qu’honorables, avec un 0 à 100 km/h accompli en 6,5 secondes, et une vitesse de pointe de 251 kilomètres/heure. On notera le kilomètre-heure symbolique au-delà des 250…

lambo_islero

Souffrant d’une qualité de finition jugée déplorable pour l’époque, l’Islero ne trouvera jamais réellement son public, et ce n’est pas le lancement, un an plus tard, de la version ‘S’ à l’intérieur profondément revu et délivrant 350 chevaux qui permettra d’arranger les choses.

lamborghini-islero-5-lambocom

De surcroît, et malgré les faveurs de Ferruccio Lamborghini lui-même, qui en conduisait une au quotidien, l’Islero a pâti en interne de la concurrence avec l’Espada, lancée simultanément, et qui s’est attirée les faveurs de la clientèle. En tout, 225 exemplaires seulement (125 ‘normales’ et 100 ‘S’) seront produits de 1968 à 1970.

A noter également ; livrée d’origine avec des jantes chromées à rayons Borrani, la majorité des Islero se sont vues équipées de jantes Campagnolo  dès leur sortie d’usine. Des rumeurs parlent d’actuellement moins de 20 exemplaires toujours équipées en Borrani…

lamborghini-islero-4-lambocom

Prochain modèle : Lamborghini Espada

Crédits photos : Lamborghini

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Lamborghini, les supercars… mais pas seulement : Lamborghini Islero"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
klm
Invité

intéressant.

wpDiscuz