Accueil Rallye WRC – Wales 2016 : Ogier l’emporte et confirme le titre de...

WRC – Wales 2016 : Ogier l’emporte et confirme le titre de VW

92
0
PARTAGER

Déjà titré pour la 4ème fois consécutive, Sébastien Ogier, aidé de son compère Julien Ingrassia, avait à coeur de briller dans l’un des rallyes les plus mythiques du championnat qui fêtait sa 72ème édition, le Wales 2016.

Jour 1 : Ogier crée l’écart

Le rallye ne fut pas si simple qu’il y parait pour Ogier. Le premier jour, la Polo et son équipage sont impressionnants. Bien qu’ouvrant la route, ils signent 5 temps scratch sur 8 spéciales. Mais Ott Tänak et Thierry Neuville se montrent également. Pour autant, plus régulier, Ogier compte 37 secondes sur Tänak 2nd et 1 minute sur Neuville.

L’un des premiers touchés par de gros problèmes, c’est Mikkelsen dont la Polo connait des ennuis de train avant, lors de la 4ème spéciale. Ne pouvant réparer avant la fin de la journée, le pilote est obligé de désengager la transmission avant et reste donc en 2 roues motrices. Sacré handicap pour lui. Même punition pour son coéquipier Latvala avec là aussi un souci de transmission et une fin de journée en 2 roues motrices.

10023_otttanak-gb-2016_003_944x531

Jour 2 : Tänak tente une remontée

Le deuxième jour, on prend les mêmes et on recommence. Tänak confirme sa bonne forme ainsi que celle de ses pneus DMack face aux Michelin. Il maintient l’écart avec Ogier, et lui reprend même une poignée de seconde. Les deux ont creusé l’écart sur Neuville qui fut un temps sous la menace directe de son coéquipier Paddon qui retrouve là un terrain qu’il affectionne particulièrement.

Derrière, la hiérarchie semble établie avec Meeke qui veut conclure sa saison en beauté. En effet, le Abu Dhabi WRT ne sera pas du voyage en Australie pour le rallye de fin de saison. C’est la fin de la saison de transition pour les pilotes qui vont retrouver Citroen Racing et la C3 WRC en 2017. Suivent, Sordo, Ostberg, Latvala, Lefebvre et Camilli. Stéphane Lefebvre signe son grand retour à la compétition après sa violente sortie de route. Son copilote, Gabin Moreau se remet toujours de ses fractures et l’espoir français était copiloté par Gilles de Turkheim qui faisait ses débuts en WRC.

Jour 3 : éviter l’erreur

Ce dimanche, encore 6 spéciales étaient au programme avec autant d’occasion de taper une pierre, casser un élément mécanique, etc. Tänak ne lâche rien et s’adjuge tous les meilleurs temps du jour. Ogier gère son avance et ne prend pas de risque. Son avance fond mais elle reste tout de même de 23 secondes avant le départ de la power stage. Là encore il ne force pas le destin et ne vise pas les points de bonus. Ces derniers vont à Tänak (+3), Mikkelsen (+2) et Neuville (+1). Mikkelsen évite de repartir bredouille et Neuville confirme son podium. Seul changement notoire derrière le trio de tête, Latvala a passé la Ford Fiesta de Ostberg.

POS#PILOTETEMPSDIFF PRÉC.DIFF 1ER
1.1S. OGIER3:14:30.2
2.12O. TANAK3:14:40.4+10.2+10.2
3.3T. NEUVILLE3:16:05.6+1:25.2+1:35.4
4.20H. PADDON3:16:25.1+19.5+1:54.9
5.7K. MEEKE3:17:05.4+40.3+2:35.2
6.4D. SORDO3:18:32.8+1:27.4+4:02.6
7.2J. LATVALA3:18:58.5+25.7+4:28.3
8.5M. OSTBERG3:19:08.5+10.0+4:38.3
9.14S. LEFEBVRE3:21:42.4+2:33.9+7:12.2
10.6E. CAMILLI3:22:49.5+1:07.1+8:19.3

Neuville vs. Mikkelsen, dernier suspense

Au championnat, la bonne opération est pour Thierry Neuville. Le pilote belge prend la 2nde place à Mikkelsen avec 14 points d’avance. Il a les cartes en mains pour devancer le Norvégien au final de cette saison 2016. Le top 6 est toujours occupé par les pilotes VW et Hyundai qui ont été les grands animateurs de 2016. Vivement 2017 avec le retour de Citroën et Toyota.

PosPiloteTotal
1.Sebastien OGIER247
2.Thierry NEUVILLE143
3.Andreas MIKKELSEN129
4.Hayden PADDON126
5.Daniel SORDO119
6.Jari-Matti LATVALA110
7.Mads OSTBERG94
8.Ott TANAK82
9.Kris MEEKE64
10.Craig BREEN36
11.Eric CAMILLI28
12.Henning SOLBERG14
13.Stéphane LEFEBVRE14
14.Esapekka LAPPI12
15.Martin PROKOP12

Au championnat constructeur, Volkswagen est assuré du titre. Merci Ogier ! Il signe plus des 2/3 des points de son équipe. Hyundai est assuré de la 2nde place mais le suspense courra jusqu’en Australie pour la troisième place. Cependant, Mikkelsen est seul dans l’équipe VW 2. Camilli et Ostberg auront donc à signer un top 8 s’ils veulent assurer le podium à M-Sport.

PosEquipeTotal
1.Volkswagen Motorsport355
2.Hyundai Motorsport285
3.M-Sport WRT154
4.Volkswagen Motorsport II138
5.Hyundai Motorsport N136
6.Dmack WRT92
7.Jipocar Czech National Team18
8.Yazeed Racing4

10007_lappi-gb-2016_627_944x531

WRC2 : Lappi l’emporte, Suninen à égalité avec Evans

En WRC2, Lappi frappe un joli coup en remportant le rally. Un temps menacé par Suninen, il a su résister. Suninen, lui, doit s’incliner au dernier moment devant Tidemand qui le passe à la faveur de sa victoire dans la power stage. Kopecky fait honneur à son rang au championnat en terminant 4ème du rallye.

Au championnat, Suninen est désormais à égalité avec Evans, absent au Pays de Galles. Pour Evans qui a dominé la saison, les espoirs de retour en WRC commencent à s’envoler. La piste la plus sérieuse est M-Sport qui a des problèmes de riche. L’an prochain, les écuries pourront aligner 3 voitures (mettant fin à la mascarade des équipes bis) et chez M-Sport, Ostberg et Camilli sont visiblement reconduits. Pour la 3ème voiture, Malcolm Wilson a le choix entre Tänak qui explose cette année et Evans qui ronge son frein après être repassé en WRC2.

Lappi avec 25 points crée un écart sans doute suffisant face à Kopecky.

J-WRC : Koci signe sa 1ère victoire

En J-WRC, c’était la finale au Wales Rally. On savait déjà que Tempestini était couronné, mais l’Italien visait la victoire de prestige. Surtout qu’il était débarrassé de Veiby aligné en WRC2 et de Folb. Mais c’est Koci qui remporte sa première victoire en J-WRC, devant Tempestini et les Français Yohan Rossel et Vincent Dubert. Comme d’habitude depuis le début de la saison, retrouvons Vincent Dubert qui était à la chasse au podium général.

Organisé par la Fédération Internationale de l’Automobile et Citroën Racing pour la troisième année, le championnat FIA Junior WRC n’a pas échappé à la règle, selon laquelle il constituait un passage quasi obligé pour les espoirs du rallye.

Dernier rallye du championnat Junior WRC au Pays de Galles

galles_v-dubert_portraitQuand nous avons pris la décision de suivre tout au long de la saison 2016 le jeune Vincent Dubert nous connaissions parfaitement le niveau global de cette catégorie, au sein de laquelle notre jeune ami de 23 ans allait devoir se confronter à des pilotes déjà « rodés » dans ce championnat, tels Veiby second du Junior en 2015, Koci déjà sur le podium en 2014 ou encore, les Tempestini, Crugnola, sans compter un autre redoublant, français celui-là : Terry Folb. On se devait d’ajouter, Al Mutawaa, soucieux de parfaire son expérience avant d’ambitionner de monter en WRC, comme tous les autres d’ailleurs dont d’autres rookies français tels que Fréderic Hauswald ou Romain Martel.

Il aura fallu attendre la dernière épreuve au Pays de Galles pour savoir si le pari de la constance et du sérieux dans l’apprentissage de ces rallyes, au format mondial très exigeant, était gagné.

Dès la première spéciale de 31 kilomètres, Vincent Dubert et Alexandre Coria sont confrontés à un terrain, boueux, glissant, piégeux à souhait. L’auto réglée un « peu trop dure », s’avère tellement délicate à piloter, qu’il leur faut modifier eux-mêmes les réglages, sur le parcours de liaison puisqu’aucune assistance n’est prévue à la mi-journée. Dans l’affaire, les deux compères récupèrent une pénalité pour retard de pointage au contrôle horaire et, même s’ils n’ont pas retrouvé une auto parfaite, ils vont s’en accommoder.

Ils fournissent tous les efforts pour rester dans la course et marquer des points au championnat, les divers aléas de leurs concurrents en cours de saison, leur permettant d’entrevoir un podium 2016.

La suite de cette première journée les conforte dans cette attitude de prudence. Vincent et Alexandre se concentrent au maximum sur l’objectif de rester sur la route, même si un tête à queue sans frais les incite à redoubler d’attention sur ce parcours très délicat du Rallye du Pays de Galles.

Alerte au feu !

Les premières spéciales de la seconde journée leur fournissent l’occasion de s’étalonner un peu mieux par rapport aux Koci ou Tempestini et d’aligner des temps plus que corrects. Hélas, en fin de la spéciale N° 12, quelques alertes de perte de puissance se traduisent à l’arrivée par l’explosion du turbo, entraînant un début d’incendie dans le compartiment moteur, que les commissaires éteignent sans tarder.

Vincent et Alexandre sont vraiment sous pression. Ils veulent à tout prix repartir. C’est compliqué. Certaines pièces plombées ont souffert. Peut-on intervenir ? Enfin l’autorisation de poursuivre en rallye 2 est accordée, après avoir encaissé bien entendu, les grosses pénalités afférentes aux spéciales non courues, qui vont avec.

Le dimanche donc, la DS 3 N° 66 reprend logiquement place dans la colonne des concurrents au départ des six spéciales, au programme de cette troisième et dernière journée.

Comme on peut s’en douter,le début d’incendie a laissé des traces… et des séquelles. En fait, les amis roulent sans bénéficier de toute la puissance de leur auto (ils roulent en mode « route » et ne peuvent enclencher le mode « stage »). Rien à voir avec une vraie voiture de course. La DS 3 en bête blessée roule sans bénéficier de sa cavalerie. On peut facilement imaginer que les deux compères, Vincent et Alexandre croisent les doigts pour franchir la ligne d’arrivée, et qu’ils sont sans doute prêts à pousser la voiture pour y parvenir.

Ils n’auront pas à le faire, mais le calvaire sera bien long.

galles-dubert_podium_small

Sur le podium du championnat

Spéciale après spéciale, toute leur volonté, tous leurs espoirs sont tournés vers l’ultime mètre de la dernière spéciale, la power stage de 8,93 kilomètres.

Ouf ils en voient le bout ! Même si leur temps sur 9 kilomètres sont à plus de trois secondes du premier de leur catégorie, ils touchent au but final du rallye avec en prime les douze points marqués au championnat. Ces points ultimes sont de l’or puisqu’ils signifient que la troisième marche du podium du championnat junior WRC leur est acquise. Vincent finit donc 3ème du J-WRC, premier « rookie » et premier Français. Bravo !

Sans vouloir faire péter des temps à priori, mais persuadé que cette année 2016 devait être avant tout celle d’un apprentissage méthodique du mondial.

Vincent Dubert fidèlement soutenu par Alexandre Coria a su méthodiquement engranger beaucoup d’expérience tout au long de la saison. Malgré les aléas mécaniques en Corse et au pays de Galles notamment où l’on pouvait penser que l’équipage avait embarqué un chat noir, les deux jeunes du peloton ont fait preuve de maturité, de sagesse et d’obstination parfois. Ils ont marqué des points à chaque rallye et accompagneront Tempestini et Koci sur le podium de la saison.

A peine descendu de voiture ou presque, Vincent Dubert se tourne maintenant vers 2017. Son prochain objectif hivernal consiste déjà à trouver un financement pour rouler à nouveau en championnat Junior WRC, et cette fois le gagner. A 24 ans depuis le 16 octobre, Vincent saura d’ici là capitaliser sur tous les enseignements accumulés au cours de cette saison en vue de poursuivre sa progression vers l’élite des rallyes, dans la catégorie reine.

Alain Monnot
Photos : Junior-WRC et team

Illustration : WRC

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz