Accueil Divers Etude : Dis-moi ce que tu achètes, je te dirais où tu...

Etude : Dis-moi ce que tu achètes, je te dirais où tu habites

202
17
PARTAGER

C’est la saison des études visiblement. Voici une étude sur les habitudes d’achats automobiles des Français avec les départements « patriotes », ceux où les marques hexagonales réussissent leurs meilleurs ou leurs pires scores, etc.

L’attachement à une marque est toujours fort

C’est l’Argus qui a réalisé cette grande étude « Carte des achats automobiles ». Il en ressort qu’en matière d’achat automobile, la France n’est toujours pas uniforme. En effet, si certains départements sont ultra-favorables à certaines marques, d’autres ne le sont pas du tout. Ces départements sont très souvent liés à une implantation d’usine.

On citera par exemple le Doubs où Peugeot réalise plus de 35% des ventes de voitures neuves, l’Ille-et-Vilaine où l’influence de Rennes-La Janais est encore forte pour Citroën, ou bien encore la Sarthe pour Renault (plus de 24% des ventes). Bizarrement, Toyota ne réalise pas ses meilleurs scores à Onnaing dans le Nord mais en Seine-Saint-Denis. Dacia de son côté réalise son pire score en Ile-de-France.

Sans grande surprise, le Doubs, terre du lion de Sochaux, est le pire département pour Renault avec à peine 9,3% des ventes. Peugeot est la marque française qui a le plus grand écart entre ses meilleures performances de ventes (35% dans le Doubs) et les moins bonnes (11,8% en Seine-Saint-Denis). Fait remarquable, Mitsubishi réalise un zéro pointé dans l’Yonne depuis 2015 (!), réalisant ses meilleurs scores en montagne, avec ses véhicules 4×4.

Les départements riches moins « patriotes » ?

L’étude montre également une forte disparité entre les départements ruraux et ceux très urbanisés. En effet, dans ces derniers, les marques françaises sont en retrait, laissant la porte ouverte aux marques dites premium, tandis que dans les départements ruraux, nos constructeurs nationaux sont encore très fortement implantés.

Plusieurs départements dépassent les 65% de marques françaises dans les ventes et plus de 10 départements franchissent les 60%. A l’inverse, Paris dépasse à peine les 41% de ventes automobiles de marques française, suivi de près par la Corse-du-Sud ou les Alpes-Maritimes. La Corse dans son ensemble est en revanche favorable à Skoda avec les deux meilleurs pourcentages de ventes hexagonales pour la marque tchèque.

Si voir des marques entrée de gamme cartonner dans des départements ruraux « moins riches » et des marques premium en bonne place en Ile-de-France ou dans les Alpes-Maritimes n’est pas forcément surprenant, il est en revanche intéressant de voir que les marques continuent d’avoir une aura forte dans les départements de production.

Retrouvez toute l’étude ici.

Source : L’Argus, illustration : T. Emme/le blog auto

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Etude : Dis-moi ce que tu achètes, je te dirais où tu habites"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité
Bon d’un autre côté, c’est évident que pour que nos « riches » français roules « patriotes » il faut qu’ils aient le choix, de 8.000 à 40.000 € les autos Françaises sont extrêmement compétitives voire imbattables, si on intègre les Dacia comme des voitures semi-françaises. Au-delà de 40k€, cela se complique (l’Espace V fait l’exception actuellement !), supérieure à 50 k€ cela devient surnaturel ! Il y a donc de la place théoriquement pour le développement futur de DS Automobiles, a condition qu’ils mettent enfin les moyens. Peugeot a suffisamment l’image de marque à pouvoir progressivement monter en gamme,… Lire la suite >>
François
Invité

« Il y a donc de la place théoriquement pour le développement futur de DS Automobiles, a condition qu’ils mettent enfin les moyens »
La condition qui est le drame du HDG français depuis, je ne sais pas, 40 ou 50 ans et j’ajoute dans la durée parce qu’en fait, le principal problème est là.

SGL
Invité
Totalement d’accord @François. Je ne comprends même pas pourquoi on trouve autant de personnes qui ne sont manifestement pas d’accord avec, ce qui est pour moi d’une évidence biblique. La France est réputée pratiquement partout où est le luxe existe : un quart du chiffre d’affaires mondial de l’industrie du luxe et pas seulement dans la mode, mais dans les domaines techniques encore bien plus pointus que l’automobile comme l’aviation d’affaire le yachting. Le luxe à la française a une aura dans le monde incontestable, partout… non pas dans le domaine Automobile ! presque l’unique exception à la règle. Rappelez… Lire la suite >>
Béret vert
Invité

En province c’est souvent l’éloignement du concessionnaire qui bride l’appétit de voiture étrangère, alors qu’ils font un détour de 50 bornes toutes les semaines pour aller prendre de l’essence chez Lidl et s’acheter des biscuits pour l’apéro (4+1 gratuit).
A part ça vous m’avez fait bien rire avec vos « françaises imbattables », SGL.

SGL
Invité

Attention, je n’ai pas dit « imbattables » au sens stricto sensu, mais globalement oui d’un point de vue rapport qualité-prix.
L’idée même de me démontrer le contraire me fait déjà sourire. 😉
Mais soyons bon prince et admettons que @Béret vert puisse avoir raison parfois.
J’ai effectivement vu un comparatif ou même sous le rapport qualité-prix, une Fiat Tipo pouvait être supérieure au « roi » Dacia Duster.
Indubitablement les Françaises ne sont pas imbattables ! @Béret vert, vous pouvez dormir tranquille ! 😉

gigi4lm
Invité

On peut « prendre de l’essence » chez Lidl ?

labradaauto
Invité

le patriotisme économique serait croissant dans le marché automobile ? bonne nouvelle en somme ce retour.

Dcomdim
Invité

@Béret vert, en province la plupart des gens ont des concessions de toutes les marques et il n’y a pas que des Lidl… Belle vision de la province. Quand je lis ton commentaire je me dis que j’y suis bien en province.

SGL
Invité

@ Dcomdim, puis-je-vous rassurer, qu’en tant que Parisien, je suis loin, mais très loin, de partager se type de cliché vis-à-vis de la province en général. 🙂

Kero San
Invité

Il est probable également que la concentration des « collaborateurs » autour des sites de production ait un impact fort, s’agissant de véhicules vendus aux salariés à conditions préférentielles : plus de représentation, plus de renouvellement, plus d’effet de mode.

wpDiscuz