Accueil Rallye WRC – Allemagne 2016 : Mikkelsen et Ogier livrent un combat des...

WRC – Allemagne 2016 : Mikkelsen et Ogier livrent un combat des chefs

118
2
PARTAGER

Le rallye d’Allemagne connait un rebondissement dès la première spéciale mais les deux VW Polo R WRC de Ogier et Mikkelsen se livrent à un balai à distance, arbitré par Neuville et sa Hyundai i20 N.

Coup de tonnerre dès le lancement du rallye avec Latvala qui casse sa boîte de vitesse au bout de 13 km seulement dans la toute première spéciale de 22 km. Ogier n’en demandait pas tant et signe le premier temps de référence. Mikkelsen et Neuville restent au contact et c’est confirmé par les spéciales suivantes. Neuville, Mikkelsen et Ogier se partageront les 5 premiers « scratch » du vendredi. Mikkelsen termine la première journée en tête avec une poignée de secondes d’avance sur Ogier. A noter qu’Eric Camilli (M-Sport) est parti à la faute lui aussi dès la spéciale inaugurale. Une sortie sans gravité mais impossible de ressortir la voiture.

Reparti en rallye 2 comme Camilli, (avec de grosses pénalités par spéciales non courues) Latvala ne peut plus prétendre à la victoire mais il se mêle aux meilleurs temps de ce samedi matin. Mikkelsen semble reparti avec les mêmes intentions qu’hier et signe le premier scratch du jour. A noter que le Français Stéphane Lefebvre sur DS 3 WRC privée (opérée par PH Sport) signe un nouveau temps scratch prometteur même s’il le signe sur la super spéciale de 2 km et quelques. Latvala de son côté signe le scratch de la 9ème spéciale.

Au général pour l’instant Mikkelsen compte 0,3 secondes d’avance sur Ogier. Pour une fois l’ouverture de la route ne pénalise pas le leader du championnat qui peut défendre ses chances sur le bitume sale de ce rallye d’Allemagne au milieu des vignes et d’un camp militaire. Neuville est 3ème à 15 secondes et va tenter de retrouver le chemin de la victoire sur un rallye qui lui a souri par le passé. Il ne devance que de 3 secondes Dani Sordo revenu de blessure (il était absent en Finlande NDLA).

Derrière ces 4 premiers, il y a un écart conséquent. Tänak est « le meilleur des autres » avec 57 secondes de retard déjà. Lefebvre est 6ème à 1 min 17, puis on trouve Ostberg sur une Fiesta en manque de rythme et de développement. Moins en verve que sur les derniers rallyes, Paddon est 8ème et « dernier » des WRC avant de trouver les WRC2 (le Abu Dhabi Total World Rally Team et les DS 3 n’ont pas fait le déplacement d’où l’absence de Kris Meeke NDLA).

wrc allemagne ES9

En WRC2 justement Tidemand est aux commandes avec sa Skoda Fabia mais il ne compte par pour le championnat. C’est donc Lappi le premier, suivi par Kremer, le local de l’étape, et Kopecky. Loubet est 5ème derrière le Belge de Mevius après avoir fait plusieurs petites fautes. Rejeté à 2 minutes de Lappi ce sera dur. Bonato de son côté est loin après de nombreux soucis (crevaisons, etc.). Quentin Gilbert à touché lors de la 3ème spéciale et a arraché son amortisseur arrière. Il jette l’éponge.

En J-WRC, Tempestini mène de 5 secondes sur Koci (les deux sont aussi en tête du WRC3 NDLA). Terry Folb est sur le podium provisoire pour le Sébastien Loeb Racing à 1 min 22. Il est suivi par deux autres Français, Martel et Vincent Dubert que nous retrouvons en fil rouge sur ce rallye. Veiby de son côté est sorti de la route et perd très gros.

Dubert-Coria handicapés par leurs freins

Au cours de la saison de championnat Junior-WRC, le rallye d’Allemagne marque une rupture avec les épreuves précédentes puisque les concurrents s’affrontent sur asphalte avec au programme 306 kilomètres d’épreuves spéciales souvent très atypiques, tourmentées au milieu des vignes ou plus rectilignes dans l’enceinte d’un terrain militaire.

Dans cette perspective, Vincent Dubert s’est préparé de manière inhabituelle en participant à une séance d’essai en Formule 4, sur le circuit Bugatti au Mans. A ce propos, avant de rejoindre l’Allemagne, il nous déclarait :
« J’ai eu la chance de rouler en F4 sur le circuit du Mans, c’était ma première fois en monoplace. J’ai roulé environ 60 à 70 tours. Les contraintes sont diamétralement opposées à celle du Rallye, mais cette journée m’a beaucoup apporté sur la finesse de pilotage. L’asphalte n’est pas ma surface de prédilection mais après cette journée, je m’y sens mieux ».

Il ajoutait avec humour : « Je suis impatient de retrouver Alex mon copilote ! Il n’y avait pas assez de place pour nous deux la F4 ! »

Les deux compères se sont bien retrouvés au départ au cœur de la ville de TRIER avec pour objectif de défendre leur troisième place au classement général de la catégorie Junior-WRC. Dès la première spéciale, un premier ennui technique sur les freins ralentissait sérieusement les deux amis. Une tentative de réparation entre les deux spéciales entraînait une pénalité pour pointage en retard … et le purgeur récalcitrant continuait, malgré tout, à perturber le comportement de la voiture. A l’assistance de la mi-journée, le problème était résolu mais on s’en doute, la confiance n’était pas totale et, Vincent hésitait à se lâcher franchement, doutant toujours un peu de la réaction de ses freins. Par ailleurs, après le passage des gros bras en WRC le parcours ressemblait parfois à un champ de mines incitant Vincent à une certaine circonspection.

Rappelons-le, pour marquer des points il convient – lapalissade s’il en est – en premier de passer la ligne d’arrivée dimanche. Ne pas compromettre cette possibilité a été la principale obsession de l’équipage Dubert-Coria, qui se retrouve à près de 3 minutes de Tempestini, le leader du championnat, mais devance malgré tout de 10 minutes le second, Veiby, qui est sorti.

Tenir, ne pas commettre de faute irrémédiable voilà bien ce que vont tenter de faire les deux compères. Pour le second jour, avec une spéciale très particulière de 40 kilomètres à parcourir deux fois, on peut faire confiance aux deux jeunots pour avoir digéré la déception de cette entame de rallye et démontrer leur talent et leur force de caractère. Rien n’est joué, ils le savent. Marquer des points au championnat demeure tout à fait possible.

Alain Monnot (crédit photo : 1-2-Racing Management)

Illustration : WRC

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "WRC – Allemagne 2016 : Mikkelsen et Ogier livrent un combat des chefs"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Christophe
Invité

Quand les responsables mondiaux vont enfin obliger les organisateurs a indiqué l’empreinte carbone de ce type d’épreuves et l’incidence sur le dérèglement climatique ?
Pour la COP21 il a bien été indiqué l’empreinte, alors pourquoi pas pour tous les rassemblements.

Christophe
Invité

Poitou-Charentes Animation (organisateur du Tour cycliste Poitou-Charentes) réalise l’évaluation de l’empreinte carbone de chaque édition depuis 2011 et essaye de la réduire d’année en année.
De plus pour compenser, PCA soutient la plantation d’arbres dans la région et plus particulièrement dans les villes et communes traversées.
Les spectateurs y sont aussi sensibilisés.

wpDiscuz