Accueil Indycar Indycar 2016 : Pocono

Indycar 2016 : Pocono

87
1
PARTAGER

Power slide ! Dominé à Mid-Ohio par son équipier et rival Simon Pagenaud (Penske), Will Power (Penske) pulvérise la concurrence à Pocono. Au passage, il gagne ses galons d’expert des ovales.

Road to Indy

Pas de « Road to Indy » à Pocono. Mais il y a pas mal d’actualité. D’une part, l’écurie Newman-Wachs profitrait du nouveau châssis en US F2000 pour renaitre de ses cendres. Rappelons qu’elle fut cofondée par Paul Newman et Eddie Wachs et fut présente en Formule Atlantic au milieu des années « 00 ».

Le Team Canada Scholarship a sélectionné les trois finalistes de son volant 2016. Ben Hurst, Jean-Philippe Jodoin et Parker Thompson concourent pour un volant au Formula Ford Festival. Qui va gagner ? Les deux gentlemen-drivers de F1600 ou l’authentique espoir de l’US F2000 ? Suspens, suspens…

US F2000

En marge de la finale de l’US F2000 et de la Pro Mazda, le meeting de Laguna Seca accueillera la toute première finale mondiale de la MX-5 Cup. La plupart des pays envoient des débutants. Dans le contingents Américain, on trouve Glenn McGee (qui a décroché son volant en s’imposant sur iRacing, en 2015) et Sarah Montgomery (qui a 4 saisons de coupe Mazda dans les dents, à bord des NA, NC et ND !) Deux noms à surveiller, donc.

MX5 Cup

Indycar

Dale Coyne continue de faire tourner les effectifs. A Pocono, Conor Daly fait équipe avec Pippa Mann. Les voitures des deux pilotes rendent hommage à Bryan Clauson.

Honda confirme son avantage sur ovales. Après James Hinchliffe (Sam Schmidt) et Carlos Muñoz (Andretti) dans le Texas, c’est Mikhail Aleshin (Sam Schmidt) le plus rapide à Pocono. C’est la première pole du Russe.
Ryan Hunter-Reay (Andretti) est victime d’un crash lors des essais libres. Il devra partir dernier, avec le mulet.

Il pleut le dimanche et la course est reportée au lundi.

Aleshin est visiblement impatient d’en découdre. Le Russe anticipe le drapeau vert et il faut effectuer un second tour de lancement.
A peine le drapeau vert est-il agité que Takuma Sato (Foyt) fonce dans le mur. Drapeau jaune.
Au restart, Josef Newgarden (Carpenter) vient aiguillonner le leader. Pendant ce temps, Alexander Rossi (Andretti-Bryan Herta) et Hunter-Reay remontent le peloton. Le vainqueur des 500 miles d’Indianapolis pointe désormais 3e. Puis, sans complexe, il double Newgarden. A la faveur des premiers arrêts aux stands, Hunter-Reay prend les commandes ! Mais à l’issue des ravitaillements, on retrouve le match à trois Aleshin-Newgarden-Rossi. Un quatrième homme se joint au peloton de tête : Will Power (Penske.) Ed Carpenter (Carpenter) tombe en panne et il rentre aux stands en roue libre. Alors qu’on passe le premier tiers de la course, c’est la deuxième vague d’arrêts. Rossi se jette dans les stands. On le fait ressortir sous le nez de Charlie Kimball (Ganassi), qui ne peut l’éviter. L’ex-pilote de F1 est projeté sur Helio Castroneves (Penske), dont le stand est situé dans le coin. Les drapeaux jaunes sont agités et seul Kimball repart.
Hunter-Reay est le grand gagnant de la neutralisation : il pointe 2e, entre Aleshin et Newgarden. Il double brièvement le Russe, avant qu’il ne se dédouble. Le cap de la mi-course, puis des deux tiers de l’épreuve, sont passés sans gros changements. Power, un temps hors du top 5, redevient 4e. L’Australien ne sait pas encore que la chance va jouer en sa faveur. Simon Pagenaud (Penske) perd le contrôle et tape le mur. Un accident qui a de grosses conséquences au championnat. Accessoirement, c’est un drapeau jaune.
Au restart, Power se faufile et prend la tête. Hunter-Reay perd de la puissance. Il rentre aux stands pour se faire rebooter son électronique. Le temps d’un Ctrl+Alt+Suppr et les leaders sont passés. L’ancien champion repart avec le couteau entre les dents. Devant, Aleshin essaye de reprendre son bien, mais Power est trop fort. Tony Kanaan (Ganassi) perd du carbone sur la piste. Dernier « jaune ».
Hunter-Reay profite de la neutralisation pour revenir dans le tour des leaders. Puis, grâce au regroupement, il recolle au groupe de chasse. Le voilà, 10e, puis 9e, puis 6e, puis 5e, puis 4e… En vue de l’arrivée, Newgarden s’écarte face au rouleau-compresseur Hunter-Reay et c’est une médaille de bronze.

Après un dernier quart de course le coude à la portière, Power s’impose à Pocono. Jusqu’ici spécialiste des routiers, l’Australien prouve qu’il maitrise désormais les ovales. Aleshin est 2e, alors qu’il a mené durant près de la moitié de la course. Hunter-Reay est le héros du jour. Au terme d’une course folle, il finit 3e et offre un tir groupé à Honda.
Signalons la belle 5e place de Sébastien Bourdais (KV.)

Indycar 2

Faut-il se réjouir de la relance du championnat ? Ou se lamenter des « Powerades » de Pagenaud ? 1er avec 497 points, le tricolore perd gros à Pocono. 2e à 477 points, Power réalise un hold-up en Pennsylvanie. A trois manches du but, l’Australien montre qu’il a perdu son chat noir et qu’il ne craint plus personne sur ovales. 3e à 397 points, Newgarden réalise un bel exploit. Mais en sachant que le 6e (Kanaan) est à 380 points, la lutte pour le bronze sera intense…
Bourdais est 14e à 314 points.

Crédits photos : GM (photos 1, 5 et 6), US F2000 (photo 2), Mazda (photo 3) et Honda (photo 4)

 

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Indycar 2016 : Pocono"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fred21
Invité

La poisse pour Simon, Power est de plus sur une bonne dynamique et la fin va donc être très serrée. Il ne faudrait pas un loupé lors des points doublés. Go Pagenaud !!!

wpDiscuz