Accueil F3 Indycar 2016 : Mid-Ohio

Indycar 2016 : Mid-Ohio

93
0
PARTAGER

Poleman, Simon Pagenaud (Penske) remporte son premier succès en Indycar depuis le printemps. Dit comme cela, ça semble facile. Mais avec cinq leaders différents et deux neutralisations, le Français a du se cracher dans les mains pour obtenir cette victoire.

US F2000

Anthony Martin (Cape Motorsports) décroche la pole. L’Australien Will Power vient féliciter son compatriote.

US F2000 1

Respectivement 2e et 3e sur la grille, Garth Rickards (Pabst) et Dakota Dickerson (Afterburner) ne réagissent pas au drapeau vert. Martin peut s’enfuir, tandis que Parker Thompson (Cape Motorsports) et Victor Franzoni (ArmsUp) prennent les accessits. Robert Megennis (Pelfrey) est trahis par l’électronique et il s’arrête sur la trajectoire. Safety-car.
Martin contient Thompson à la reprise. Dickerson et Rickards laissent passer d’autres concurrents. Thompson rattrape Martin. La tension monte. Puis le challenger roule sur un débris. Pneu crevé, il doit rentrer aux stands.

Martin peut dérouler jusqu’au damier. Franzoni est 2e et Luke Gabin (JAY), 3e.

US F2000 2

Le samedi, on retrouve Martin et Thompson. Dickerson, 3e, craque et perd de nombreuses places. Ayla Agren (John Cummiskey) tombe en rade et les drapeaux jaunes sont agités.
Franzoni profite du regroupement pour doubler Thompson à la reprise. Martin peut s’enfuir. Thompson réussit à se dédoubler. Néanmoins, Martin est trop loin.

Martin double la mise. Thompson et Franzoni l’encadrent sur l’estrade.

US F2000 3

Le dimanche, Martin se montre intraitable. Thompson doit de nouveau se contenter de l’argent. 3e, Rickards a chaud aux fesses avec Franzoni et Jordan Lloyd (Pabst) à ses trousses. Le débutant garde malgré tout la tête froide, afin d’obtenir son premier podium en US F2000.

3/3 pour Martin, cette fois accompagné par Thompson et Rickards. L’Australien pose avec un balais pour dire qu’il a balayé la concurrence !

US F2000 5

Avant la finale de Monterey, Martin fait le plein à 347 points. Thompson est 2e à 326 points. Franzoni est 3e à 294 points.

US F2000 4

Pro Mazda

Nico Jamin (Cape Motorsports) décroche sa première pole en Pro Mazda.

Pro Mazda 1

Le Français largue d’emblée les amarres. Aaron Telitz (Pelfrey) finit par réagir, mais c’est trop tard. Au moins, il s’est mis à l’abri de Will Owen (Juncos), qui mène le groupe de chasse.

Jamin s’impose donc devant Telitz et Owen.

Pro Mazda 2

Le samedi, Telitz est en pole. Mais au drapeau vert, il se fait déposé par Jamin, Pato O’Ward (Pelfrey) et Owen. Le Mexicain part à la faute Owen, passe 2e. Nicolas Dapero (Juncos) commet une erreur et la course est neutralisée.
Lors du deuxième départ, Owen double O’Ward pour la gain de la 3e place.

On a l’impression qu’il a toujours fait cela, mais ces deux victoires de Jamin sont les premières du Français en Pro Mazda. Au passage, lors des cinq épreuves qu’il a disputé à Mid-Ohio, le Rouennais s’est toujours imposé ! Owen est 2e et Telitz, 3e.

Pro Mazda 3

Avantage Telitz au championnat, avec 345 points. Naguère invincible, O’Ward glisse au 2e rang, à 331 points. Jamin passe 3e à 271 points.

Pro Mazda 4

Indy Lights

Alors qu’on le disait en contact avec plusieurs équipes d’Indycar, Santiago Urrutia (Sam Schmidt) ne fait parti des deux sessions de tests proposées à des pilotes d’Indy Lights. En attendant, l’Uruguayen se console avec la pole de Mid-Ohio.

Indy Lights 1

Urrutia démarre devant Felix Serralles (Carlin.) Le Porto-ricain n’est pas dans le coup. Il se fait vite déborder par Andre Negrao (Sam Schmidt), Dean Stoneman (Andretti) et Zach Veach (Belardi.) Negrao et Urrutia roulent au même rythme. Le Brésilien n’arrive pas à faire la jonction et le champion de Pro Mazda 2015 n’arrive pas à le semer. Serralles se sent mieux et il repasse Veach. Il talonne Stoneman, qui doit mouiller la chemise pour obtenir la médaille de bronze.

Au terme d’une course menée de bout en bout, Urrutia s’impose. Negrao est 2e et Stoneman, 3e.

Indy Lights 2

Le dimanche, Urrutia se fait de nouveau pourchasser par Serralles. Trop fébrile, le Porto-Ricain craque, permettant à Stoneman de passer 2e. Pendant ce temps, Garett Grist (Pelfrey) fait gravier et les drapeaux jaunes sont agités.
Negrao se sert du regroupement pour doubler Veach et passer 3e. Serralles tente de revenir. Il se paye Ed Jones (Carlin) et l’envoie violemment dans les pneus. Nouveaux drapeaux jaunes.
A la reprise, Urrutia contient Stoneman, tandis que Negrao fait de même avec Veach.

Doublé pour Urrutia, alors que Stoneman et Negrao ont inversé leurs places par rapport à la course 1.

Indy Lights 3

Urrutia est le nouveau leader, à 309 points. Jones passe 2e, à 293 points. Stoneman est 3e, à 284 points.

Indy Lights 4

Indycar

Leader du championnat, Simon Pagenaud (Penske) donnait l’impression de jouer les épiciers. Il se réveille à Mid-Ohio et décroche la pole devant l’ambitieux Will Power (Penske.)

L’affiche du jour, c’est Pagenaud et Power. Pour autant, le reste du peloton est chaud-bouillant : la fin de saison approche, les positions sont serrées au championnat et tout le monde veut des gros points. James Hinchcliffe (Sam Schmidt) et Alexander Rossi (Andretti-Bryan Herta) s’offrent une touchette. Le Canadien doit rentrer aux stands en catastrophe, il roule trop vite et subit une pénalité. Scott Dixon (Ganassi) et Helio Castroneves (Penske) s’accrochent. Ils peuvent repartir, mais les drapeaux jaunes sont agités. C’est le signal pour les ravitaillements ; Juan Pablo Montoya (Penske) reste en piste et prend la tête.
A la reprise, Castroneves et Dixon semblent tout de même touché. Le Brésilien sort de piste, tandis que le Néo-zélandais doit renoncer. Lorsque Montoya rentre aux stands, c’est Mikhail Aleshin (Sam Schmidt) qui le relaye en tête. Carlos Muñoz (Andretti) est 2e. Pagenaud n’a pas dit son dernier mot et il double le Colombien, aux forceps. Power, lui, a moins de mal pour passer les deux voitures. En tête, Aleshin semble rester zen. Jack Hawksworth (Foyt) effectue une belle figure : il sort de la piste, roule sur le gazon, revient sur le bitume, part en tête-à-queue et finit dans les pneus. Nouvelle session de drapeaux jaunes.
Aleshin effectue logiquement un nouvel arrêt aux stands. La lollipop est relevée alors que Josef Newgarden (Carpenter) déboule. C’est le crash. Un mécano de Castroneves, également aux stands, se fait renverser (il est néanmoins indemne.) Conor Daly (Dale Coyne) ne s’est pas arrêté et c’est le nouveau leader, devant Power et Pagenaud. L’Australien se fait surprendre par le retour du « vert », Pagenaud en profite et il passe au chausse-pied. Daly rentre aux stands pour un « splash & dash », mais il ressort hors du top 5. En vue de l’arrivée, Takuma Sato (Foyt) et Sébastien Bourdais (KV) sont victime d’une épidémie de panne de cerveau. Les deux pilotes se télescopent, alors qu’ils étaient 5e et 6e.

Malgré des douleurs au dos, Pagenaud remporte un quatrième succès. Power doit se contenter de l’argent. Muñoz est 3e. C’est le premier podium du Colombien sur un « routier ». A croire que depuis qu’Andretti a décidé de tester des pilotes d’Indy Lights, Muñoz s’est décidé à muscler son pied droit…

Indycar 2

Il reste quatre manches, deux speedway et deux routiers. 1er à 484 points, Pagenaud s’offre un matelas de points. 2e à 426 points, Power est désormais le seul rival du Français. En tout cas, il est surprenant de maturité. Castroneves, 3e à 373 points, est un expert des ovales. De toute façon, s’il ne brille pas à Pocono et dans le Texas, il peut dire adieu au sacre…
Bourdais est 14e, à 283 points. S’il n’avait pas harponné Sato, à 4 tours du but, il serait 12e. Mais lorsqu’il y a une bêtise à faire, le Manceau répond toujours présent…

Crédits photos : GM (photos 1 et 15 à 17), US F2000 (photos 2 à 6), Pro Mazda (photos 7 à 10) et Indy Lights (photos 11 à 14.)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz