Accueil Ford Une voiture pour renifler les stupéfiants

Une voiture pour renifler les stupéfiants

115
1
PARTAGER

L’Univesité du Nord Texas (UNT) a mis au point un robot renifleur, embarqué dans une voiture, capable de repérer une source de stupéfiants par des traces infimes. Une sorte de radar à drogue.

Le Dr. Guido Verbeck présente sa création dans une banale Ford Fusion (hybride pour la petite histoire). A 400 mètres, le robot (un spectromètre de masse avec des « aspirateur » d’air) est capable de « renifler » des traces de substances illicites et de les localiser dans un rayon de moins de 5 m. « Lorsque certains éléments chimiques sont détectés, l’ordinateur lance un calcul pour savoir d’où les traces viennent et en quelques minutes, la source est pointée avec 4% d’erreur » déclare Dr. Verbeck.

Le système embarqué n’était pas à l’origine fait pour détecter des drogues (laboratoires de méthamphétamines, etc.) mais pour suivre la pollution de l’air. D’ailleurs le spectromètre est capable de détecter de nombreux éléments et il suffit de calibrer l’ordinateur différemment pour lui faire traquer de la pollution, des rejets interdits, etc. et en détecter la source.

Le principal souci pour la mise au point de ce dispositif est que le spectromètre de masse est très fragile et très sensible aux vibrations, très nombreuses dans une voiture. Pour absorber les chocs, le système est donc en lévitation magnétique. Le siège passager avant est enlever pour laisser place à la « table de lévitation ». Le spectromètre est alimenté en air par une prise discrète dans la fenêtre passager et tient compte du vent, de la température et différents paramètres pour pointer la source des éléments détectés.

this-drug-sniffing-car-knows-where-your-drugs-are-body-image-1462519818

Evidemment la police est très intéressée par ce détecteur qui pourrait coûter de 80 à 100 000 dollars en version « de production » mais il reste encore des points de droit constitutionnel à lever aux USA. La Cour Suprême devra statuer si les émanations qui s’échappent d’une maison font partie de la vie privée des citoyens et sont donc protégées par le 4ème amendement, ou s’ils sont utilisables par les procédures judiciaires. En attendant de savoir si l’utilisation d’un tel dispositif sera ou non constitutionnel, le Dr. Verbeck continue de mettre au point son renifleur, notamment sur l’interface homme-machine pas du tout faite pour un néophyte.

En Europe, et en France à priori, pas de souci de ce genre. Le système peut être déplacé facilement hors d’une voiture et pourrait être utilisé pour les contrôles de stupéfiants. En attendant sa mise au point, les chiens renifleurs continueront de faire la loi.

Source : UNT via Vice News, KSLA

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Une voiture pour renifler les stupéfiants"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zeboss
Invité

En clair, un sniffer à schnouff. ..
Dites le vite…

wpDiscuz