Accueil Historique Une Mini double-championne de BTCC à vendre

Une Mini double-championne de BTCC à vendre

162
5
PARTAGER

Coys prépare une vente aux enchères géante pour le 2 juillet, au Blenheim Palace. Parmi les 140 voitures mises en vente, il y a plusieurs Mini. Une Mini ex-Duc de Westminster, une Cooper ex-usine, une Cooper de rallye privée, une Seven du parc presse, des Innocenti, etc. Et une Clubman 1275GT de 1978, double-championne de BTCC.

Pour beaucoup de gens, l’histoire des Mini de compétition se limite aux Cooper S de rallye, au milieu des années 60. En fait, à la fin des années 70, British Leyland va très mal. En prime, ses produits sont démodés. La Mini Clubman, lancée en 1969, souffre face aux Fiesta et autres Vauxhall Chevette. La Metro (qui sera lancée sous le nom de Mini Metro) n’en finit plus de se pomponner… Les puristes n’ont jamais pardonné à Austin d’avoir sacrifié la Cooper. Et avec les normes anti-pollutions, le 1,3l simple-carburateur de la 1275 GT (la plus sportive des Clubman) ne développe plus que 55ch. Consternation ! Au moins, les conducteurs ne craignent pas les radars sur autoroute…
Dans ce contexte, pour redresser son image, BL redécouvre le sport. Dés 1971, la 1275 GT s’essaye au rallye. En 1977, Richard Longman frappe à la porte du groupe. Ancien pilote de F3, il a mis sa carrière entre parenthèse pour devenir le spécialiste de la culasse perfo pour Mini. Il n’est donc pas un inconnu. Avec l’appui de Patrick, un concessionnaire, il convainc BL de lui financer un programme en BTCC.

Mini BTCC 1

Longman n’a aucune chance face aux Capri de Gordon Spice et Chris Craft. L’astuce, c’est que le classement du BTCC fait la part belle aux victoires de catégories. En s’imposant 11 fois sur 12 en « Classe A », Longman est sacré champion « tout court » 1978. Il récidive en 1979, n’abandonnant que deux victoires de classe à Alan Curnow et sa Fiesta. De nouveau, en étant invincible dans son groupe, Longman remporte le titre.
Pour 1980, la 1275 GT disparait du tarif, tandis que la Metro remplace petit à petit la Clubman. Poursuivre en BTCC avec cette voiture serait illogique. Longman s’offre une Fiesta, puis une Escort. Il retourne ensuite à ses culasses de Mini, prend sa retraite, rempile à la demande des fans, puis il ferme définitivement pour s’installer aux Bahamas.

Il existe plusieurs répliques de la 1275 GT BTCC. Mais Coys possède un historique complet et des attestations pour prouver que c’est la vraie. La maison de ventes en attend 130 000£ (170 000€.)

Mini BTCC 2

Source :
Coys

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Une Mini double-championne de BTCC à vendre"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Salva
Invité

A l’époque la vraie Mini c’était la Peugeot 104 ZS non ?

Doeds
Invité

Ah la Mini Clubman, une partie avant qui ne colle pas du tout à la voiture, mais clairement LA Mini en matière de sport auto au Royaume-Uni

Philippe
Invité

Grâce au brexit, elle vaut déjà 10% de moins.

labradaauto
Invité

C’est le tarif de la vente des autos de courses qui fait monter la cote des autos tout court.
cette 1275 marque l’ultime parade en compétition du genre.
Rien qu’à cause de ça, elle va partir au tarif d’une cooper ou d’une healey , d’une escort BDA, mais après demain quand elle changera encore de propriétaire, ce sera pire. Les enchères: promis: c’est fou !
le brexit, pour qui fait allusion va encore donner valeur dans les placements de tableaux, d’oeuvres d’art, ou de bagnoles « spéciales »

labradaauto
Invité

commentaire déposé le 26 à 10 h

wpDiscuz