Accueil Ecologie Renault investit pour réduire l’écart entre situation réelle / situation d’homologation

Renault investit pour réduire l’écart entre situation réelle / situation d’homologation

431
23
PARTAGER

Renault vient d’annoncer un investissement de 50 millions d’euros en vue de réduire « significativement » l’écart entre les émissions polluantes de ses voitures en conditions d’homologation et en situation réelle.

Rappelant qu’il avait lancé depuis juillet 2015 un programme de recherche d’amélioration des solutions de réduction des émissions de NOx, le constructeur a par ailleurs de nouveau tenu à préciser que les véhicules Renault n’étaient pas équipés de logiciels de fraude ou de systèmes de leurre antipollution, réfutant qu’avait laissé entendre l’association allemande DUH il y a quelques semaines au sujet de l’Espace (la DUH a depuis épinglé également la Mercedes Classe C 200 CDI et promet d’autres révélations). Ajoutant que ses voitures avaient été homologuées « conformément à la réglementation », le groupe a néanmoins concédé que d’importantes marges de progression du niveau de rejet de NOx dans les conditions d’utilisation réelle demeuraient possibles. Termes polis pour admettre qu’il pouvait mieux faire.

Renault a également ajouté qu’il avait engagé un processus continu d’amélioration de la performance des systèmes de dépollution EGR en suivant un calendrier d’ingénierie et de déploiement accéléré. Ainsi, à compter du mois de juillet 2016, « l’EGR amélioré » sera déployé progressivement sur les véhicules sortant d’usine.

Le constructeur ajoute enfin qu’il poursuit parallèlement avec Nissan son programme d’investissements d’1,2 milliard sur cinq ans pour développer une nouvelle génération de moteurs adaptée aux futures normes Euro6d. Une accélération de ce programme a même été décidée.

Sources : AFP, Renault, DUH
Crédit image : Renault

Poster un Commentaire

23 Commentaires sur "Renault investit pour réduire l’écart entre situation réelle / situation d’homologation"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Admin

Il est assez cocasse de lire que les constructeurs annoncent devoir dépenser des millions d’euros pour diminuer un écart entre les mesures qu’ils ont fait de leur mieux pour augmenter auparavant… Prendre un modèle lambda chez le concessionnaire du coin et faire un aller-retour Paris-Monthléry avec une sonde dans le pot d’échappement et la lecture du plein à la pompe au retour, ça n’irait pas comme « conditions réelles » ? Même en le faisant trois fois pour lisser les aléas, ça ne me paraît pas coûter des millions d’euros…

gigi4lm
Invité

Oui Pierre-Laurent mais pour pouvoir être crédible dans ses résultats, il faut une autre méthode de mesure qu’un simple essai routier fût il multiplié pour lisser les aléas.
Je constate, mais on le savait déjà, que les constructeurs qui sont toujours très prompts à mettre en valeur les performances écologiques de leurs véhicules se contentent en réalité du strict minimum imposé par les normes en vigueur … quant ils ne trichent pas. L’écologie pour les constructeurs n’est qu’un outil marketing permettant de surfer sur la tendance actuelle. Seule la contrainte liée à des normes sévères peut les faire avancer.

Admin
Nous sommes d’accord, le coup des trois aller-retours c’était une boutade. Je trouve simplement assez savoureux ce retournement de perspective, où on nous explique maintenant que l’écart de consommation entre les tests d’homologation et les conditions réelles est tellement complexe à réduire qu’il va falloir investir des sommes importantes (encore que 50 millions d’euros à l’échelle des investissements d’un constructeur…) pour que les consommations annoncées soient un tant soit peu indicatives de ce que le consommateur peut attendre au moment du passage à la pompe. Ce qui veut dire en creux qu’il n’en était rien jusque-là. Surprise, surprise. Avant que… Lire la suite >>
SGL
Invité

Au moins, Renault fait preuve d’honnêteté intellectuelle.
Quel contraste avec ce que l’on voit actuellement !

Lemon
Invité

Les constructeurs n’ont pas le choix (Renault y compris). Les nouvelles normes real driving emission (RDE) arrivent, et cette fois là, plus question de faire du lobbying à Bruxelles pour les amoindrir leur sévérité. Le scandale VW aura au moins servi à ca.

François
Invité

Le problème du concept de « conditions réelles », c’est qu’il est bien difficile à définir. Les conducteurs (qui peuvent être seuls ou accompagnés) ont une conduite plus ou moins souple, habitent dans des régions plus ou moins chaudes/froides (et plus ou moins venteuses), en ville, à la campagne ou à la montagne, sans parler de l’entretien, de la pression des pneus, etc…En clair, j’ai bien peur que les « conditions réelles » de l’individu X ne soient pas les mêmes que celles de l’individu Y.

Dcomdim
Invité

« Renault fait preuve d’honnêteté… » Non Renault communique et surfe sur la vague du tsunami provoqué par VW. Restons lucide.

Membre

Il surferait sur cette vague s’il ne ferait que parler sans agir. Mais comme il investit en ingénieure pour diminuer la pollution …

SGL
Invité

Oui @ shooby, c’accord.
Car Renault était « officiellement » dans les clous !
Il communique là-dessus, c’est de bonne guerre, peut-on leur donner tort ?
Ils sont conscients que leurs modèles dépassent considérablement les normes en conditions réels (comme tout le monde) mais ils veulent rectifier cette anomalie le plus rapidement possible.
Moi, je trouve effectivement que « Renault fait preuve d’honnêteté intellectuelle »

SGL
Invité

Dans le même esprit Opel fait aussi preuve d’honnêteté intellectuelle 😉
http://www.moteurnature.com/actu/uneactu.php?news_id=28161

Membre

eux étaient un peu obligé après « l’opelgate », aussi

François
Invité

Ce commentaire n’est pas valable que pour l’Espace, j’ai la vague impression que le DUH va réussir à trouver du NOx à la façon du journal suédois (dont j’ai oublié le nom) qui arrive à mettre toutes les voitures qu’il essaye sur le toit. Il y a un moment où ça finira par devenir moyennement crédible.

Membre

c’est-à-dire ?

wizz
Membre
mais lorsque la voiture se contentait de rouler comme on lui a exigé, c’est à dire selon le cycle d’homologation, alors elle émet exactement….x1 fois. https://en.wikipedia.org/wiki/New_European_Driving_Cycle exemple de sollicitation en cycle extra urbain, où enfin, on va pouvoir se lacher un peu plus qu’en ville… « After a 20 s stop – if equipped with manual gearbox, in the 1st gear with clutch disengaged – the car slowly accelerates to 70 km/h in 41 s…. » en dehors de la ville, après avoir écrasé l’accélérateur pendant 41secondes, on demande à la voiture d’atteindre 70km/h, etc…. Rouler dans de pareilles conditions, rouler comme… Lire la suite >>
wizz
Membre
oui rené-vincent quand on a triché, alors oui, on peut utiliser le terme « se faire prendre » mais dommage pour toi, tout ce que cette affaire a permis de révéler, c’est que les normes d’homologation sont éloignées des conditions de conduite pratiquées par les gens Demain, tu peux prendre la Renault Espace si chère à ton coeur, et faire un crashtest à 130km/h. La voiture sera pulvérisée, et tout le monde sera mort. Sauf que Renault n’a pas triché, ne peut être qualifié de « se faire prendre ». La « norme » exige d résister, de protéger les passager d’un accident à 64km/h. Tu… Lire la suite >>
Membre

non mais ça ne va pas, wizz. Notre ami n’est pas encore intervenu ici, pourquoi tu le cherches ? lol

wpDiscuz