Accueil Hybrides Interview exclusive avec J-Ph Delaire, chef de Projet de la Peugeot 308...

Interview exclusive avec J-Ph Delaire, chef de Projet de la Peugeot 308 R Hybrid

362
42
PARTAGER

A l’occasion d’un roulage de la Peugeot 308 R Hybrid (500ch) sur le circuit du Luc, le blog auto est allé à la rencontre de Jean-Philippe Delaire, chef du projet développement de la 308 R Hybrid au sein du département « véhicules personnalisés » chez Peugeot Sport.

Ce roulage fut également l’occasion de redécouvrir ce prototype qui continue ses tests et de la prendre en photo sous toutes les coutures ou presque. Outre sa robe désormais bien connue, nous découvrons son intérieur avec ses différents modes de fonctionnement, mais également en exclusivité une partie de la motorisation (ici l’arrière) de cette voiture qui développe 500 chevaux et affiche des performances de supercar.

Le blog auto : Jean-Philippe, vous êtes sans doute le mieux placé pour nous éclairer sur le concept plug-in hybride essence de 500 chevaux qu’est la Peugeot 308 R Hybrid. C’est un concentré de technologies automobile avec 4 roues motrices, 3 moteurs et 2 énergies utilisées. Pourtant l’écrin de tout cela est la compact 308. Quelle est la raison du choix de ne pas prendre un véhicule d’image, spécifique, type coupé sportif ?

A13I8039_1 Jean-Philippe Delaire : « Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous avons choisi la 308. Tout d’abord le concept 308 R Hybrid a été conçu pour accompagner le lancement de la 308 en Chine. Le concept fut présenté d’ailleurs là-bas. Mais nous voulions également utiliser l’EMP2 et profiter des améliorations introduites par cette nouvelle plateforme. La 308 se prête bien à ce niveau de performance et quand on fait un tour d’horizon de tous les constructeurs, c’est ce segment qui est le plus dynamique sur les voitures de sport aujourd’hui dans le monde ».

LBA : Cette chaîne de traction à l’air sensiblement plus complexe que les HY4 (hybride diesel). Est-ce le cas ? Est-ce la chaîne de traction la plus complexe mise au point par PSA et combien de temps s’est-il écoulé entre le départ du projet et maintenant ?

J-PD : « Techniquement elle n’est pas plus complexe en fait. Elle est juste différente. Sur HY4, les choix ont été orientés par l’optimisation de la consommation. Sur ce concept, l’approche était la performance. Les réflexions ont été menées autour de l’utilisation optimale de l’hybridation pour la performance. Cela nous a amené à choisir les moteurs électriques, l’implémentation d’un moteur à l’arrière pour avoir 4 roues motrices, mais également d’un deuxième moteur à l’avant puisque c’est sur cet axe qu’il y a le plus de potentiel de régénération.

Le projet a été lancé il y a environ 1 an 1/2, en avril 2014, les premiers tours de roues ont eu lieu fin janvier, début février 2015. C’est un projet qui est allé relativement vite et sur lequel nous avons engrangé beaucoup d’expérience même s’il reste encore beaucoup à apprendre de ce type de technologie ».

LBA : La chaîne de traction hybride essence plug-in va-t-elle se retrouver rapidement dans un autre véhicule plus « tranquille », plus orienté économie de carburant ? Si oui dans quel segment ?

J-PD : « Je pense que notre Président, Carlos Tavares, a confirmé récemment que PSA travaillait sur une chaîne de traction hybride essence plug-in pour des voitures usuelles en renouvellement de la chaîne de traction hybrid4 actuellement vendue. L’approche est pensée pour être adaptée sur de nombreuses plateformes et pour répondre aux nouvelles normes environnementales de réduction des émissions et de la consommation.

L’objectif pour le groupe PSA est d’atteindre la valeur moyenne de 95 g de CO2/km sur les véhicules vendus. La chaîne de traction que l’on propose sur la 308 R Hybrid est complémentaire de ces chaînes de traction spéciales « consommation ». Elle montre que l’on peut gagner en performances avec un agrément augmenté par rapport à l’utilisation d’un plus gros moteur. L’hybridation permet de réduire les temps de réponse grâce à l’électrique, ainsi que de gommer les ruptures de couple au changement de rapport. Cela nous permet d’être beaucoup plus dynamique tout en répondant aux nouvelles normes d’émission et aux futures contraintes urbaines avec des interdictions des voitures « classiques » dans les centres-villes. Le mode ZEV (purement électrique) permet de répondre à ces contraintes tout en ayant une voiture hyper-performante dès que l’on sort de la ville ».

LBA : La batterie li-ion de 3kWh permet en théorie de rouler avec le mode ZEV sur 15/20 km environ (estimation) en pur électrique. Est-ce que c’est un mode pris en compte dans le calcul des émissions annoncées à 70 g de CO2/km ?

J-PD : « La batterie de 3kWh permet en effet de 15 à 20km en ville en pur électrique. C’est pris en compte dans la norme actuelle NEDC qui est celle que nous avons pris pour le calcul des émissions annoncées. Avec l’affaire Volkswagen nous savons qu’il y a des discussions en cours pour faire évoluer le cycle d’homologation, et que suite à cela, la décision d’accélérer le calendrier initial (2017 NDLA) pourrait être prise. Les valeurs de consommation sur le nouveau cycle ne peuvent pas être annoncées avant de connaître exactement les modalités de ce dernier

C’est une batterie li-ion de nouvelle génération. Toute la réflexion sur la 308 R Hybrid était axée sur la performance. Nous avons donc interrogé plusieurs fournisseurs de batteries pour qu’ils répondent à au moins deux critères : que la masse soit la plus légère possible (contrainte forte) et qu’en même temps la batterie puisse alimenter les deux moteurs simultanément pour cumuler les puissances et atteindre les 500 chevaux réels.

Ce n’est pas la même batterie que sur les HY4 car cette dernière est orientée autonomie et non puissance. Elle fait réellement 3 kWh et ce chiffre a été calculé à partir d’une simulation de perte de capacité lors du vieillissement des cellules. Finalement nous avons choisi le Français SAFT qui s’est appuyé sur son expérience pour les contraintes de vieillissement et de dimensionnement ».

LBA : Il y a plusieurs circuits de refroidissement, deux circuits liquides. Est-ce que vous pouvez nous expliquer le rôle de chacun ?

J-PD : « Le refroidissement comporte 3 circuits distincts intégrés dans la voiture. Le refroidissement classique du moteur thermique est similaire à celui d’une 308 GTi. Un deuxième circuit de refroidissement par eau permet de refroidir les deux moteurs électriques et les inverseurs. C’est un circuit dédié avec sa propre pompe, son radiateur, etc. Enfin, un troisième circuit de refroidissement par air sert pour la batterie. Cela permet d’économiser de la masse, de simplifier l’intégration dans la voiture, et d’améliorer la fiabilité (le lithium et l’eau ne font pas bon ménage). Cela limite les risques. »

LBA : Question pratique : le réservoir essence migre dans le coffre et se place sur différents éléments électriques. Le coffre a-t-il été préservé ou sacrifié ?

J-PD : « En fait, le cahier des charges initial de la voiture a pris en compte dès le départ la contrainte – selon nous, une contrainte essentielle dans une voiture type 308 – de ne pas amputer le coffre de son volume et de le maintenir au niveau de la berline standard. Le coffre n’a donc pas été sacrifié mais il conserve même son volume ».

LBA : Dernière question, une idée de la fourchette de prix ?

J-PD : « Seul l’avenir nous permettra de répondre. C’est trop tôt pour le moment ».

Illustration : Gilles Vitry/le blog auto

Poster un Commentaire

42 Commentaires sur "Interview exclusive avec J-Ph Delaire, chef de Projet de la Peugeot 308 R Hybrid"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Il est urgentissime de voir des déclinaisons de cette chaîne de traction, plus ou moins sage, sur toute la gamme Peugeot, Citroën, DS, pour amortir et baisser les coûts de production.
Pourvus que cela ne reste pas dans les cartons comme l’Hybrid air :'(

Esp2
Invité

Si peugeot veut bien coller la même structure moteur sur la futur exalt !! j’achete !!
non pas que je suis pas preneur de cette 308 RH ! qui a tout pour plaire !! mais elle me servira de réference sur sa fiabilité et entretien !! le mode tt electrique est rikiki !! mais c’est toujours ça !! par contre je félicite peugeot pour son partenaria franco-francais avec Saft !! qui pourrait avoir une belle reconnaissance si tout est au top !! allez y a plus qu’a …!! Peugeot exalte-toi !!!

SGL
Invité

Autant utiliser nos champions de l’industrie de point ! 😉
Saft est même choisi par le motoriste General Electric Aviation pour l’avion de combat américain, le F-35 de Lockheed Martin.
Par la suite, rien n’empêche d’imaginer des versions plus sages et économique (150 à 300 ch) avec moins de moteurs électriques (un seul ! ) et une batterie portée à 6 ou 9 kWh pour augmenter l’autonomie en tout électrique !?

SGL
Invité

L’intérêt du 6 ou 9 kWh !? Pour le gars qui bosse à 40 à 60 km et qui peut recharger sur le parking de sa boîte 😉
Un peu comme la Volt/Ampera, avoir donc la possibilité d’utiliser le mode tout électrique dans 70 % des cas.
N’importe comment, l’idéal, serait d’avoir des tailles de batterie à la « carte » petites, moyennes, grosses suivant le profil de l’utilisation.
Pas facilement envisageable industriellement parlant.

Maxence
Invité

Peu importe qu’elle sorte ou non (elle risque d’être sacrifiée sur l’autel de la rentabilité), mais on peut d’ores et déjà tirer notre chapeau à Peugeot, qui non content de retrouver une gamme de vraies sportives de renom, se penche VRAIMENT sur ce que sera l’avenir des sportives compactes, et ne se contente pas d’une chaîne de traction thermique classique comme toutes les autres (RS3, A45AMG…).

Bref bravo, et merci de nous faire à nouveau rêver ! Espérons que cela donne des idées à Renault pour nous pondre une Megane 4 RS du même acabit.

SGL
Invité

Mouais, Peugeot a beaucoup déçu ces dernières années avec des promesses.
Hybrid air, non-remplacement de la RCZ, 608, VE, hybride rechargeable, etc.
Une grosse déception supplémentaire risque d’être contre-productive au niveau commercial, même si la gamme reste bonne au demeurant.

Gégé
Invité

Arrivé à ce niveau la, on peut même dire que la déception fait partie des gènes de Peugeot! Rappelez-vous des Oxia, 907 et autres RC, sans parler de la non reconduction de la gamme Rallye…

SGL
Invité

Soyons juste aussi, et ne mélangeons pas tout.
Les concepts-cars Oxia, 907 et autres RC, étaient là surtout pour l’orientation stylistique de la marque et parfois le lancement de nouveaux GMP.
Comme nous le rappelle souvent notre ami @wizz, proposer une Peugeot au-delà des 50.000€ est une belle hérésie.
Il faut entretenir le rêve tout en gardant les pieds sur terre !

Invité

On pourrait presque ce faire avoir, avec tant de promesse et rien a l’horizon une hybride de 500cv c’est surtout un effet de com.

wizz
Membre
et après le rêve, on fait quoi? (on = les automobilistes) Les 3/4 des automobilistes rêvent d’un type de voiture….avant de se faire rattraper par le réalisme « Je dois amener toute la famille avec bagages Chargée dans de pareilles conditions, il faut un moteur puissant et coupleux Un moteur puissant et coupleux, en rêve, ça consomme (sauf si….) Les vacances, c’est loin, donc faut pas que ça consomme trop Le boulot, c’est 2x25km, faut pas que ça consomme trop non plus J’ai à peine 25000€, max 30000€, crédit sur 5 ans. Etc… » Finalement, la carrosse se transforme en citrouille, et… Lire la suite >>
SGL
Invité

Oui oui @wizz,
Je te donne raison à 95%.
Mais un petit peu de voitures d’image booste les ventes pour des Scénic ou Touran (l’effet « locomotive » commercial), la preuve le succès non négligeable des BMW S2 Active Tourer et Mercedes classe B grâce à leur blason, pourtant dans certaines versions sages, ils souffrent tous de la comparaison vis-à-vis d’un C4 Picasso !
Donc une icône au sommet de la gamme Peugeot ne peut que faire du bien pour l’aura de la marque, en attendant des déclinaisons plus économiques, plus sage, etc.

Membre

Plus on en parle, plus je pense qu’il vont la sortir. Et ce serait géniale. Pour les véhicules plus usuelles, 300cv, ce serait déjà bien, mais avec, SVP, 80km en elec. N’attendez pas que la concurrence le face, sortez le en 1er.

wizz
Membre
Une voiture élect classique propose autour de 160km d’autonomie, en embarquant au minimum 250kg de batterie Une batterie permettant 80km d’autonomie, ce sera cher et lourd. Plus lourd, ce sera moins performant, mais aussi consommant davantage Plus lourd, cela impose de surdimensionner d’autres éléments, comme pneus, suspension, frein…qui ensemble participent à alourdir encore plus la voiture Peugeot a déjà du mal à vendre des voitures au-dessus de 30000€, beaucoup de mal au-dessus de 40000€. Une telle voiture, pas sur que ce soit judicieux. PSA a déjà vendu les meubles pour sauver sa peau. Il convient de ne pas dilapider les… Lire la suite >>
SGL
Invité
Oui @Wizz Historiquement sur des machines il y a eux souvent un juste « milieu » à atteindre pour des performances idéal. Les trop léger manques d’équipements et d’autonomie et les trop lourds deviennent pataud et trop couteux. On retrouve cette recherche idéale sur les avions de chasse ou les chars de combat ou le mieux est l’ennemi du bien. Un Messerschmitt 109 remarquable au début avec les versions « D » à « F » devient pataud a force d’augmentation d’armement, blindage, moteur plus gros a partir des versions « G » etc. Bref, les améliorations finissent par devenir… Lire la suite >>
KifKif
Invité

A retenir, 10% de poids en plus c’est 8% de consommation en plus…

wizz
Membre
Excellent. J’adore! Une « foulitude » de -1, mais pas un seul n’a été capable d’apporter une contre argumentation! On est bien en France. Attention pourtant. Par exemple, ceux qui vous disent des choses qui plaisent à vos oreilles, ils ne veulent pas forcement pour votre bien (à long terme) Et ceux qui vous disent des choses désagréables, ils ne vous veulent pas forcement du mal. On est en période d’élection. Qui a envie d’entendre un candidat dire qu’une fois élu, il va appliquer des restrictions budgétaires (pour ne pas laisser filer les déficits, pour ne pas continuer à emprunter, pour ne… Lire la suite >>
SGL
Invité

Au risque de me faire passer pour un fayot @wizz, je veux que tu le saches que je t’approuve et que je te discerne un modeste +1 😉

SGL
Invité

Waouh ! Ben mon vieux @Wizz,
Tu es redevenu hyper populaire dans la nuit ! 😀 de -6 à + 9 😯

jimbal
Invité

Mais pourquoi les voitures hybrides, à part les Toyota, doivent-elles toujours développer des puissances aussi délirantes?

Seb
Invité

Pour valoir cher pour les rentabiliser plus vite pour pouvoir vendre ces technologies pas chère sur des voitures plus classique.

wizz
Membre

pas forcement seb

Pour pouvoir rentabiliser plus vite, encore faudrait il déjà en vendre…

Par exemple, PSA a inventé le FAP, et proposé sur ses grandes voitures, plus chères que les petites voitures. Sauf que personne n’en a acheté. Personne n’a voulu payer un surcout de XXX euros pour rouler dans une voiture qui n’émet pas/peu de particules.

SGL
Invité

Je pense qu’une version extrêmement puissante n’est pas spécialement beaucoup plus chère qu’une version plus sage (à la construction).
Une version puissante aura plus de chances de rentabiliser la chaîne de traction couteuse.
Toyota a dû faire des hybrides à perte pendant 15 ans avant de gagner leur premier yen.

wpDiscuz